Les Eres et les Symboles

Publié le par lila

 

matin 003modif02

 

Sans la lumière du Soleil il n’y aurait pas de vie telle que nous l’entendons.

Ainsi la Lumière est devenue un symbole d’espoir et de vie.

Si l’on cherche une vie après celle-ci, il faut se concentrer sur la lumière.

Puisque nos os sont faits de sédiments et que cette structure est la même que celle des coraux, en passant d’une conscience unicellulaire à une conscience plus complexe, la vie s’est développée et les résidus de cette antique conscience se trouvent dans la lumière, point unique de convergence entre toutes les étapes de l’évolution terrestre et la matière cosmique.

 

Lorsque les premières civilisations ont cherché des rituels et des symboles pour exprimer la puissance de leur Origine elles ont choisies un animal totem qu’elles associaient à l’Etre créateur et à la Lumière du Soleil ainsi « Dieu est la Lumière » ; ils sont pour toujours reliés à l’évolution de l’Homme et à la spiritualité, par le sentiment de gratitude associé à l’état de bien-être tiré de l’animal.

 

Le créateur de tout ce qui vit chez les Egyptiens est Knoum, un Bélier coiffée de Soleil représentant l’énergie créatrice rythmée par les cycles de la roue du potier.

Chez les premiers éleveurs la laine est un symbole de douceur, de générosité de la part de la Nature et la docilité des ovins permet d’être nourri de lait et de viande sans la fatigue de la chasse et de la cueillette. L’animal et l’élevage sont une aide providentielle qui soulage de la faim chronique.

Pendant deux milles ans l’équinoxe de printemps était l’occasion de célébrer le renouveau annuel par une fête où l’on sacrifiait un Bélier. La vie se nourrissait de vie, le bélier devenait le messager des Hommes.

 

Avec l’évolution des communautés humaines, l’agriculture est apparue qui entraîne un travail éreintant ; pour s’épargner autant que pour mieux produire, l’Homme domestique la Vache et son compagnon.

Le taureau devient le nouveau symbole d’abondance, de bonheur et de fertilité.

Il apparaît comme un Dieu et les hommes qui cherchent à s’illustrer veulent le dominer.

Des jeux, des fêtes, des rituels font du taureau un symbole de courage (il fait un dur labeur), de robustesse, de sécurité et d’impétuosité masculine. La vache garde les attributs de la nonchalance docile, de la soumission et de la maternité sans limite. Dans les civilisations qui donnent de la valeur au Taureau, le rôle des femmes est moindre, la masculinité est exacerbée.

 

En entrant dans l’ère zodiacale des Poissons, nous sommes entrés dans une période de communication, d’illusions et de feintes ; le poisson capte la lumière sur ces lumineuses écailles, sa chair est variée et délicieuse,  il vit dans l’eau et descend loin se cacher dans la vase.

Presque toutes les civilisations se sont installées au bord d’un cours d’eau. On n’a pas besoin d’être riche pour pêcher du poisson, il n’y a pas besoin de posséder des terres ni du bétail. Dans une ère où les centres urbains se développent beaucoup, où la survie ne dépend plus seulement des conditions climatiques naturelles mais aussi du partage des terres, des droits civiques et autres divisions arbitraires (en opposition à la Nature), il faut jouer collectif pour ne pas être manger par plus gros que soi, l'idée de démocratie se cache entre les écailles du monde souterrain. Le baptême symbole des rituels de purification et de Rédemption naît des eaux de l’émotion et des codes de l’inconscient collectif, monde de la psychée. La vase et les sédiments deviennent de l’or noir que l’on va sucer jusqu’à la moëlle pour alimenter toute sorte de technologie.

Le message du Ciel s’adapte idéalement au besoin de la vie harmonieuse dans des communautés urbaines de plus en plus vastes : aimer votre prochain comme vous-même, devenez son alter ego, brillez ni plus ni moins que vos frères et sœurs. (Ne dépasses pas de la nasse !)

 

Dans l’ère du Verseau, le Soleil redevient l’astre créateur, le symbole des symboles, pourvoyeur de  richesses, de rendement et de puissance.

Entre Louis XIV et les panneaux solaires du 21éme siècle quel est le dénominateur commun ? L’énergie, la grandeur et l’espoir d’une vie meilleure…

L'Homme redevient partenaire avec le divin, les alliances culturelles et fédératrices qu'il a crée ne doivent pas céder devant l’indifférence des gros poissons financiers pour le devenir de leurs compères plus petits.

Certes, il reste un léger relent de marée noire, un goût amer et toxique dans l’air mais ensemble, nous avons construit l’impossible : pourquoi le possible nous ferait-il peur ?

L’ère du verseau est le temps des créateurs, des idées et de l’expression extravagante : « je suis moi » c’est la tendance qui devient petit à petit « Je suis Ce que JE SUIS » paroles d’Amour et  de Soumission à l’Etre Divin en Soi. Lila

 

 

 

 

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-philippe 20/09/2011 19:04



Trier le bon grain de l'ivraie, c'est faire, dans ce bas monde,  la différence entre les rois et les reines ET les Dieux et les Déesses !



lila 22/09/2011 10:29



merci, on fait ce qu'on peut...du mieux possible. Avec les moyens du bord !