Les Multiples Influences sur notre Réalité.

Publié le par lila

http://pointdereference.free.fr/m/www.erenouvelle.com/SITE/IMAGES/OVNIS.JPG

Ces derniers jours ont apportés de nombreuses occasions de changement et d’alignement vers la conscience d’un nouveau monde. Il me semble utile, alors que l’attention est portée sur les tensions politiques de faire le détail des diverses énergies qui nous traversent.

D’abord, il y a eu le passage en masse des vaisseaux d’Orion et de Vega, venus faire leur Chant d’alignement au moment où le portail galactique s’est ouvert le 25 août. Peut-être avez-vous gardé la conscience des tonalités : OD-IS-RA-MA/ OD-IS-HA-RE/ en plusieurs longues phrases musicales simples qui stimulent certains points de notre anatomie énergétique lorsque nous nous reposons,  Cet appel d’ondes spécifiques nous aident à conscientiser notre verticalité, c’est-à-dire le lien intérieur qui rejoint notre ciel à notre terre en passant par notre colonne vertébrale.

Cette harmonisation de tous les individus capables d’entendre –consciemment ou inconsciemment-  nous offre l’opportunité de nous aligner sans effort mais la qualité et les conséquences de cet alignement est variable selon notre niveau d’ouverture à l’Esprit de Paix.

Cette paix ne concerne pas  uniquement notre vie, notre corps ou le monde mais également la relation que nous avons tissés avec les énergies du Ciel et de la Terre. Certains se sentent encore en « guerre » avec l’énergie terrestre, essayant de fuir ce monde parce qu’ils pensent qu’ils n’y ont pas leur place. A ce titre, ils se voient isolés, « à part », descendus du Ciel et sans attaches profondes d’amour pour cette Terre ou cette Humanité primitive en bien des comportements.

D’autres au contraire ne ressentent pas d’influx vers l’esprit du Ciel. La seule réalité qui les éveille à l’énergie vient de la Terre, des humains et des paysages naturels ou psychiques que l’Histoire à créer par l’intermédiaire des Peuples. Ceux-là ne veulent pas quitter un monde dont ils se sentent partie prenante. Ils y sont bien intégrés, au point qu’ils en sont devenus laxistes face aux travers des humains, ils leur pardonnent tout, et il est difficile de savoir s’ils s’importent pour quelque chose d’autre que leur bonheur personnel.

Entre ces deux façons de se lier à l’énergie les enjeux traditionnels viennent se greffer.

L’approche guerrière de l’avenir s’appuie sur le besoin de domination et la division pour créer des richesses. Notre Monde s’est construit sur l’économie de Guerre qui est une tradition, un commerce, une manière d’envisager la richesse et l’économie. Nous faisons la guerre à chaque fois que nous entrons en pénurie.

Aujourd’hui cette pénurie est plus psychologique que réelle, et presque aucun pays n’a les moyens financiers de s’engager dans une guerre seul. Or, une guerre doit rapporter plus qu’elle n’engage de frais, à long terme. Une guerre dure en moyenne 4 ans pleins, avec 2 ans de préparation psychologique des populations et des besoins militaires et ensuite, elle permet d’investir et de stimuler l’économie locale et internationale durant 4 à 8 ans de reconstruction, parfois plus, lorsqu’il y a des intérêts particuliers. Donc, la Guerre permet d’enrichir les possesseurs de gros capitaux, elle affaiblit les faibles, créant une sorte de stimulation des plus forts et éliminant progressivement les plus faibles à la façon de la sélection naturelle. A chaque fois que nous commençons une guerre elle nous donne l’occasion de redessiner les frontières et d’accéder à des richesses.

Par exemple, à la signature du Traité de Versailles, à la fin de la première guerre mondiale, les pays dominants ont redessinés la carte des Etats ; sans tenir compte des cultures ni des peuples ; les zones géographiques se sont trouvées coupées à la règle, séparant des peuples, causant des diasporas , imposant des structures politiques et administratives pas toujours compatibles avec l’histoire locale des peuples qui bien que partageant ces territoires communs ne sont pas nécessairement en harmonie. La Syrie, la Turquie, l’Irak et l’Iran, eux-mêmes placés sous différents tutorats politiques européens, se sont vus attribués une zone culturelle et géographique nommée Kurdistan. Depuis lors, le peuple kurde cherche à être représenté, or les kurdes sont des minorités dans chacun des états, alors qu’ensemble ils représentent une population. Régulièrement (presque à chaque génération) les villages kurdes subissent des violences de la part des autorités légales : en Iran, en Irak, en Turquie ou en Syrie, le problème est le même. En Imposant illégalement des frontières arbitraires, nous nous sommes condamnés à intervenir pour rétablir l’ordre selon notre code moral et nos intérêts économiques. Les massacres de population en Afrique ou ailleurs sont la conséquence directe de ce manque de Respect de nos puissances envers les peuples qui nous semblaient techniquement inférieurs et moins aptes à défendre leurs ressources selon nos méthodes. Autre avantage, pendant que les peuples fuient en diaspora, ils offrent une main-d’œuvre bon marché et peu exigeante légalement.

Mais aujourd'hui la Guerre ne correspond plus du tout à nos besoins dominés par les problèmes d’environnement et l’épuisement des ressources naturelles qui servent à l’industrie,dommage pour ceux qui se voulaient de grands guerriers et se passionnent pour les stratégies militaires. Nos peuples peinent à intégrer les populations émigrantes pour raison économiques ou politiques. Nos systémes s'embourbent. Alors, les stratégies sont engagées vers la Conciliation, le partage des dépenses en matière de recherches, d’investissements financiers, de développement des technologies et de surveillance. Nous en sommes à l’ère du « co-mécénat » entre les états, les entreprises, les banques et les centres décisionnels internationaux. Des alliances se forment quotidiennement entre des entreprises ou des peuples qui connaissent leur valeur, leur culture, leur histoire et néanmoins valorisent celles des autres.

C’est grâce au développement de ces nouveaux besoins nourriciers qu’un autre niveau de conscience et de responsabilité s’étend dans nos approches au monde. Notre planète a besoin de notre attention, de notre amour et cet amour s’exprime plus volontiers vers le territoire avec lequel on se sent en affinité. Dans ce monde de vitesse et de message instantané, nous pouvons faire beaucoup mieux que de nous intimider les uns les autres.  Nous pouvons décider de redéfinir nos liens et nos contrats sur une base qui effacerait les injustices commises par le passé. A chaque fois qu’une minorité est bafouée, il est naturel de la défendre, mais la véritable morale serait de rendre aux cultures et aux peuples leurs droits sur leurs territoires traditionnels. Cela sous-entendrait que nous deviendrions honnêtes avec nous-mêmes et que nous serions capables de changer notre comportement en profondeur : à la place d’une logique économique de guerre et de razzia nous rétablirions la paix entre le Peuple et sa terre, nous nous projetterions dans une logique « gagnant-gagnant » sans passer par la frustration d’un peuple pour la satisfaction des autres.

Sommes-nous aujourd’hui capables d’envisager la paix comme un mode d’abondance et de fleurissement des possibilités pour tous ? Pourrions-nous envisager la Paix comme modèle d’épanouissement de l’Humain et non pas seulement d’un peuple ou d’un mode de vie ?  Le gain d’énergie, d’argent et de forces vives intellectuelles, relationnelles et culturelles concentrées vers l’évolution majeur de toute l’Humanité, afin que notre génome puisse abandonner des aptitudes destructrices au profit du développement de nouvelles aptitudes génératrices d’intelligence supérieure, d’une Conscience supérieure ?

Les dirigeants actuels sont des hommes définis par leurs forces et leurs faiblesses comme chacun d’entre nous mais ils se doivent d’entrer en symbiose avec l’Esprit qui habite leur nation et canaliser cette énergie pour promouvoir l’évolution de toute l’humanité. C’est un travail de maîtrise de soi et de conscience évoluée. Nous leur sommes reconnaissants de prendre conscience de leur rôle dans notre avenir collectif. En fait, nous sommes heureux de les voir se réunir et communiquer. Nous sommes fiers de voir le monde évoluer en temps réel.

Notre patrimoine humain est unique et riche. Nous ne devons plus en avoir honte ni créer les conditions de la honte, de la culpabilité. La guerre fut une façon de gérer l’énergie, nos relations et nos pulsions mammifères territoriales mais nous ne sommes pas destinés à rester sur cette strate comportementale, nous sommes devenus majoritairement des « urbains », des « Sapiens ça pense »  Nous n’avons plus besoin de détester les gens uniquement parce que leur mode de vie, leur alimentation ou leur religion est différente, nous acceptons les différences et vivons dans des centres cosmopolites et métissés.

Nos valeurs actuelles  de partage et d’évaluation se basent sur la manière dont nous dépensons notre argent. Les grandes strates sont les mêmes partout à travers le monde, sans discriminations de passeports ou appartenance à une identité : les ultra riches ont un mode de vie semi-nomade, les très pauvres sont soumis à l’exil sans bagages ou à la marginalité tandis que les  classes médianes essayent de se constituer un pécule qu’ils dépensent dans différentes marques leur servant de clan psychique d’appartenance, les plus riches d’entre eux s’alignant sur le style de vie de la classe supérieure.

Ce rythme effréné -et un peu absurde- de consommation  sert à consolider l’identité sociale dans laquelle nous investissons notre énergie et ainsi se forme la « danse du monde ».

Cette danse – aussi triviale qu’elle puisse nous sembler- mène à l’Unité de l’énergie du Ciel et de la Terre : que nous soyons tout en bas ou bien dans les strates les plus hautes, nous faisons partie de cette danse, nous sommes le monde : que nous soyons noir ou blanc n’importe plus, l’Unité de Conscience a commencé et elle utilise l’argent et l’amour comme mode d’égalisation.

Salutations Sincères. Lila

 

 

Publié dans Messager de lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article