La non-information et la non-perception

Publié le par lila

Apparemment le Sûtra du Diamant a beaucoup de choses à vous dire.

Il est doté d'une force personnelle, je dirais même d'un "caractére" qui lui vient de son lien particulier avec la sagesse transpersonnelle dont il est issu, et qu'il transporte : il est une porte qui délivre  la sagesse pure.

 

Ainsi, le sûtra - écrit en 868 après JC- est un des écrits de sagesse le plus vieux répértorié à ce jour. Il est devenu une force vivante de sagesse, et un guide des maîtres ou des aspirants à la maîtrise.

Presque tous les sages de notre temps ont eût accés à ce texte directement ou bien à la sagesse qu'il transmet, à travers leur intuition.

 

D'ailleurs c'est le thème qu'il a décidé de developper -hier, après l'autre developpement sur les Bénédictions-  : la non-information issue de la non-perception.

Autant vous dire, que pour une "non-pratiquante" comme moi, ces termes n'ont aucun sens logique à priori. Je crois même que c'est cette innocence, cette absence de références théoriques sur le sujet qu'il recherche.

 

La non-information

 

Fait référence à la capacité de rayonnement des êtres. Chaque être vivant renferme une part de lumière, invisible à l'oeil ordinaire, invisible au toucher, qui ne dégage pas d'odeur, ni de son. Hors des capteurs sensoriels.

Mais celui qui se débarrasse des différents conditionnements imposés par la vie ordinaire, élargit ses sens grâce à la reconnexion de ceux-ci à l'être intérieur. Ce travail de dépouillement des acquis humains pour retrouver la nature universelle de l'Etre, permet de passer à un autre niveau de perception qui n'a pas besoin du support des sens, qui est directement issu de l'Intuition.

 

Cette intuition n'est pas  instinctive et énergétique comme celle des animaux sachant que le mouvement d'un corps crée des vagues d'énergies et donc les êtres humains comme les animaux, les percevons par des capteurs sensitifs tels que les poils ou les micro-odeurs. Ordinairement ces perceptions sont endormies ou inconscientes puisque la vie en société nous demande de nous adapter au "visible", et aux actes réels...pas aux intentions.

 

Or justement cette intuition-là naît à un niveau supérieur, d'un cerveau qui n'a pas besoin de sens séparés : l'oeil de ce grand cerveau est également, une main, une oreille, un grand capteur sensoriel et un traducteur des intentions.

Ce qui n'est pas encore devenu un acte est  perçu  -par anticipation- comme un "acte potentiel".  

Vérité/mensonge, acte passé ou présent, et même certaines situations futures peuvent être vues, entendues et comprises à leur racine en une seule non-information perceptive.

 

La non-perception

 

Fait référence à l'absence de support de vérification des données. Celles-ci sont enregistrées à la vitesse de l'éclair, en une seule sensation/émotions. Elles sont un référenciel de contenu intelligible après décodage par le cerveau logique et rationnel.

Ce sont des perles de sagesse qui viennent vers Soi à la vitesse d'un boulet de canon, avec cette puissance-là également, qui s'installent sur nos sens élargis (non-perceptifs) pour les imbiber tels des éponges, et dont nous retirons, après quelques efforts de mise en ordre, des liens avec des "plages de sagesse". Comme des petites salles de bibliothéques auxquelles nous accédons pour entrevoir des espaces bien plus grands, bien plus legers et remplis de savoirs. Evidemment c'est passionnant!

On dirait que selon notre propre façon de penser, la structure globale s'adapte et trouve la forme géométrique optimale qui emet un rayonnement "vivant" et utile à notre degré de conscience et d'éveil.

Ainsi, aucun individu, aucune conscience n'entre en contact avec cette structure vivante et rayonnante de sagesse selon le même angle.

Ce qui -selon moi- explique les légéres différences qui existent à propos des vérités religieuses- toutes les pratiques sont bonnes mais elles ne sont pas toutes destinées à tout le monde...l'époque, le degré d'éveil, les facultés de compréhension sont une part importante des différences d'interprétations. Une vérité ne s'interpréte pas de la même façon que l'on soit né homme ou femme, libre ou esclave de ses sens.

 

La non-perception se reconnaît à l'utilisation d'un même vocabulaire à travers le temps. Quelque soit l'origine d'un sage, on reconnaît ses étapes de croissance à son vocbulaire, à la description qu'il fait des états de conscience, car eux ne changent pas. Ce sont des degrés stables, ils forment les marches d'un escalier immense. Lila

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article