Rétablir la circulation de l'énergie.

Publié le par lila

Corps-energetiqueL’équilibre est issu d’une harmonie subtile entre les désirs et leur réalisation physique ; c’est-à-dire  entre l’âme et le corps humain.

Tant que nos désirs  dépendent de nos capacités à les matérialiser, nous sommes heureux et confiant. Mais dés lors que des circonstances exceptionnelles ou que la collaboration d’autrui deviennent nécessaires, les désirs sont susceptibles de ne jamais aboutir, l’énergie  utilisée pour les visualiser et les aimer s’en trouve perdue ou bien stagnante ; nous sommes alors dévitalisés, embourbés et confus.

 

Pour rétablir au maximum ses batteries énergétiques il faut rappeler l’énergie des désirs perdus et la réattribuer aux désirs présents ; c’est l’expérience de la « Récapitulation » des pratiques chamaniques dans les récits de Carlos Castaneda.

 

Comment fait-on ça ?  En méditant avec la conscience du corps.

 

Le corps est une vaste mémoire, chaque organe se souvient d’un certain type d’expériences. Lorsque la liaison Conscience/réseau des méridiens fonctionne, en plaçant sa conscience sur un organe ou une partie du corps, on déclenche la lecture de la mémoire qui y est associée. Ces souvenirs sont susceptibles de faire remonter des émotions ou de s’exprimer par des contractions musculaires, des tremblements et également des flashs visuels ou des sensations (goûts, des odeurs, des sensations tactiles).

 

En déstockant les souvenirs vous allez progressivement effacer vos anciens concepts et avancer vers de nouveaux, naturellement. L’énergie ne bouge pas toute seule, il faut lui donner une impulsion par la conscience ou l’Intention mais ensuite elle se réajuste seule.

 

Les Etres de lumière fournissent l’impulsion de cette transformation pour notre collectif humain par l’imprégnation d’énergies positives ; l’énergie est positive quand elle est polarisée pour retourner vers la lumière donc elle est en phase de remontée vibratoire.

Cette énergie pourrait être visualisée comme la nuée de bulles d’air que font les mammifères marins lorsqu’ils chassent en groupe ou, sous une forme plus poétique, comme les bulles de savon que les enfants soufflent pour s’amuser.

En nous rendant le droit de nous émerveiller, de nous libérer des carcans ces êtres nous renvoient l’image de ce que nous devrions être, ce qui façonne nos désirs vers la mise en lumière, la révélation.

 

Cette ascension vibratoire s’accompagne de restructuration énergétique : les chakras déséquilibrés s’emballent, créant des pulsions irrépressibles et des drames.

Les chakras détruits ou ralentis sont la cause de pertes, de maladies, de ruptures ou d’abus. 

Les chakras sont dépendants les uns des autres, comme une mécanique d’horlogerie. Les roues doivent s’emboîter à la bonne vitesse et en harmonie entre elles pour que l’élévation vibratoire se fasse.

 

Lorsque vous avez un problème dans votre vie, il vous faut déterminer le chakra qui correspond à ce domaine et ensuite localisez l’organe qui contient la mémoire porteuse de l’engramme responsable de ce problème ( la petite phrase, la situation passée qui a enclenché la répétition ou la limite de fonctionnement)

En demandant « trouve l’origine » à votre intuition, elle va faire comme un moteur de recherche et sélectionner un ensemble de souvenirs, d’impressions et de ressentis corporels, émotionnels ou autres qui seront à analyser en liaison avec votre problème : il faut comprendre comment ces indices s’organisent harmonieusement car ensemble ils forment une cohérence et pointent vers la solution qui sera approprié à votre vie, à votre capacité d’agir.

 

Nous n’avons pas de problème plus gros que ceux que nous pouvons gérer (sinon, nous mourrons).

D’ailleurs, la pulsion suicidaire vient d’une analyse à la baisse de nos capacités de réactions réelles et du sentiment de ne pas avoir assez de ressources intérieures pour réagir.

 

Lorsqu’un problème survient il faut prendre chaque détail du problème et le résoudre séparément. Ensuite, l’énergie se dénoue et le rétablissement de la circulation de l’énergie vitale survient petit à petit.

On reconnaît qu’on a « mit le doigt » sur l’origine du problème quand on ressent une grande émotion de colère, une frustration ou une grande libération intérieure en prenant conscience.

La colère exprime la lutte contre la vérité intérieure et l’effort de contrôle qu’il a fallut maintenir. Cette pression en se relâchant se déverse d’un seul coup et crée un « coup de sang ».

Les sentiments de joie, de liberté, de renaissance accompagnent les prises de consciences acceptées qui étaient bloquées inconsciemment pour retenir notre volonté d’évoluer.

 

Quoi qu’il en soit, nous ne devons pas juger mais guérir.

Certains textes de ce blog expliquent plus en détail les phases et les possibles ressentis au moment où l’on ouvre les « mémoires oubliées ».

Je ne suis pas une spécialiste de la circulation énergétique, j'ai dû y consacrer du temps par la force des situations que j'ai affronté.

Alors vous trouverez des compléments d'informations dans les ouvrages suivants :

 

"A la découverte des chakras, réequilibrez les énergies de votre corps"  par Pauline Wills

 aux editions Guy Tredaniel

 

"Le serpent de Lumière, au-delà de 2012, le mouvement de la kundalini terrestre et la montée de la lumière féminine" par Drunvalo Melchisedek aux editions Ariane

 

"Médecine énergétique au service de la Femme, comment aligner les énergies de votre corps pour accroître votre santé et votre vitalité" par Donna Eden et David Feinstein aux editions Ariane

 

"Rencontres avec le Nagual, conversations avec Carlos Castaneda" par Armando Torres aux editions Alphée-Jean-Paul Bertrand.  

 

"Les neuf visages du Christ, La quête du véritable initié" par Eugène E.Whithworth aux editions Ariane

 

Namasté!   

Lila

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bernard 01/06/2011 19:07



Merci pour tous ces nouveaux post et c'est cetain ça bouge beuacoup en ce moment comme une conscience collective qui avance pour essayer de changer le cap. Mais vieillerie resiste.


merci