Petite histoire du Sacrifice

Publié le par lila

Lorsque l’Homme a abaissé sa fréquence pour approfondir sa relation à la Terre et s’incorporer dans un corps aux éléments densifiés, il a appris à se nourrir de ces mêmes éléments.

Il a bu l’eau, manger les fruits, les semences et parfois les racines et les bulbes.

Mais la Terre est un organisme vivant et puissant. Chacun de ses mouvements restructure le paysage, la végétation et le climat.

Il faut du temps aux hommes pour retrouver un lieu où poussent les tubercules, les plantes et les baies qui constituent son alimentation, dépendantes des conditions climatiques.

En suivant les gros animaux et leurs prédateurs de nouvelles habitudes sont venues au goût des hommes : le goût du sang et de la vie qui l’habite.

Cette vitalité issue du détournement a crée la faim d’avoir « plus » car un corps mort ne nourrit pas de la même manière et ne rattache pas à l’Ordre des choses par le sentiment de Gratitude.

 

De l’avidité est née la frustration, qui engendre encore plus d’avidité et la violence pour obtenir gain de cause. Les conflits ont engendrés l’amertume et la rancune ainsi que la haine ancestrale qui oppose des peuples sans fin ni objectifs. Le goût du sang engendre le goût de tuer, pour le plaisir.

L’odeur de l’Homme a changé, faisant de lui un prédateur craint par les plus gros des animaux. Alors l’Homme a utilisé cette peur à son profit, devenant éleveur des bêtes qui pouvaient lui fournir le lait, les peaux et la viande et rendant aux prédateurs une part de ce tribut naturel en jetant les parties moins nobles aux alentours de ses habitats. Les petits prédateurs sont devenus des défenseurs et des bergers de cette pitance facilement gagnée.

 

A chaque espèce on a trouvé un usage, un moyen d’exploitation afin d’obtenir des relations entre nous, les hommes.

Nous aurions pu vivre en nous faisant confiance et en collaborant…mais nous avons fait le choix de goûter à ce qu’il ne fallait pas…par facilité, par paresse ? Par la faim tenaillante et la peur de mourir ?

A certaines saveurs on a associé le paradis ou l’enfer. Ce qui est bon ici est tabou chez les autres. L’alimentation est un moyen de faire clan, d’unifier l’énergie par le rythme de la digestion, par la rythmique des repas, par les symboles auxquels les hommes ont associés l’énergie contenue dans leurs aliments.

 

Force Yang : pour nourrir l’expansivité et l’agressivité. Aliment des Hommes

Force Yin pour rendre docile et doux. Aliment des femmes.

 

Que n’a-t-on pas inventé pour détourner l’Homme de sa vérité ?

Et quelques soient les commandements reçus, l’homme continue de tuer…il se justifie en disant que « c’est la vie ». Mais aucun prédateur animal ne connaît l’oeil de la Conscience, aucun prédateur n’est conçu pour manger autant que l’homme.

Les plus gros animaux carnivores savent rester la moitié d’une année sans rien avaler…tandis que l’homme sacrifie toute l’année.

 

 

 

Il en est arrivé à vénérer le Sacrifice comme une Vérité Divine, un Don de Dieu pour « sang-tifier » la vie éternelle. Y a-t-il plus gros mensonge ? Y a-t-il plus grande trahison ? 

Aimez vos enfants : donnez-leur de la viande, du sang et des larmes.

Créez les à votre image, sacrifiez leur avenir et surtout abêtissez-vous. Dieu, vous le rendra.

 

Ps : Bien sûr, faites comme d'habitude, ne suivez pas ces 3 derniers commandements!!!

 

Lila

 

Publié dans philosophie

Commenter cet article

clovis simard 08/03/2011 12:42



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-4: HATMAN !


THÉORÈME D'HATMAN , PHYSIQUE QUANTIQUE !
RELATIVITÉ
VITESSE LUMIÈRE
APOCALYPSE



Cordialement


Clovis Simard



lila 08/03/2011 15:45



Oui, Clovis on ne peut pas louper ton blog étant donné l'insistance avec laquelle tu fais ta pub. J'ai rien contre, simplement tu pourrais aussi faire des commentaires sur le blog où tu déposes
to adresse...ça ne mange pas de pain!!!