Misogynie ?

Publié le par lila

Lorsque des hommes ont voulu délimiter les territoires et se sont approprier la terre. Entre les clans pour faire alliance ils échangeaient des objets, de la nourriture ou des femmes.

 

Depuis ces temps reculés le statut de la femme a évolué mais il n’atteint pas encore le droit à l’égalité, les Lois pour la défense des droits des femmes sont loin d’être suivies car le vieux code d’appropriation reste actif dans les usages et le subconscient collectif.

 

Entre un homme noir et une femme, il y a encore une hiérarchie invisible qui insiste sur la vulnérabilité du statut de femme. On ne peut plus insulter un homme pour sa couleur de peau ou sa préférence sexuelle mais il n’est pas rare que les femmes soient rabaissées y compris par d’autres femmes sur la base de leur féminité.

On les chante avec poésie, lorsque les hommes  parlent des femmes on pourrait croire qu’elles les enchantent mais la réalité est tout autre.

 

Naître femme n’est pas une tare, ni une maladie et cela ne devrait pas engendrer de honte ni de comportement de soumission.

Nous sommes les ventres qui construisons le monde de demain, c’est de notre chair que sont fait les soldats, les ouvriers et les entrepreneurs : aucune technologie n’égale ce dont notre corps est capable : et il est interdit de mal le juger, de le dénigrer, de s’opposer à son bien-être.

 

Or, dans de nombreuses occasions les hommes et les femmes qui ont acquis un pouvoir sont abusifs quand il s’agit d’aider une femme car dans la tête de nombre de gens être femme sous-entend n’avoir le droit à aucune considération. En tant que pilier de la famille et de la transmission de la culture, les femmes n’ont pas toujours l’occasion d’exister dans le domaine public.  

 

Lorsque des femmes accèdent à des postes de pouvoir, elles sont souvent issues de milieu intellectuel ou de culture matriarcale et se sont montrées plus fortes que les obstacles placés sur leur route pour devenir des leaders politiques, économiques ou dans les domaines de l’humanitaire ; la plupart d’entre elles ont dû renoncer à une vie de famille classique et se sont consacrées à leur profession car pour atteindre les hautes sphères du pouvoir ou de l’excellence il est nécessaire de s’aligner sur un rythme « hyper testostérone » cette hormone masculine qui détermine la virilité.

Il faut qu’une femme abandonne sa nature féminine et devienne une prédatrice, une guerrière pour acquérir du pouvoir à la façon des hommes, dans une société qui se base sur l’instinct masculin.

 

Hyper compétition, course à l’énergie dépensée, notre société est à bout de souffle sur ce modéle de surpuissance masculine. Quelque soit le temps, il faut rester dans la course comme les petits spermatozoïdes lâchés sur le bonheur à venir. Cours-y vite! 

On estime que notre économie est en bonne santé lorsque les Bourses restent pleinement en hausse !!

Et, si  d’aventure l’on cherche dans le vocabulaire un peu de féminité c’est encore pire : la plupart des insultes trouvent leur version féminine, tandis que les fonctions ou les honneurs ne se féminisent pas !

 

Les portes des corps de métiers se sont ouvertes aux femmes….mais la société continue de penser comme avant la naissance de ma grand-mère !

Ce n’est pas faute d’avoir des exemples de femmes volontaires : dans tous les domaines il y a eut des pionnières pourtant les idées reçues restent les mêmes, le clitoris reste un sujet tabou et le droit de cuissage est encore un sujet d’actualité, où le mâle à des droits supérieurs à celui de sa victime. Doit –on en pleurer ? Doit-on encore s’en révolter ?

 

Le monde du futur sera sensitif, il se construit petit à petit vers une fluidité des mouvements : la Tendance est à la féminité, à la réceptivité, à l’intuition : les qualités féminines des chasseurs.

Ceux qui le comprendront sauront s’y adapter et trouveront le Bonheur dans leur corps et dans leur cœur.

La douceur, l’empathie, la maternance sont les qualités qui manquent le plus aujourd’hui dans les relations humaines, entraînant des manques d’énergie vitale et des dépressions.

Le corps et l’âme ont besoin de s’harmoniser aux valeurs de la féminité qui ne sont  pas du tout de la passivité, de la soumission ou du désordre, mais de la patience, de la fluidité et de l’endurance. C'est parce que nous sommes résistantes que vous avez reçu la vie que vous portez. Lila

 

 

Commenter cet article

dominique royer 22/05/2011 14:42



Nous sommes dans une société qui est construite comme ça, elle change et actuellement elle change rapidemment, malgré l'impatience que peuvent en retirr certaines femmes. Pourtant ne rejetons pas
systématiquement le passé, il a eut ses vertus et ses grandeurs. Le monde qui nous attend ne lui sera pas forcément supérieure. Et puis d'autres déviances apparaîtront car avant tout c'est
l'humanité et sa condition qui nous détermine



lila 23/05/2011 13:48



La société a changé depuis la fin de 1914 ...les femmes sont -de fait- les égales en ce qui concerne le travail et ce sont elles qui se sont libérées  toutes seules des carcans moralistes,
religieux et des obligations familiales pourtant les écarts entre hommes et femmes sont encore criants : spécialement dans les hautes sphéres hiérarchiques, ce qui revient à dire que les
strates populaires vivent selon une plus grande égalité que les classes supérieures.


C'est un comble pour une nation dont la banniére est faite des 3 valeurs liberté, égalité fraternité d'être aussi retrograde dans sa façon de traiter les femmes !


 Quant à l'humanité, elle a construite ses valeurs sur les nôtres ...la plupart des révolutions populaires qui ont eût lieu s'inspiraient et continuent de s'inspirer de nos modéles
intellectuels...dommage que dans ce pays nos valeurs soient si mal représentées. Bientôt les femmes des pays musulmans seront plus nombreuses dans les postes à
responsabilités et mieux respectées que les femmes en France! C'est déjà le cas au Brésil, en Chine et dans de nombreux pays africains ou latino-américains.


Par exemple, si Monsieur Stauss-Kahn s'était laissé aller de la même façon en France, croyez-vous que les suites auraient été les mêmes ? Nous savons tous que ni les journalistes, ni les amis
n'auraient permis un tel scandale à la veille des écheances politiques auquel il pouvait participer, ce qui revient à dire qu'il y a deux poids et deux mesures dans la justice et  dans le
droit à l'information. C'est beaucoup plus grave qu'une simple affaire de trahison conjugale, ce que cette affaire démontre concerne l'état des lieux du statut de la femme en France et du respect
que l'on doit aux gens.


Il faut des dizaines d'années pour faire avancer les esprits et les comportements, seulement en entendant les propos narquois des commentateurs de l'affaire DSK on peut sincérement se demander si
le statut de la femme n'est pas en train de dégringoler vers les bas-fonds. Au nom de la liberté sexuelle les femmes doivent se rabaisser au racolage télévisuel et les pratiques pour obtenir un
travail ou bien le conserver ne sont pas toujours de très bon goût.


Si on continue comme ça la société aura inversé les valeurs sans que nous y gagnions plus de liberté ou une meilleure qualité de vie. Faut-il devenir menteur, voleur et immoral pour recevoir
la reconnaissance, l'argent et la popularité? Pour l'instant c'est ce qui est valorisé. Et parfois c'est répugnant à regarder. Le monde sera tel qu'on le laissera se developper...perso j'aime la
liberté mais pas le mensonge ni les abus.


 



mamalilou 19/05/2011 21:40



très bon billet, un traitement du sujet très juste


belle soirée à toi avec un grand merci



lila 20/05/2011 18:59



Merci de ta visite, elle me fait toujours plaisir. C'est la chaleur communicative de ton sourire et de ton coeur qui transparaît à travers tes messages.