Le New Age, les Sciences et la Conscience

Publié le par lila

 eveil.jpg

La nouvelle mode -et parfois j’y adhère-  est de coudre une robe satanique  au New Age établissant en un pli que les « bonnes intentions » annoncées ne sont qu’une soupe racoleuse de bêtises mélangeant mysticisme, superstition avec des vraies sciences sérieuses, les pervertissant.

Alors, avant de transformer la « nouvelle vague » en vieille sourcière à chapeau pointu, j’aimerais tout de même faire un petit bilan de ce que ces gens ont apportés à ce monde « nouveau » qui émerge des décombres de la seconde guerre mondiale.

Le New Age est un terme qui regroupe un mouvement mondial de la pensée vers la Conscience de l’humanité, qui a débuté après la première guerre mondiale, suite aux grandes souffrances causées par les techniques modernes de combat et qui s’est diffusé en masse après la seconde guerre mondiale, dans toutes les couches de la société, en même temps que les tabous moraux, religieux ou culturels se trouvaient caducs par l’utilisation massive de la violence physique et psychologique ainsi que par la diffusion des drogues.

Les étudiants les plus intelligents, les plus créatifs, les plus pointus dans leurs spécialités se devaient d’avoir une opinion politique à la place d’avoir une moralité religieuse, exit les curés et les rituels de grand-mères : la modernité consistait à adopter les rituels d’une autre culture, de s’extraire de la pensée à papa. Et ceci était vrai dans tous les continents.

Pour que le déplacement de la morale collective  s’établisse vers une éthique personnelle il était nécessaire aux êtres humains de créer un cadre de réflexion  et d’élaboration des tendances humaines depuis l’apparition connue de l’Humanité. Ce cadre ouvert et métissé est la Nouvelle Vague (new age) : mélange des cultures occidentales, asiatiques, des cultes ancestraux et d’expériences mystiques ou transcendantales réunissant en un mot global une multitude de recherches scientifiques, artistiques, métaphysiques ou psychanalytiques ayant pour but commun d’établir un lien entre l’Homme d’avant la technologie et la bombe nucléaire et l’humain d’après les génocides et les destructions de masse.

Le New Age est un regroupement d’états d’esprit non-conformistes qui ont cherché tous azimuts à décoder le monde depuis un angle « autre ». Dans tous les domaines ; technique, scientifique, biologique, artistique, culinaire, psychologique ou politique tous ces cerveaux ont étudiés l’Humain  afin de lui rendre sa valeur et sa dignité quitte à le caricaturer pour que l’Essentiel de cette espèce apparaisse, que son existence serve un but, qu’il récupère son âme vandalisée par les horreurs.

Evidemment aujourd’hui nous constatons les dérives financières et charlatanesques de cette pensée parfois anarchique et amorale (voire immorale, dans certains cas) mais avant de critiquer, il faut aussi se féliciter des possibilités qu’on offert les nouvelles façons de penser le monde. Certes il y a des dégâts dû au « confort pour tous » et à l’amélioration du monde sauvage en un « jardin d’Eden » parfois qui ressemble plutôt à l’Adès, mais globalement l’humanité à une meilleure conscience d’Elle-même et les efforts ont donnés de l’espérance de vie mais aussi des moyens et une dignité à ceux  et celles qui autrefois n’existaient que pour servir les autres.

Nous n’aurions pas pu sortir d’une vision paternaliste de Dieu, d’un conformisme séculaire du respect à la famille et aux « maîtres domestiques »  pour développer le respect de sa propre personne, sans au préalable faire une adolescence spirituelle. Tout apprendre sur tout et mélanger  les genres afin d’avoir un angle d’interprétation différent du « moi » (moi, ma vie, mes errances, mon monde, ma planète ! harg !!) et passer ensuite au Soi, version un peu plus adulte de la vie et de ses cycles auquel tout le monde est soumis, à moins d’en découvrir la sortie.

Nous arrivons donc au résultat de ces « 100 ans de solitude » où l’Homme privé de son Dieu et de la verticalité a dû se chercher un chemin d’Intégrité, hors de toutes les traditions, dépassant les Lois naturelles qui pliaient à son Désir, à SA volonté. L’Homme de la Nouvelle Vague s’est fait Dieu, il s’est senti digne d’exercer son pouvoir de penser, de créer, de décider de son Destin. Il a rebâti l’égalité entre les sexes, déstabilisé tous les cycles des saisons au climat, broyé ou rétablie la terre selon son pouvoir, s’est affranchi des limites du corps et de la Raison ; il a suivi son cœur qui le conduisait à rechercher les « bonnes vibrations », la tendance cool, décontractée, la vie plaisir des sens et du confort, qui ramène c'est vrai, à un certain conformisme.

Notre vie d’aujourd’hui est le résultat de ces mélanges intercontinentaux, de ces ruptures avec le passé territorial ancestral, nous avons voyagé, mangé exotique, incorporer des modes de vie différents pour toujours ou bien seulement pour un moment. En réalité, nous avons « décristalliser » le temps, les rites et la société, nous sommes passés d’un monde organisé en castes, en sexes, fait d’obligations  psychiques  et culturelles, en un monde personnel où l’individu se positionne, revendique des droits, cherche son bien-être  physique, émotionnel, psychologique, sociétal en harmonie avec sa conscience et bientôt avec son âme.

Car depuis que l’on a tué la vision paternaliste de Dieu, on parle de Dieu comme jamais auparavant, réinstaurant un dialogue plus simple, authentique et épuré entre les parts intimes, cachées et les parts extériorisées de la vie. Intimité et culture sociale se sont imbriquées pour consolider le noyau de l’Individu, base de l’expression de ses compétences et de ses Intentions, de sa Conscience. La science quantique  a demontré que la Conscience est un point non-physique qui sert de base d’expériences et de connaissances  entre l’objet observé et l’observateur ; nous nous dirigeons progressivement vers l’établissement d’une conscience humaine planétaire, base de relation avec les mondes conscients intra et inter- planétaires.

Lorsque nous aurons achevé ce processus d’auto-conscientisation de notre histoire humaine, que nous la replacerons dans le contexte de l’évolution globale des espèces auxquelles nous redonnerons leur place avec bienveillance, nous trouverons la force et la motivation de rétablir l’Harmonie en nous-mêmes et autour de nous. Alors, ce que le New Age a apporté de mystique et de métaphysique prendra sa véritable valeur de « phare », nous verrons se profiler la raison d’Etre de ce parcours cahoteux : l’Age d’Or promis adviendra. Lila

 

 

Publié dans philosophie

Commenter cet article

Philippe 15/07/2013 18:17


Bonjour Lila,


Je me sens comme un gamin en culotte courte, assis la bouche entrouverte buvant littéralement les paroles du maître d'école. Même pas envie de chahuter.... C'est captivant. Le moindre sujet qui
passe entre tes doigts ressort en une belle écharpe aux mille couleurs chatoyantes...


J'aime!!!

lila 16/07/2013 13:54



J'ai essayé de donner une vision cohérente des "changements" en cours en y associant la valeur positive du New Age, qui, avant de devenir un nid de charlatans, était une pépinière d'esprits
novateurs et intelligents. C'est cette particularité qui crée un mouvement "durable". Le New Age n'est pas une mode, c'est une lame de fond pour le psychisme humain, un grand batteur pour faire
"monter" et mousser les matières et les mentalités écrasées par les obligations terrestres. 


Ne perdons pas de vue que tous les jeunes ne sont PAS des Indigos.