Le Rôle du « Non-Faire »

Publié le par lila

J’ai essayé dans les deux précédents textes d’aborder la relation Conscience et Ame depuis le point de vue des plans supérieurs. Evidemment mon énergie n’a pas retrouvée l’amplitude infinie de ces niveaux d’Etre, mon niveau d’Unité est donc rendu par ma conscience humaine ce qui entrave sa pleine expression vibratoire, cependant l’objectif de ces textes est d’apporter une clarté de compréhension afin que vous puissiez entrer sereinement dans l’Acceptation des choses, de la Vérité de votre âme et commencer réellement à saisir l’importance de votre personne dans ce processus collectif d’expansion et de transparence.

 

Jusqu’à présent ce blog consistait à témoigner par mes écrits des paliers, des détours et des possibles états d’émotions, de transcendance  qui proviennent de l’ouverture des chakras.

Au fil du temps, vous avez pu être d’accord ou bien prendre du recul face à « mes » dilemmes, sachant que votre vérité n’était pas nécessairement la mienne.

Pourtant, si vous êtes authentiquement investi dans l’approche de votre âme, dans sa révélation à elle-même et aux autres, vous avez dû constater qu’il y a des passages « obligatoires » : des moments qui sont valables pour chacun, selon une problématique particulière à chacun mais qui aboutit au même type de vérité, aux mêmes conclusions.

 UNITE

Par exemple, l‘établissement de notre corps et de notre cerveau dans l’état de Paix est le passage qui relie l’homme ordinaire à son Christ intérieur, à une partie éternelle de lui-même.

A partir de cette reliance, on recherche la Simplicité avec les autres, dans toutes les situations y compris avec soi-même.

Cultiver la simplicité amène une qualité d’amour que l’on attribue à la Sainte Vierge Marie ou bien à la Mère Divine (qui peut apparaître sous différents visages au cours des religions et des civilisations), c’est également la mansuétude du Père, sa miséricorde, sa compassion.

Que cette réceptivité à l’Amour, guérit le passé et fait oublier certaines attitudes défensives et réactives.

 

L’attitude positive, bienveillante, entraîne le besoin d’exprimer la fraternité entre les êtres humains, mais avec d’autres aussi : avec ceux qui nous apparaissent plus sages, l’Amour se fait Humilité, avec ceux qui sont plus humbles, l’Amour devient Protection et bénédictions.

 

Pour que cela soit vraiment positif pour les autres il y a encore une attitude à adopter : le Non-faire.

Il s’agit de voir le corps comme le prolongement de notre expression divine, de notre lumière intérieure.

Cette lumière rayonne à travers tout ce que nous faisons, tout ce que nous sommes y compris dans le quotidien. La Conscience de cette lumière permet de l’intensifier ou de la cacher selon les besoins.

Le Non-faire consiste à laisser couler cette vertu, cette lumière qui est la signature de votre Etre Divin à travers votre être humain.

 

Moins on combat cette aptitude, plus elle s’exprime.

Or, durant de nombreux siècles l’expression spirituelle a été codifiée, ritualisée et bafouée.

Le droit à la prière véritable -celle qui nourrit et guérit -n’était pas autorisé.

Nous sommes encore à la lisière de ces interdictions et cela est un grand défi que prier aujourd’hui étant donné le cynisme et l’amertume qu’il y a dans les cœurs et les esprits.

 

Le Non-faire est donc une manière de contourner les interdictions psychiques : point n’est besoin de prononcer des prières, point n’est besoin d’en connaître ! Il suffit d’aimer être vertueux, d’aimer l’amour avec pureté et innocence et d’aimer le laisser passer à travers soi, sans le retenir, sans le dévier.

Le Non-faire est un acte de prière sans prière, un acte d’expression de votre Etre Intérieur et de sa Vertu principale sans intermédiaire. Vous laissez l'Esprit s'écouler à travers le Corps et faire chanter l'âme. 

 

Voilà que vous baignerez dans votre propre lumière. Y a-t-il un mal à cela ? Lila

 

Paramahansa Lila Swami.

 

 

 

 

Commenter cet article