Les deux mondes

Publié le par lila

Dans chaque catégorie de la société nous voyons apparaître deux façons d'entreprendre les choses.
  
L'une des façons est harmonieuse et cherche le consensus, parce que ce qui semble le plus important est d'avancer, d'unir et de se sentir en sécurité, donc de chercher des alliés pour une union durable et la création d'un monde plus équilibré.
L'autre manière est dominatrice, s'impose par la pression quelques soient les conséquences futures, le but étant d'obtenir une réussite immédiate même si elle est précaire.
Ces deux conceptions du quotidien se retrouvent dans les relations à tous les niveaux de hiérarchie, à tous les niveaux de pouvoir et dans tous les secteurs d'activités. 

Le prochain monde sera pacifique, ce qui ne signifie pas qu'il n'y aura plus de compétition entre les gens ou les pays, mais que les buts ne seront plus atteints par la force ou l'exclusion comme cela était le cas traditionnellement sur Terre. Nous nous éloignons de notre animalité territorialiste et nous avançons vers une plus grande sagesse.
Les territoires à conquérir ne sont plus extérieurs car chaque nation désire qu'on lui redonne de la considération et du pouvoir sur sa propre destinée ce qui sous-entend que chacun cherche à exprimer sa liberté. Alors, les nouveaux territoires seront d'ordre de la présence, de la maîtrise de soi et de l'harmonie que nous sommes capables d'atteindre avec les autres.
Les réseaux ne se construiront pas seulement sur la capacité d'exercer la contrainte, le blocus mais au contraire sur l'habileté à créer des communications durables et profitables pour toutes les parties afin que chacun puisse sentir qu'il accéde à de nouvelles opportunités, à de nouveaux horizons.

On s'aperçoit avec l'entrée des autres régions du monde dans la globalisation, que chaque région posséde des savoirs et des contraintes spécifiques, des réseaux et des modes de vie basés sur des valeurs différentes de celles de l'occident, et ces autres manières de fonctionner peuvent nous enseigner car elles sont moins conflictuelles mêmes si elles demandent plus de temps et un brin de malice pour obtenir des résultats rapides.
Rencontrer les autres sans a-prioris et essayer de comprendre le point qui pourrait être une opportunité d'échange et de croissance mutuelle, voilà la meilleure façon d'envisager les activités dans le futur immédiat.

Il ne faut pas perdre de vue que la loyauté et la conception de l'éthique n'est pas la même chez tout le monde, que les tabous ne vont pas se dissoudre du jour au lendemain, pourtant le monde doit aller vers une nouvelle organisation et une plus grande représentativité de sa diversité.  
La décenne qui vient va s'attacher à construire des passerelles entre les modes de vie, entre les régions du monde afin que les terres soient plus accueillantes et offrent de vraies raisons d'y vivre : un capital bonheur utile  à emmagasiner avant les grandes transformations physiques qui auront lieu ensuite, avec le changement de polarité magnétique.  

La vie des personnes s'allonge et les métiers d'hier disparaissent, il est évident que l'enseignement doit s'ouvrir à de nouvelles classes d'âge, et créer des passerelles entre les diplômes, entre les formations.
Les personnes handicapées vont devenir plus nombreuses, et cela dans tous les pays, conséquences des guerres ou d'un mode de vie inadapté, de traumatismes à la naissance ou dans la vie.
L'internet est loin d'avoir atteint son plein essort, il est un support précieux d'informations et de developpement, il est une fenêtre sur le monde peu invasive, lorsque bien utiliser.
De nombreux secteurs sont porteurs d'activité rentable et utile à condition de mettre l'homme au coeur des besoins, on voit combien nous sommes loin d'une décroissance mais plutôt d'un recentrage de cette croissance vers  un rythme qui tient compte des capacités humaines et non pas des calendriers financiers.

L'argent, pour un avare, il n'y en a jamais assez, quand bien même on lui en offrirait des montagnes!
C'est donc ce tout petit "détail" qu'il va falloir laisser de côté : les rentrées d'argent ne mesurent ni le bonheur qu'on a à le gagner, ni le plaisir que l'on a à le dépenser! Pourtant, s'il ne sert pas à échanger, à quoi peut-il servir si ce n'est à étouffer? Lila

Publié dans Messager de lumière

Commenter cet article