Moralité, Normalité, Réalité

Publié le par lila

La normalité est établie pour vivre ensemble selon un idéal moral, un « exemple de comportement  parfait » mais elle ne tient pas forcément compte de la réalité naturelle. Chaque civilisation établit ses propres bases de la ligne de comportement à respecter.  

Le point central de l’Idéal d’un clan peut prendre des formes rituelles considérées comme barbares pour d’autres groupes, par exemple la pédophilie, l’excision, le cannibalisme ou l’homosexualité peuvent être considérées comme immorales à certaines époques et à d’autres moments ce seront l’exclusion, le racisme, l’homophobie, le sexisme qui représentent des comportements non-conformes.

Ce qui est « moral » est considéré comme juste et donc « normal ».

Les institutions servent à encadrer le respect de ce code et essayent de créer une harmonie entre l’Idéal et la réalité quotidienne. Plus il y a d’institutions, plus il est possible de créer des règles de comportement et de préciser, de « normalise » les statuts autant que les comportements individuels. Cette surveillance est censée stabiliser la société et l’aider à progresser vers l’Idéal tout en conservant l’harmonie.

La norme est souvent établie selon les besoins fondamentaux reconnus. Selon le degré d’évolution technique et éducationnels ces besoins fondamentaux ne sont pas les mêmes.

Au début de l’évolution, les besoins étaient de se nourrir et de se reproduire. A cette époque, le cannibalisme ou les mariages avec des jeunes à peine pubères semblaient tout à fait acceptables pour certains peuples.

Ensuite, l’évolution nous a conduit à établir des élevages et des limites de territoires, il fallait « moraliser » les relations entre les jeunes et les empêcher de se reproduire en dehors des liens prévus par leurs parents, par leurs groupes d’où la création de tabous, les enfreindre entraînait la mort. La religion est venue encadrer les droits, établir des Règles qui servaient à préserver la collectivité. Les initiations sur les parties génitales, la séparation des tâches destinées aux femmes et aux hommes ainsi que la création de langage différents étaient des moyens de gérer les rencontres. 

    Avec l’urbanisation et le rassemblement de communautés religieuses et ethniques différentes dans un même lieu, les Règles sont devenues « visibles » sur les vêtements. Les insignes, ceintures, couleurs, tissages à motifs étaient autant de moyens de définir son statut, sa religion et son mode de vie. L’habit revêt une importance symbolique au point d’inventer des vêtements spécifiques pour montrer la fonction et le niveau social (militaires, clergé, artisans, riches ou pauvres, marié, célibataire). Organiser les règles selon un statut laïc ou militaire devient un moyen de se libérer des tabous religieux car les religions sont trop différentes et qu’elles touchent à la relation intime qui lie l’individu à la vie, à la famille ; on ne peut forcer quelqu’un à changer son mode de croyance, mais  en revanche on peut créer des règles qui intègrent les différentes croyances et leur donnent le même statut. Ce nouveau cercle de règles installe un nouveau code avec son cortège de droits et de devoirs : la citoyenneté. http://ps45.org/~psbvugjz/dotclear/public/Images/ConventionEgalite.jpg 

Toutes les grandes civilisations se sont construites sur ce modèle de tolérance et d’intégration, mais rarement elles arrivent à le dépasser pour atteindre à l’Universalité qui intègre les besoins fondamentaux de l’âme.  

Sans être moraliste j’ai remarqué que le respect d’un Idéal est apaisant, donne du sens même à ce qui est difficile et douloureux, tandis que l’immoralité stimule un cruel sens de l’injustice, une forte envie de se venger et d’utiliser la violence. En fait, ce qui est insupportable est le décalage entre l’Idéal moral et la réalité, on peut le vivre comme un mensonge, une trahison, une souffrance, une injustice et à la longue cela peut dégoûter d’être respectueux des bases morales établies. Lorsque l’on se libère des codes en vigueur, il est difficile d’établir une limite entre ce qui est honnête et ce qui ne l’est pas, car l’estimation de l’intérêt que l’on tire des situations dépend des ambitions personnelles.

Lorsque l’on se sent indigné, révolté, on doit penser à un idéal supérieur et universel car l’âme est de passage dans cet espace-temps ; ses besoins demandent de s’aligner et de respecter le code de l’Amour, un code plus grand, pour un être assagi.http://a10.idata.over-blog.com/600x489/3/61/27/00/L-equite-de-l--Amour.jpg

Actuellement notre monde a commencé ce parcours d’éveil moral à la tolérance religieuse, aux droits des enfants à recevoir de l’éducation, aux partages des responsabilités entre hommes et femmes. Il y a encore beaucoup à faire dans tous les pays pour atteindre un niveau d’harmonisation et d’éducation. Il est dommage que certaines sociétés privées sabotent cet élan en détournant l’argent destiné à l’évolution des mentalités et au développement des structures d’échange pacifique.

Les Constitutions servent à défendre l’intérêt commun et le pouvoir de la démocratie, à moins que je ne me trompe, aujourd’hui les sociétés privées empêchent certaines démarches démocratiques pour exploiter des intérêts qu’elles se sont attribuées en dehors de la légalité. Doit-on accepter que notre pouvoir de décision soit transféré à des instances financières privées, sachant que l’argent est le moteur principal des décisions budgétaires et donc des possibilités d’un gouvernement ? Sommes-nous réellement en démocratie, aujourd’hui ? Et si tel n’est pas le cas, quelles sont les ressources constitutionnelles et juridiques dont nous disposons pour reprendre légalement ce qui nous a été pris collectivement ? Ce qui est étrange est cette sensation d’être piégés comme ont pu l’être les Amérindiens au moment de la conquête de l’Ouest. L’endettement fait peser sur les peuples un poids psychique et moral, jusqu’à quand l’accepteront-ils avec calme ?

Il faut se méfier de l’eau tranquille, dit-on….

Lila

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stannah 17/08/2012 19:57


Un article très intéressant et complet!