Le Rôle de la Fraternité Blanche Universelle et des Loges Noires.

Publié le par lila

 

 

Depuis de nombreuses années, le nom de la Fraternité Blanche Universelle circule dans les milieux ésotéristes sans que l’on comprenne vraiment de quoi il s’agisse, souvent on oppose les Loges noires à la Loge Blanche, en pensant bien faire.

La vie se construit sur l’unité entre des principes qui se complètent les uns les autres. Il n’y a pas d’esprit du Mal, tout au plus existe-il des lieux si sombres qu’ils étouffent la lumière et la vie, et des êtres qui ont été maltraités, blessés, qui ont retenu ces comportements relationnels comme étant normaux, donc c’est en répétant ce qu’ils ont eux-mêmes subis qu’ils entrent en relation avec les autres.

Au fil des générations, la capacité d’avoir des comportements généreux spontanés, une attitude de pensée magnanime se perdent, la seule aptitude développée est celle de repérer les faiblesses, les vulnérabilités ; les ressentiments accumulés et la position du prédateur font le reste. Les gens vengeurs pensent que le retour à la dignité se fait en rendant les coups reçus, ils préfèrent prendre des coups  plusieurs fois : d’abord en les recevant, ensuite en les rendant, puis en s’en souvenant continuellement.

L’Esprit de la Fraternité Blanche Universelle est différent, et celui des Loges Noires est tout aussi droit, chacune des Loges respectant l’autre ainsi que certains procédés.  

 http://www.reiki-shamballa.izispot.com/travailler_avec_les_maitres_ascensionnes_051.htm

La Fraternité Universelle est très ancienne, elle est l’expression de la spiritualité à l’état pur, hors des rituels religieux ou des connaissances ésotériques spécifiques, elle investit tous les domaines en y incorporant l’Unité avec l’Essence des Principes Universels.  La Fraternité n’est pas seulement « blanche », elle existe sous une forme « noire », obscure dans le sens  de « cachée»  et également «  ténébreuse », nous allons voir à quoi cela sert.

Le Bien ne voit et ne peut être tourné qu’à l’expression de Lui-même. Il n’y a pas de possibilité que le Bien devienne le Mal. Ce n’est pas sa direction. Le Bien est prolifique, généreux, extraverti, expansif, continuellement en augmentation de Lui-même, reliant pour le mieux. Mais pour qu’Il survive, que la Vie créée par le Bien et la générosité soit viable, saine, équilibrée telle qu’elle est pensée, désirée, il faut que certaines choses se transforment, fassent de la place.

C’est le rôle de la Loge noire de s’occuper de ces disparitions qui permettent des transformations et des changements sans altérer fondamentalement la stabilité de la création. Tandis que la Vie foisonne, s’émancipe, se complexifie,  l’aspect caché, non-désiré, établit des limites, fait disparaître, transforme afin de simplifier et dissoudre ce qui fut sous une forme et s’est changé en une autre, par le Principe de renouvellement de la vie.

La vie succède à la vie, sans discontinuité mais en passant par des moments de flottements, de restructuration et d’allégements. D’un point de vue physique ces évolutions semblent atroces, car elles renvoient notre orgueil à son impuissance d’échapper à des Principes immuables qui s’appliquent à toute chose sans exception, or justement notre orgueil nous amène à croire que nous sommes une exception, un être unique qui ne doit pas vivre « comme tout le monde » selon les mêmes lois que les cellules vivantes des autres êtres.

La mort ou la transformation sont des offenses à notre prétention d’être différents de la masse vivante compacte que nous  nommons  « les autres ».  La douleur est une offense à notre droit au bien-être, mais ne prendre en compte que soi n’est pas la justice selon le Principe d'Equilibre. En fait, chacun pense et ne voit la vie qu’à travers lui-même, unique centre de perception et d’évaluation de la vie en générale. Il n’y a jamais personne à part Soi…à moins d’accepter en Soi le droit des autres à exister ce qui induit notre devoir de nous transformer dans nos conceptions intimes et notre raport à la vie. Lorsque nous entrons dans l’acceptation de la Roue des Changements - roue de la Fortune dans le tarot-l’importance n’est plus donnée à sa propre vie mais à LA VIE dans son ensemble, dans ses Principes. Prendre conscience que les Principes sont le centre important au-delà de Soi, s’appelle entrer dans la Fraternité Universelle, faire partie de la Vie à cause d’ELLE et non par un privilège que nous aurions mérités : nous ne sommes plus les rois égoistes de la vie, mais un serviteur fidéle.

En dégageant l’importance que l’on se donne à Soi, la vie est beaucoup plus généreuse avec notre être intérieur, Elle offre beaucoup plus de possibilités à celui qui lui fait de la place en lui et autour de lui. Accepter de servir la vie sous toutes ses formes par l’aspect rayonnant, généreux et constructif donne accès à la Fraternité Blanche. Chercher à voir les transformations et à y participer sous une forme destructrice met en lien avec la Loge Noire. Le service offert est dans un sens opposé mais les deux se complètent et travaillent de concert à l’établissement de la Vie foisonnante.

Lorsque la Loge noire est trop active, le vide crée est compensé sur une autre fréquence dimensionnelle, aucun espace vide ne peut persister car la Vie est supérieure en continuité et en puissance créative à toutes les transformations et à tous les vides existentiels. Cette supériorité rend la Fraternité Blanche plus puissante et rayonnante que la Loge noire, l’impulsion universelle vient de la Vie et non d’une pulsion destructrice quoi qu’on fasse, la Vie se trouve présente à toutes les échelles, même dans des strates fréquentielles encore inconnues puisque ce que nous nommons « vide » est un espace vivant non reconnu de nous.

Les Frères de la Lumière connaissent l’utilité et la valeur des Serviteurs de la Loge noire, ils sont conscients de la validité des changements et du besoin de chacun de lâcher prise de certaines choses pour poursuivre l’évolution sur un niveau plus léger ou plus sage. De même que les Serviteurs des Loges noires pensent à la Lumière qui est constamment leur objectif, bien que leurs méthodes soient plus dures et tranchantes pour la faire ressortir, utilisant le Mal pour créer du relief et de l’Intensité dans les reflets de lumière, obtenant ainsi l’amplification des vertus en réveillant les révoltes de notre âme jusqu’à la dissolution des résistances et l'illumination vers le niveau transcendant.

sanat.jpg

Cependant la Paix ressemble trop à la mort, si elle n’est pas agitée par la Joie Intense d’exister et d’être immortel. C’est à cette tâche que la Fraternité Universelle se consacre : nous rappeler par le trépas, la souffrance, la Foi  et la confiance que nous sommes nés de la Vie, qu’Elle est immortelle, donc si nous  nous appuyons en Elle, nous sommes immortels aussi. Une Foi forte comme une passerelle vers l’éternité se construit en unifiant les opposés dans une compréhension apaisée, en intégrant sa conscience et ses sens au moment présent.

 

Ces entraînements sont donnés par la Fraternité à travers des situations bonnes ou catastrophiques. Durant ces instants intenses où la vie semble irréelle, où les êtres vivants côtoient les âmes désincarnées sont les signes que vous  êtes guidés afin d’être ramenés à votre immortalité. Vous êtes vivants tant que vous le concevez et que vous donnez de l'importance à la Vie qui vous habite. Lila

Publié dans philosophie

Commenter cet article

Mejnour 06/11/2013 13:58


Salut Alfred,


Il faut toujours gardé en tête que toutes manifestations physiques en l'homme qui seront diverses étant donné la psyché humaine ont à la base une cause spirituelle, l'homme étant avant tout de
nature spirituelle.  Il ne faut pas oublier aussi que l'homme (microcosme) est un reflet du macrocosme (univers).


Par le fait même j'ai retrouvé le texte que je voulais initialement pour suggérer sur "le mal" et sa raison d'être.  ça explique assez bien qu'est-ce qui se passe au niveau du macrocosme et
comment l'homme en subit les influences...


Le fait christique
et les esprits retardataires :Lucifer, Ahriman, Asura

alfred 05/11/2013 13:12


Mejnour merci pour ces liens, je regardais un peut plus tard.


lila c'est tres interessant cette expliquation sur le fonctionnement du cerveau. j'ai confiance en lavenir. C'est pour moi evident que je retournerais a un point de stabilité emotionel. Je trouve
surtout interessant, apres avoir plus ou moins compris "comment" fonctionne cet etat de destruction et de douleur constructifs, de comprendre pourquoi, et donc d'accepter cet etat comme
indispensable a l'evolution et a la vie. Pour pouvoir ensuite puiser en cet etat toutes les caracteriqtiques dont j'aurais besoin en tant voulu, mais sans souffrance. Car je suspecte la
souffrance d'etre liée justement a ce manque de confiance en soi, voir même à une education qui prône la peur du "mal", et qui ainsi le dénature et le mystifie, le rendant plus nefaste qu'utile.
j'espere que je ne m'embrouille pas trop c'est difficile a saisir. ^^


 

lila 05/11/2013 15:41



Alfred, c'est déjà bien de reconnaître la cause de la souffrance.


Toutes les souffrances ne se ressemblent pas, et elles ne se traitent pas de la même manière.


Il y a des souffrances liées à notre impuissance, à nos limites. Certaines limites sont impossible à dépasser ( la mort, la vieillesse, les étapes de l'existence, notre genre féminin ou masculin)
donc elles causent une révolte, un sentiment d'injustice ou de colère qui s'exprime par le besoin de s'auto-détruire ou de casser afin de laisser une trace de puissance même si elle doit être
"négative" et destructrice. On peut dire qu'il s'agit d'une souffrance spirituelle, dûe au manque d'espérance en quelque chose de meilleur et de bon qui existe quelque part. 


Et il y a des souffrances dues à une vulnérabilité, à un manque, à une blessure physique ou psychologique irréparable ( handicap, abus sexuel, abandon familial, trahison affective, deuil) Ces
souffrances-là sont multifacettes, elles touchent la relation de confiance dans la vie, et le lien intime que l'on tisse avec soi-même. Cette perte de confiance en la vie ou en soi se projette
inconsciemment dans nos relations avec les autres. Lorsque cette image est bancale, félée, il nous semble que le monde ne nous accepte pas, que nous sommes des mal-aimés, des porteurs de malheur.
Cette vision de soi, est imprimée sur nos actes et les autres nous traitent selon ce que nous attendons d'eux, ce que nous estimons être la réalité : si "je" suis nul, les autres vont m'aider à
le confirmer et me traiter avec irrespect, ce qui confirme que "je " suis nul dans la réalité objective. Cette constatation entraîne de la honte et de la culpabilité, sans véritable raison, on
devient un boulet pour soi-même et l'on est perçu comme cela par les autres qui peuvent décharger leurs pulsions mortifères et leurs agréssivité sur ceux qui se présentent comme faibles ou
affaiblis. 


Il y a aussi des pseudo souffrances, qui sont dues au narcissisme, on est déçu par la vie ou par soi-même, on se perçoit comme n'ayant pas eût la chance de devenir la "personne formidable" que
l'on pouvait devenir si les choses avaient été autrement. Cette nostalgie devient parfois une grosse amertume qui se transforme en rancune puis en haine des circonstances ou des gens, simplement
par manque de foi en soi. Si l'on ne se fait pas confiance, qui le fera? L'orgueil et la vanité sont de grands empêcheurs de réussite, à "cause de soi" et d'une vision idéalisée du monde et des
possibilités. 


On peut tout, mais il y a des étapes de croissance, des objectifs à atteindre, un cheminement à suivre, des niveaux de fréquences vibratoires avec lesquels on doit entrer en symbiose. Ce n'est
qu'en respectant ces étapes que l'on obtient les victoires que l'on a rêvées. La persévérance est le meilleure alliée de la réussite, si la souffrance fait partie des moments de dépassements,
elle ne doit pas devenir le centre de l'attention, mais le carburant qui aide à se motiver. 


On dit du diable qu'il est une aide du Dieu bon et eternel. c'est-à-dire que l'on ne nie pas l'existence de la souffrance ni son rôle dans l'acquisition des objectifs positifs que nous nous
fixons en tant qu'individus ou en tant que collectifs. La souffrance n'est cependant jamais un objectif en soi chez les gens sains d'esprit. 


je suis un peu longue mais c'est le plus court que j'ai pu, sur un sujet aussi complexe et riche. 


 


 


 



Mejnour 05/11/2013 05:23


premier article du triyptique


 


deuxième article du tryptique


Le bien et le mal; deux forces qui font tourner la roue de la vie


L'arbre de la connaissance du bien et du
mal

lila 05/11/2013 11:01



Si je peux vous éclairer, l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal est une Zone du cerveau et le fonctionnement du stockage des informations.





Au centre de notre cerveau, dans le 5éme repli se trouve la zone "bibliothéque". Les Anciens l'ont nommés la "toison d'Or" ou la "Corne d'Abondance" puisque nous y stockons les solutions à nos
 besoins de survie. 


L'amygdale en revanche, est une branche accolée à l'hippocampe dont on sait qu'elle "donne l'alerte", on suppose qu'elle enregistre de préférence les expériences néfastes afin de garder un
souvenir de "ce qu'il est préférable d'éviter". 


Donc une partie des expériences positives est stockée dans une zone " paradisiaque", qui produit des ondes d'apaisement et de Confiance, tandis que l'autre partie capte les urgences et vit sur un
mode de fréquences cérébrales plus rapides, plus stressé. Cette articulation serait symbolisée par un "arbre" car effectivement, on peut considérer que le cerveau ressemble à un chêne mature,
dont la colonne vertébrale serait le tronc. Et dont le cerveau en lui-même conserve certaines similitudes.


A chaque étape de la compléxification de notre organisme et des réseaux d'interaction avec l'extérieur, notre cerveau a augmenté, actuellement l'utilisation des technologies et la participation à
de multiples réseaux sociaux entraîne l'augmentation du néo-cortex frontal chez certains individus. On peut raisonnablement penser que l'Arbre du Bien et du Mal va augmenter avec notre aptitude à
communiquer et à nous insérrer dans un tissu social de plus en plus varié et complexe, intégrant l'utilisation de technologies qui demandent de manipuler des concepts abstraits et des réalités
virtuelles comme faisant partie de la Réalité expérientielle (concrète). 


Il faut accepter que la division vient surtout des 2 attitudes ; confiance, émancipation /peur et destruction qui doivent s'équilibrer chez l'Humain. Pour connaître le monde nous avons l'attitude
qui conduit à tuer, à couper en morceaux et à goûter pour "savoir", pour maîtriser voir dominer l'environnement. Ou bien l'attitude de curiosité confiante qui observe pacifiquement pour
comprendre et s'approprier des techniques existantes, créees par la Nature ou d'autres espèces. Ces 2 attitudes se retrouvent à chaque niveau d'interactivité de l'homme avec son milieu. Le Mal
est une attitude de peur destructrice que l'on voit chez les personnes dominantes qui manquent de confiance en elles ou qui souffrent de l'abaissement de la vitalité et de stess cérébral constant
à cause d'une douleur physique ou d'un traumatisme psychique. L'amygdale traite plus d'informations que l'hippocampe, ce qui entraîne une méfiance constante et dévie les expériences en les
rendant systématiquement négatives. On voit le monde en "noir" et cette prédisposition affaisse l'optimisme naturel.


L'optimisme et la Résilience sont héréditaires, de même que le pessimisme et la tendance à la cyclotimie ( changement d'humeur dû à l'ensoleillement et à la captation de la vitamine D et d'autres
oligo-éléments) Le patrimoine génétique influence notre opinion sur le monde et nos perceptions. C'est le génome qui est symboliquement l'arbre de la Connaissance et notre cerveau en est un
capteur vivant et conscient, donc avec le "libre-arbitre" , la capacité de décider si oui ou non, on suit l'héritage génétique ou une rééducation psycho- neuro-linguistique pour apprendre de
nouveaux comportements. 


On sait que les enfants réagissent aux sons de leur langue maternelle intra-utéros, que notre adn est lui aussi modulable et que les sons et la lumière agissent conjointement sur notre immunité (
donc notre vitalité et notre résistance sanguine aux virus). Il est clair que les Sons peuvent réeduquer ou détruire, et l'impact des mots ou des images symboliques n'est plus à prouver. Nous
avons donc le pouvoir de nous libérer consciemment de nos peurs conscientes et subconscientes et en faisant cela nous réaliserons que nous changeons intérieurement mais aussi dans nos relations
avec les autres et l'environnement. 


Bonne réflexion et plein d'espoir pour l'avenir!



Mejnour 05/11/2013 04:58


Salut Alfred,


Essentiellement le côté obscure est personnifié par Lucifer et Ahriman qui sont les patrons de certaines entités retardadaires qui sont hostiles à l'homme, mais d'un autre côté leur on donné une
certaine autonomie (libre-arbitre) qui vient (l'homme n'étant pas encore très éclairé) avec une certaine souffrance...


Rudolf Steine parle de leur façon insidieuse de s'immisser et influencer l'homme.


Si tu veux en savoir plus google, "rudolf steiner" "Luciférien" "ahrimanien"


ou voici un lien sur la trinité du mal dans l'anthroposophie de Steiner


http://signes.coza.net/forum/index.php?topic=121.0


Il y a aussi un bon livre de Olivier de Rouvroy a écrit un livre "Victoire de Mikhael sur les deux armées de l'Ombre  (essentiellement inspiré de Rudolf Steiner)

alfred 04/11/2013 13:17


Je viens de visioner le video de mejnour. J'aprouve ce qui est dit et je l'ai ressenti tres tot ce message. Mais justement pour avoir voulu comprendre de l'interieur la loge opposée "noire", j'ai
eu et j'ai encore beaucoup plus de difficulte a la saisir et a en percevoir la definition et les contours. Je trouve qu'on parle plus de l'unite entre les deux que du "mal", et il m'est difficile
de trouver des informations la dessus.