La Téléréalité, l’exemple du changement de culture et d’énergie

Publié le par lila

  http://3.bp.blogspot.com/_J3XuablRlR4/TIqoGFTymxI/AAAAAAAAAvQ/vPdfHo2mCuA/s1600/bigbro.jpg

Lorsque la téléréalité est apparue en France je n’y ai pas prêté attention. C’était irréel d’enfermer des gens pour les filmer 24h/24, cela ressemblait à une expérience scientifique de confinement autant qu’à un test médiatique. Au départ, j’avais la sensation de descendre dans la mise en application des polars de SF ou d’anticipation comme la Nuit des Temps, Le meilleur des Mondes ou Fahrenheit 451,  j’étais saisie d’effroi par cette manipulation psychologique de l’image et des individus. La sélection de gens pour représenter des personnages types et leurs mises en situations à travers des conflits, des jeux, des défis plus ou moins pervers ne pouvait pas me plaire. Je pensais qu’il y avait une sorte de violation de la dignité dans ce genre d’exercices relationnels et médiatiques, un exhibitionnisme  qui poussait au voyeurisme, je me sentais menacée dans mes droits par ce genre de spectacle, puisque l’être humain, même s’il est conscient  d’être libre et qu’il entre de son plein-gré dans le programme, n’imagine pas la pression et la puissance psychique auquel il est soumis lorsqu’il se montre dans toutes ses activités intimes et privées autant que professionnelles. J’avais le sentiment d’un abus de pouvoir de la part des productions et d’un engrenage pour les populations à ne plus avoir de respect pour les personnes à force de les considérer comme des « activités de loisirs illimités ».

http://www.waterair.fr/medias/Image/piscines/photos/zoom/valerie_068.jpg

 

Avec le temps, les téléréalités ont trouvé leurs publics, les programmes se sont affinés dans leurs propositions et sur ce même thème on peut voir de très nombreuses variantes. En 15 ans, on constate que la téléréalité n’a pas ajouté aux turpitudes de l’être humain, et qu’au contraire elle a contribué à l’élaboration de la Parole sur des sujets et des thèmes qui étaient auparavant réservés à la sphère privée, intime et pas toujours bien vécue par chacun : personne n’osait parler de choses qui aujourd’hui peuvent être abordées normalement. Si on a d’abord montré la sexualité, les relations de séduction et les conflits qui les accompagnent  -puisque pulsions et émotions fortes sont associées- on peut désormais aller vers une meilleure mise en mots des émotions, en abordant à travers des situations spontanées des thèmes variés. La téléréalité et les différentes émissions de révélations intimes mettent en lumière les arcanes de la pensée, on permet à tout le monde de comprendre les fonctionnements des conflits, de la jalousie, des mécanismes de protection, de déstabilisation et d’humiliation qui sont en jeu lors des relations humaines dans la vie. En visualisant sur les autres des scènes qui peuvent être vécue au sein des familles, on éduque les gens à prendre du recul, à évaluer leurs forces et à se donner des droits. Par l’exemple ou par le contre-exemple, chacun se place dans les valeurs qui le constitue et clarifie sa position sur des sujets qui autrefois étaient franchement tabous.

  bulle 

Il y a un autre atout à la téléréalité, une chose à laquelle je n’aurais jamais pensé si ma voix intérieure ne me l’avait fait remarquer. Un « atout » qui m’a poussé à écrire ce texte, alors que d’habitude je préfère la culture et l’intelligence intellectuelle dans le monde humain, mon intuition m’a fait voir que l’intelligence rend rigide, sûr de ses idées et finalement coincé dans des attitudes élitistes, tandis que les personnes de la téléréalité échangent énormément sur l’Intuition énergétique,  la communication psychique et qu’ils créent des liens affectueux avec leur public de manière simple et sur des sujets du quotidien. La téléréalité met en valeur les émotions et les sentiments. Alors certes, les gens qui participent n’ont pas l’air d’être malin, mais je ne sais pas si le public qui regarde pourrait tenir la pression d’être filmés tous les jours et dans toutes les activités ; être en groupe avec des étrangers, qui n’ont ni les mêmes habitudes, qui ne se sont pas choisis entre eux, qui ne partagent pas nécessairement de points communs, des loisirs ou des idées, qui n’ont pas reçus la même éducation (à la notion de respect), qui n’ont pas les mêmes tabous ou le même parcours, c’est un défi qui, si on y regarde de plus près est un hymne à la fraternité, à l’égalité et à la liberté de parole ! C’est éducatif puisque les gens voient comment on active ou désamorce les agressions verbales,  comment on crée des comportements individualistes ou communautaires et comment on se fait des amis ou des ennemis ! On traite des relations de manière directe et relativement sincère, autant que l’on peut l’être lorsque l’on est avec des gens que l'on connait peu. C'est une forme nouvelle d'éducation au "vivre ensemble" et la création de nouvelles valeurs moins guindées et plus naturelles qui intégre la faiblesse, la vulnérabilité et l'apprentissage de la gestion des pulsions de stress ou de violence.

Que l’on soit pour ou contre ce type de programme n’est pas très important, on peut au moins constater que cela fait avancer les mentalités, donne de la place à une nouvelle culture, plus jeune, spontanée et basée sur les sentiments, la conscience de son espace vital qui -n’étant pas le même pour tout le monde- est une source de conflit lorsque les limites ne sont pas respectées. Développer son espace vital, rend susceptible lorsqu’il est enfreint par une autre force énergétique, je suppose que ce sera une nouvelle source à mettre en lumière ou en mots ! En attendant, je dédie ce texte, affectueusement, à tous ces courageux cobayes qui se sont montrés sous toutes les coutures afin de libérer les autres de leurs préjugés, de leurs peurs et du silence. Lila

Publié dans Messager de lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article