Psychée et Akasha

Publié le par lila

Ces jolis noms ne font pas référence à des nymphes grecques, ce sont les mots qui sont communément utilisés pour décrire certaines textures de l’énergie.

 

La psyché est la somme des pensées (conscientes ou inconscientes) et des émotions (révélées ou niées) produites par chacun d’entre nous. ( Traduction en vocabulaire du New Age : Corps mental et corps émotionnel appelé également corps causal)

L’Akasha est la mémoire des événements survenus sur, dans et autour de la Terre, c'est une des dimensions qui consitue l'aura de la Terre.

L’Akasha conserve donc la mémoire des  histoires individuelles et collectives de manière précise puisqu’elle est inscrite dans la psychée des gens et des lieux. Pour accéder à cette mémoire, il suffit d'entrer en résonnance vibratoire : en syntonie d'ondes.

Il y a de nombreux degrés dans la perception psychique.

 

La pensée produit des modulations dans l’activité du cerveau, ce qui peut se comparer à une « vague » d’énergie cérébrale qui n’est pas arrêtée par le corps, mais rayonne autour et peut donc être perçue par l’environnement. Les animaux et les plantes réagissent instinctivement à ces ondes, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous aimons vivre au contact de nos amis à poils et à feuilles.

Les cristaux ont les mêmes propriétés de réceptivité et d’émissivité, après une longue période de contact.

Les éléments conservent les « ambiances psychiques » ce qui explique que lorsqu’une personne décède son empreinte psychique ; c’est-à-dire son énergie mentale et émotionnelle subsiste quelques temps dans les lieux où elle a vécu. Lorsque les circonstances sont chargées d’intenses émotions, elles restent plus longtemps inscrites dans les lieux. Les gens sensibles « lisent l’énergie » comme s’ils visionnaient des scènes de vie à la télévision.

Certains lieux sont empreints de sagesse, de force transcendante, tandis que d’autres conservent la marque énergétique des drames ; il est arrivé que des promeneurs qui se trouvaient dans un état tranquille et libre de pensées voient se superposer à la réalité du moment présent, des scènes de batailles qui ont eût lieu longtemps auparavant.

 

On capte l’énergie avec les parties de son corps qui sont les plus sensibles et ouvertes.

 

Une personne sensible devient vulnérable aux ondes rayonnées par les autres.

Ce qui explique que les êtres en recherche spirituelle sont poussés à vivre entourés de nature ou dans des lieux particulièrement libre des pensées du quotidien humain. Une pensée linéaire (ordinaire) freine l’élévation de la pensée spirituelle.

En élevant ses pensées, on élève sa fréquence vibratoire : cela ouvre la perception vers de nouveaux niveaux de conscience et de nouveaux « instincts » prennent le relais.

Ces nouveaux besoins consistent à rechercher l’harmonie entre l’idéal et la vie concrète.

On cultive la paix intérieure qui permet d’obtenir un écran mental et émotionnel clair.

 

Dans chaque ville, chaque région l’énergie est particulière, elle possède une identité qui provient à la fois de l’Akasha (l’énergie mémoire de la terre) et de la psychée (l’énergie issue de l’histoire des gens).

 Ces deux fréquences nous baignent continuellement, et produisent des courants.

Lorsque l’on est trop exposé à des masses d’ondes psychiques, notre pensée, nos émotions s’en trouvent décalées et cela perturbe l'équilibre global.

La confiance en soi est un bouclier qui agit pour stabiliser nos pensées et conserver le libre-arbitre.

La Confiance est un « ancrage  psychique ».  Lila

 

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maina 24/09/2010 12:01



Bonjours Lila. Merci pour cette article que je trouve très juste ^^


Si tu as en un peu le temps je t'invite a passer sur mon blog. Au prlaisir d'échanger avec toi. Bien à toi Maina



voyance gratuite 07/09/2010 16:00



Avant un problème d'ondes, je crois que le manque d'espace est une des choses qui perturbe le plus l'être humain, en ville le cerveau est soumis a trop de contraintes et d'agressions ne serait'ce
que par le son. Alors qu'a la campagne le cerveau a bien moins de choses a gérer. Ensuite peut-être viennent les ondes... Marie.