Monde de la Forme et Monde de l’Energie

Publié le par lila

 

 
Au tout début, lorsque notre corps est en construction dans le ventre de notre mère, nous percevons le monde par les vibrations qui secouent et traversent l’eau dans laquelle nous baignons.

Puis le développement de notre peau - l’organe de perception le plus vaste et le plus complexe qui nous soit donné- crée un tamis pour recueillir des sensations plus fines : le goût et l’odorat, l’ouie et la vue, le toucher s’allient aux perceptions vibratoires pour former un substrat émotionnel et sensitif qui servira de base commune aux deux types de perception du monde.

 

Dés que nous naissons on attire notre attention de nourrisson sur la forme des choses et la société toute entière met l’accent sur la perception visuelle du monde.

La forme des choses prime sur la vibration des choses.

Donc on finit par laisser de côté l’utilisation des sens vibratoires.

 

 

Pour quelques personnes ces sens sont plus développés ou se sont montrés utiles pour leur survie dés leur plus jeune âge alors ils restent connectés aux deux types de perception du monde. Ils deviennent médiums, magnétiseurs, voyants, intuitifs ou génies puisqu’ils savent combiner deux formes d’intelligences différentes, deux réseaux d’informations : l’un provenant de l’hémisphère droit et l’autre traité par l’hémisphère gauche. Ils ont une passerelle vibratoire à l’arrière de la tête qui permet

à une onde homogène de transmettre des informations d’une hémisphère à l’autre et de passer d’un niveau perceptif à un autre.

Alors, leur vision est différente et s’ajoute à la vision ordinaire pour l’embellir puis finalement à certains moments cette vision remplace totalement la vision ordinaire.

Ces moments de « remplacement » sont les moments d’éveils.

On passe d’une perception à l’autre de telle sorte qu’on oublie l’une des deux pour s’engager complètement. Evidemment le risque est de se perdre physiquement de vue. Il ne faut pas sacrifier son corps à la perception de l’énergie, l’idéal est d’accompagner le corps vers la transmutation une alliance divine et naturelle des deux formes perceptuelles.

 

 

La planète toute entière est constituée de strates d'énergie de couleurs superposées les unes aux autres. Ce qui est valable au niveau géologique l'est aussi au niveau énergétique ainsi, entre le sol et le ciel, les couleurs se superposent du rouge (proche du sol) aux bleus en passant par la gamme de l’arc-en-ciel.

Toutes les cellules ont une signature vibratoire, un « chant » de lumière. Ce chant crée des ondes de formes et nous sommes individuellement touchés par les ondes de formes qui viennent des rayonnements des choses, des gens, des étoiles, des éléments qui nous entourent.
Ces  strates se mélangent et forment des courants d'énergie colorés qui sont traversés par nous, les êtres humains enfermés dans nos bulles de couleurs (du gris noir aux lumières de l'arc-en-ciel)

 

Nos bulles d'énergie laissent des traces, un "sillon" pendant quelques temps après notre passage dans un lieu.
Ce sillon est bleu lorsque nous sommes marqués par le désir de Justice, de Volonté, d'Action.
Il est Rose pour les personnes empreintes de douceur, de gentillesse, d'esprit d'empathie, d'esprit maternel.
Il est OR pour ceux qui cultivent la sagesse et recherche l'équilibre intérieur.
Il est vert chez les guérisseurs, les praticiens de l'énergie (Reiki, acupuncteur, médecins)
Il est Rouge chez les gens qui ont une forte vitalité.
Il est Indigo (bleu/violet) chez les gens qui sont connectés à leur intuition.


On peut également trouver des symboles ou des écritures lumineuses, des sortes de tatouages sur le front, les tempes, la gorge, le milieu du dos et la poitrine.
Mais la plupart du temps les gens ont une aura rabougrie et grise.

La vieillesse est la perte de la lumière de l’aura : les cellules du corps ne sont capables de garder le niveau d’énergie nécessaire et les cellules s’étiolent, se clonent mal. Alors, l’âme cherche à s’agglutiner à la lumière et se détourne du corps.

 
Les couleurs d'une personne ne correspondent pas nécessairement à sa personnalité humaine mais aux tendances de son âme.
Ce qui signifie qu'un être humain peut avoir une vie de "con" et posséder malgré tout une très belle couleur d'aura, car dans sa pensée ou dans ses vies antérieures son âme s'est comportée de manière exemplaire et c'est pour cette raison qu'elle est revenue : afin d'aider les autres à porter des charges difficiles en ayant une vie minable -en apparence- mais pleine de dévouement "dans la vision du coeur".
 
Dans le film  tiré de la prophétie des Andes, on montre comment on repasse d'une vision normale à la perception de l'énergie : lorsque l'on avance dans le processus de défocalisation des formes physiques pour entrer dans le processus de perception de la réalité depuis l'angle de l'énergie, alors "quelque chose" dans notre conscience du moment présent  et de la réalité se déplace, on se reconnecte avec les âmes des gens selon les synchronicités : les leçons d’apprentissages communes.

 

Et au fur et à mesure se produit le désamarrage du moi humain limité afin de redéfinir la vie selon un angle de "possibilités" plus larges ; c'est comme voir les choses depuis un point de vue panoramique, selon un code réseau immense, relié à l’énergie de la lumière vibrale et à l’intention qui soutient nos actes.

 

 

Notre conscience cérébrale n'est plus à la même place : au départ la conscience est placée sous le front, dans la boîte crânienne, ensuite elle progresse vers le dessus de la tête.
Donc, on se perçoit comme plus grand, on s'accepte comme "plus responsable" devant la collectivité.
C'est à dire que quelque chose qui se passe à l'intérieur de soi, dans une relation à soi-même devient un élément qui change notre compréhension, tout de suite on se sent capable d'utiliser cette compréhension pour "éclairer" les autres. Evidemment on ne peut éclairer qu'à la hauteur de la connaissance que l'on a, selon le degré de clarté intérieure acquise.
 
Les deux dangers de cette capacité nouvelle sont de vouloir changer les comportements des gens sans connaître leur capacité à changer leur point de perception  car le changement de perception entraîne un changement  psychologique.
Curieusement lorsque l'on possède des capacités pour voir l'énergie cela ne signifie pas pour autant que l'on ait des preuves ; ce qui est visible pour celui qui a des yeux pour voir l'énergie reste intangible pour tous les autres, donc on se place en décalage avec les autres puisque l’on ne réagit plus pour les mêmes raisons ou de la manière qui leur semble appropriée.
 
Deuxièmement la force de caractère et l'intransigeance dont on fait preuve lorsque l'on est sûr d'avoir raison ne nous rendent pas toujours service. Voir c'est "savoir" mais il faut rester modeste et sensible pour obtenir gain de cause.
Lorsque l'on commence à s'éveiller à la véritable nature des gens et des choses il vaut  mieux rester imperturbable car l'amour (c’est-à-dire l’énergie) est donné à tous sans exception, mais quelques uns ne désirent pas le recevoir. On ne peut pas forcer les gens à devenir quelque chose dont ils ne ressentent pas le besoin intérieurement et qu'ils craignent.

 

Ensuite, la transformation ne touche pas tout le monde de la même façon puisque notre niveau de sensibilité est unique, que notre bagage psychologique est particulier à chacun et que notre centre d'énergie principal (chakra) n'est pas le même pour tout le monde.

La meilleure option est d'être le plus authentique avec soi-même et de respecter ses  vérités intérieures ainsi que se permettre d’être aimé. Ainsi, on fait la même chose avec les autres  et on reçoit le respect que l'on donne.

Une chose est sûre : les gens désirent être vus pour ce qu'ils sont "à l'intérieur" ce qui ne signifie pas qu'ils se voient comme des Anges, ils aiment que l'on sache reconnaître leurs démons, leurs culpabilités internes. C'est paradoxal mais les gens veulent être vus tels qu'ils sont...ainsi ils nous respectent pour ce que nous sommes.
 
Le monde n'a pas besoin d'être embelli, il est déjà beau. C'est notre façon de regarder qui doit retrouver cette beauté.
On doit permettre de se laisser traverser par l'énergie de l'Amour qui est visualisée comme une lumière très blanche et pure et ressentie comme un feu (qui ne brûle pas la peau) au centre du coeur et autour des épaules parfois aussi jusqu'au dessus des oreilles, d''où le terme de "feu rayonnant" ou "couronne rayonnante" pour décrire l'énergie d'Amour.
C'est une force qui se ressent physiquement. Parfois on la ressent comme un rayon laser qui nous traverse. Cela n'est pas douloureux mais c'est un effet "réel" c'est-à-dire qu'il n'y a pas "imagination" mais sensation. Cela n'arrive pas quand on le désire mentalement mais lorsque l'on est ouvert, que l'on "permet" au sens énergétique du terme, au niveau du coeur.
 
Tous ceux qui font l'expérience la décrivent avec les mêmes mots et ces mots n'existent pas toujours dans le vocabulaire ordinaire de leur pays. Ce qui signifie que partout dans le monde des gens font l'expérience de la même chose et doivent trouver la combinaison parole/symbole adaptée pour décrire ce qu'ils ont vécus.
On voit apparaître un vocabulaire particulier à ces expériences et souvent on s'appuie sur le vocabulaire utilisé dans les temps bibliques (Hébreu, Sanskrit, Araméen, Egyptien) ou les livres des Morts (Tibétains, Egyptiens, Mayas).
Il s'agit de trouver l'image symbolique qui se rapporte le mieux à ce qui est vécu.

 

Revenir à l’origine signifie autant revenir au point de départ des perceptions ( par la Gestald thérapy, le rebirth,  le travail des constellations familiales) et à la naissance des sensations, que revenir à la Conscience d’Unité, au point de naissance de la Conscience Collective humaine à travers les connexions vibratoires et les ressentis métaphysiques (connexion à la Terre, au Divin, à la Lumière).

Que l’on parte du Principe de la Forme ou du Principe de l’Energie, on retombe sur un point de convergence, d’unité : union du corps et de l’Esprit lorsqu’il devient Etat de Conscience vibratoire.   Bonne journée !

 

Lila



Publié dans philosophie

Commenter cet article