Post 5

Publié le par lila

 En ces périodes festives j’ai regardé plusieurs films sur les fêtes de Noël en famille, et la plupart du temps ces œuvres montrent un spectacle assez déprimant et vrai.

Quelles conclusions en ai-je tirées ?

 

La vie nous confronte à deux besoins fondamentaux qui sont le besoin d’exister au sein d’un groupe afin d’y trouver un rôle, de s’intégrer et de se faire aimer et d’autre part  le besoin culturel de se distinguer, d’exister selon ses propres codes et ses besoins personnels ; de s’aimer soi-même.

 

Ces deux tendances écrivent nos relations avec les autres selon que l’on donne la prédominance au besoin de vivre en groupe et de s’identifier à un clan, dans ce cas on a tendance à oublier son plaisir et l’on fait des compromis pour créer une forme d’harmonie ou bien, l’on donne plus d’importance à ses propres besoins et l’on est placé dans la case « égoïste » (ou ermite) ; le fait de se donner la préférence fini par manger l’espace destiné à l’échange et au partage.

 

Un constat m’est venu également ; la plupart des gens n’ont pas conscience de leurs émotions. Ils ne savent pas les reconnaître avant qu’elles n’atteignent un stade de pression important, ils ne reconnaissent pas non plus les signes avant-coureurs de stress, déprime ou de colère chez les autres et ne savent pas non plus comment gérer ces réactions, les canaliser ou les transformer en autre chose.

 

Comme si cela n’était pas assez, il faut ajouter le goût de la cruauté ; quelques uns aiment mettre les autres mal à l’aise et faire monter la tension pour que leurs propres frustrations trouvent un exutoire : gâcher l’harmonie des autres, leurs tentatives de bien faire est un sport de fête pour les frustrés de la vie !

Vous en connaissez certainement, il y en a au moins un par famille…et ce n’est pas toujours le même !

 

En ces temps de fête, on idéalise les retrouvailles, le besoin de réconfort, de chaleur et de partage avant les frimas de l’hiver nous pousse à rêver d’une vraie famille, d’harmonie et de bien-être ensemble…mais la réalité est toute autre, puisque souvent on est confronté à l’égocentrisme ou les émotions des autres qui nous décalent de notre propre rêve. Les jours de fêtes sont de belles occasions pour apprendre à reconnaître nos qualités et notre niveau de vertu : avez-vous augmenter votre niveau de patience ? Votre capacité de rester optimiste en toutes circonstances ? Ou bien opterez-vous pour plus de courage et moins de compromis ? Choisirez-vous la légèreté et les fous rires ou le mode ronchon refera-t-il surface à peine la famille sera-t-elle réunie ?

 

Pour que vous ayez plus de choix dans vos réactions mes prochains textes montrent –d’après mon expérience et mes humbles conclusions- ce qui peut se cacher derrière certains comportements typiques de l’être humain.

Sentez-vous libre  de choisir vos réactions, vos approches des autres pour que l’harmonie devienne une réalité et pourquoi pas aussi pendant les fêtes? Lila

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nada 22/12/2011 20:13


Je regarde aussi des films sur Noël. Avec la TNT, il y a de quoi choisir, en zappant ! Je peux dire que ceux que j'ai regardés jusque la fin véhicule toujours ces rêves de l'enfance voilés au
fond du coeur : la magie de l'existence sur terre initiée par de bonnes relations humaines, même chez les personnages dits méchants, ou hyperréalistes. L'amour réel, celui de l'ange et de
l'humain qui s'incarne dans ces histoires de Noël.


Alors que je ne fête plus, par choix, ce jour en famille depuis quelques années, je préfère que cela soit préservé pour les enfants : il y a quand même des instants, si furtifs soient-ils,
où leurs yeux pétillent d'étoiles.