La matérialisation de la 5éme dimension

Publié le par lila

Nous pouvons tous remarquer les différences de mode de vie et d’accès à la modernité qui existent entre les continents. Pendant que certaines personnes accèdent à la domotique (aux commandes à distance de l’ensemble de leurs installations électriques) ou réalisent par internet –à toute heure du jour ou de la nuit- leurs achats, d’autres moins chanceux n’ont pas encore accès à l’eau et  à l’électricité.

http://lh6.ggpht.com/-Xm-JgdJLjiw/SNbsSya0uTI/AAAAAAAAJfE/SiObIl5DoAQ/002451.jpg

 

Dans une période de temps commune, nous vivons à des périodes de l’Histoire de la civilisation différentes. Cette démarcation ne gêne pas grand monde, c’est un atout « touristique » : en changeant de continent, on ne se déplace pas seulement  géographiquement mais également dans l’Histoire, en quelque sorte à chaque époque de l’Histoire correspond un mode de vie et une zone géographique puisque la pauvreté stoppe l’acquisition des biens et des technologies, elle marque les pays à travers les modes ou les usages.

De la même manière qu’il existe ces différences marquées entre les continents, il y a des différences entre les niveaux de conscience et l’application des connaissances.  Il y a des gens qui savent peu de choses mais ils appliquent tout ce qu’ils ont appris, et d’autres qui connaissent beaucoup de choses mais n’ont pas encore commencé à mettre en pratique leurs connaissances ou leurs intentions spirituelles.  Entre connaître et appliquer il y a beaucoup de nuances, et ce sont ces disparités qui rendent la compréhension et la matérialisation d’une nouvelle façon de vivre et de communiquer difficile à mettre en place et « rendre visible ». 

Il faut des « exemples », des modèles ; des maîtres, mais ceux qui osent le devenir sortent obligatoirement de la norme, se comportent de manière si différente de ce qui admis qu’ils en deviennent choquants pour les parties de nous-mêmes qui sont coincées dans les  préjugés et qui s’accrochent à notre interprétation du Bien ou du Mal édictés par les religions ou les usages culturels traditionnels.

http://p4.storage.canalblog.com/44/45/892807/71807535.jpg

 

La 5eme dimension existe déjà depuis longtemps  pourtant elle n’est accessible qu’à ceux qui s’en donnent les moyens spirituels.  Comme l’Inde existe et vous n’y voyagerez peut-être jamais, nous coexistons  à des niveaux socio-économiques très disparates et les niveaux de conscience et d’énergie  sont également très variés.

Le monde n’arrête pas d’évoluer parce que quelques -uns restent en arrière de l’évolution globale. Les innovations ne s'arrêtent pas sous le prétexte que la masse des gens ne peut pas les acheter. La même chose se produit avec les changements d’énergie : si l’humain ne progresse pas, les animaux et les plantes continuent de changer et de transformer leurs habitudes, la planète avance vers une autre géographie et beaucoup de transformations vont nous surprendre parce que nous n’imaginions pas qu’elles pourraient avoir lieu en si peu de temps.

bulle

 

Le temps est un moyen d’encadrer notre évolution, de marquer des époques et des habitudes culturelles. Le temps est un cadre inadapté à ce qui vient puisque chacun d’entre nous vit dans une perception du rythme du temps qui lui est personnelle. Gagner du temps, «  aller vite » concerne les gens qui ont de multiples tâches à réaliser en une période de temps réduite, qui ressentent un manque de liberté pour finaliser le programme auquel ils sont astreints.  On imagine facilement qu’une personne rémunérée à l’unité doive se presser pour en faire le plus possible et gagner le plus d’argent possible. Mais dans un monde où nous sommes au forfait, faut-il se presser ? Nous n’avons pas tous des retards à rattraper, en fait, certains sont en avance sur l’ensemble des autres. Comme nos pays  sont bien lotis en matière d’évolution socio-culturelle ou technologique, certains peuples n’oseraient pas rêver de nos acquis ! Et ceux qui n’en rêvent pas, ont un plus que nous.

Alors pourquoi devrions-nous vivre à un train d’enfer ? Pourquoi devrions-nous bousculer notre rythme naturel pour aller plus vite ? La Terre ne tourne pas plus vite parce que nous avons appris à vivre le jour et la nuit.  Le temps qui est imparti à chacun pour ses activités personnelles s’est allongé grâce à l’éclairage et l’utilisation de la communication non-stop : le jour et la nuit sont également utiles, pourquoi faudrait-il en plus se presser ? 

La progression qui nous est demandée exige de l’attention, du discernement et un rythme régulier pour ne pas forcer les choses. L’Urgence des situations dramatiques autour réclamme des soins rapidement mais les changements d’énergie sont graduels et ne se produisent consciemment en nous qu’avec la  persévérance et la lenteur. Ce double rythme : d’un côté la poursuite frénétique du monde  matériel qui doit suivre les potins et proposer continuellement de nouvelles tentations et de l’autre, un temps éternel -hors du temps- consacré à l’évolution de l’âme et au déploiement de ses aptitudes à travers l’énergie rayonnée par le corps. Trouver l’équilibre entre ces deux rythmes est difficile  et contraint -un jour ou l’autre- à faire un choix. Lorsque le temps du choix se présente, vous avez la certitude de votre progression, mais à aucun moment ce choix ne vous oblige à désister de vivre avec le monde…il vous est simplement demandé de changer de niveau de compréhension du monde et d’accepter l’Amour.  Lila

Publié dans Messager de lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article