Sentiments

Publié le par lila

Il y a bien des choses que j’aimerais écrire, mais il n’est pas encore temps pour moi de le faire.

Alors, en attendant je vais vous donner un peu de mon chemin pour que vous puissiez retrouver le vôtre en toute sécurité. Que mon message réveille l’essence de votre lumière.

 hart

J’étais un être ancien, qui avait bien vécu et découvert des myriades de mondes, tel un navigateur de la création j’étais allé du plus petit vers le plus vaste de la lumière en passant par tant de chemins que j’étais fatigué et que je ne désirais plus rien d’autre que me fondre dans la béatitude de la Source de mon origine.

 

De vies en vies, de transformations en pérégrinations j’aspirais la lumière et je me faisais un chemin spiralé pas toujours parfait, mais finalement j’atteignais le premier cercle de lumière avant la Grande Ceinture, préfigurant l’ultime retour : j’étais prêt à mourir et à vivre, j’aspirais à découvrir Son visage, Sa Vérité qu’Elle quelle soit.

 

J’attendais l’Appel sur l’un des mondes de lumière en réunifiant toutes mes vies en Une, m'évidant et me purifiant de tout ce qui me semblait superflu. Lorsque mes sentiments les plus vertueux épousèrent complètement ma lumière, ne faisant plus qu’une seule étincelle de Joie, je me suis élancé avec cette force au travers du vide qui sépare la Création du Créateur lui-même.

 

Je ne me souviens pas de la durée de ce voyage. On y croise peut-être encore des peurs ou bien des espérances et on repasse l’ensemble de ses vies et les fils tissés par les amitiés : tout me fut retiré, chaque souvenir, chaque épisode qui faisait encore partie constituante de ma conception de moi-même.

L'Esprit me dévêtit de mes attentes, de chacun de mes désirs et de toute ma pensée : je n’étais plus qu’un cœur battant à l’Unisson du Sien.

A chaque don, je me trouvais plus léger et ravivé, ma mémoire et ma conscience s’effaçaient, mais cela était pour moi une telle douceur, un tel bonheur, un tel embellissement que j’avançais un peu plus pour me fondre dans ce nuage d’Or et de Lumière.

 

Avec un grand respect, l’Esprit me remerciait de tous ces cadeaux que je lui apportais et se les appropriait avec beaucoup de Joie.

Et puis il y a eût l’Accueil de mon Créateur pour moi : j’étais devenue sa moitié, son Tout, sa petite chose qu’Il aimait jusqu’à l’avaler et l’enfermer en Lui-même et j’en concevais une telle admiration, un authentique dévouement : je me rendais à "Tout ce qui Est", par Amour de l’Amour et Soumission à la Sagesse. J’avais cru explorer la Volonté, l’Agir et de moi il ne restait que des cendres de Joie et une Paix indescriptible parce qu’elle est vivante et possède sa propre existence, ses propres niveaux d’amour et de don.

 

A l’intérieur de cette source de Paix il y a un cœur qui est aussi un cerveau et une main qui étend ses doigts tels des rayons dans toutes les directions et plus encore. Si l’on désire faire le tour de cette bibliothèque/cerveau de tout ce qui existe et existera, on devient et l’on voit son propre visage d’origine et le Plan qui nous était confié. La fusion avec la Source n’est pas possible parce qu’aussi loin que nous épousions l’Esprit du Créateur, il continue de grandir et de s’auto créer, Il s’alimente de toutes les expériences amenées par les Etres qui viennent se fondre et communier en Lui. Nous sommes deux, des milliards et UN.

 

Après la fusion avec la lumière, je n’avais plus de nom, plus d’identité mais je m’étais emplie d’une vie nouvelle, d’une vibration différente et mon chant s’était transformé. Je désirais Maintenant connaître la portée de mon Nom, de mon chant,  de mes couleurs et si j’avais le droit à un nouveau Plan.

A peine mon intention s’envolait-elle dans le vortex de lumière que j’étais aspirée en tourbillonnant jusque dans une énorme salle vide et noire.

 

J’ai demandé où je me trouvais et une voix m’a répondu : tu es dans DAAT, partie visible de la Mère des Mères, la Divine Partie invisible depuis laquelle l’Esprit se reproduit et se consume pour se redéfinir à l’Infini des Infinis.

J’aurais voulu que ces mots soient des bonbons dont je puisse explorer complètement chaque nuance et dont je me serais remplie : j’étais si près du Grand Mystère, si j’avais eut des yeux pour l'invisible j’aurais cherché un passage pour voir la Mère du même coup….ainsi un nouveau nom me fût donné et son énergie toute fraîche m’a fait chanter et s’est répercuté dans toute la Salle et au-delà. Mon chant s’est accroché  par résonance à un monde où je suis apparue pour un nouveau tour dans l’immensité.

 

A peine sortie de la Salle DAAT, une odeur m’est venue au cœur, qui m’a tellement tourneboulée que je cherchais à toute vitesse sa provenance. Elle émanait d’un gigantesque sillon de lumière pailletée qui créait un long et beau sentier au milieu des étoiles. C’était le sillon d’un Etre magnifique, un Prince merveilleux : Métatron.metatron

 

J’ai essayé de le suivre mais je n’étais plus qu’une paillette de lumière qui ne savait pas qui elle était.

Sans amis, ni famille, ni histoire dans cette partie des multi-univers qu’aurais-je pu donner à cet Etre magnifique et déjà si établi dans sa majesté ?

D’ailleurs, mon être était appelé par DAAT à choisir un nouveau plan de Vie Lumière : mon objectif ultime serait DAAT Elle-même et pourquoi pas la Mère Divine ?

Et je serais l’épouse de Métatron comme toutes les consciences qui le désiraient…et qu’Il choisissait.

 

Mes choix étaient compatibles avec mes potentiels. Un nouveau registre fut crée pour inscrire les faits des messagers de la Seconde Création, expansion d’Amour de la Première Création.

Les Rayons me furent présentés dans leur essence et dans certains d’entre eux mon être se diluait jusqu’à s’y dissoudre et y puiser une force de volonté particulière, une nuance de Service qui lui est propre. 

J’habitais désormais le Rayon de la Compassion Dorée, Essence vibrale de la Sagesse et de l’Amour jusqu’à l’Esprit de Pure Liberté, nouvelle  promesse d'union fusionnelle avec l'Esprit.

 

 

 

 

flamme-viol.jpgDes parents m’accueillir pour que mon essence fleurisse sur un support. Et de nombreuses vies suivirent qui m’amenèrent jusqu’ici. Mais ceci est une autre histoire. Lila

 

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article