La Conscience Relationnelle, La Flamme Violette et nous

Publié le par lila

De nombreux liens nous unissent à notre environnement, la plupart du temps nous vivons dans cet espace sans nous rendre compte de l’impact de nos habitudes et de nos relations sur nos comportements, sur nos convictions ou sur notre état d’esprit.

Or, le monde qui naît actuellement donne de la place à ces critères relationnels.

Il redevient important d’avoir confiance en ses amis, en la nourriture et dans l’environnement.

Notre conscience se tourne vers les liens invisibles et pourtant perceptibles qui nous relient aux animaux, aux éléments, à notre humanité et pour certains aux Anges, à l’état d’esprit divin.

                                                                    

 

perle-sur-toile.jpg

 

Ces fils d’énergie illustrés par Claire Bretécher pour son personnage Agrippine sont constitués du bagage karmique et énergétique qui nous lie aux autres.

Le point d’attache de ce fil est un intérêt commun, une façon de penser ou d’aimer ou bien un problème commun à dépasser.

Ces fils d’énergie unissent les âmes au cours de leur vie et parfois même pour plusieurs vies.

Ils peuvent également être un frein, entraîner la répétition d’obstacles ou créer les circonstances difficiles.

De plus en plus nous deviendrons conscients de ces fils de relation et ils nous donneront un sentiment d’emprisonnement ou de force.

 

Pour les humains en quête d’ascension, la Flamme Violette est mise à disposition afin de redonner de la liberté et couper les liens néfastes à l’évolution de l’âme. Evidemment, cela débouche sur des changements visibles, dans le quotidien.

La flamme violette transmute ; elle coupe les liens et les rebranche sur une fréquence plus souple, plus élastique, ce qui permet de retrouver de la liberté dans ses modes de vie, de sortir de schémas répétitifs sans douleur ni temps de sevrage, de rompre avec les aspects négatifs des relations que nous entretenons avec les gens que l’on fréquente et que l’on aime sans rompre la relation elle-même. Elle est un moyen de se débarrasser des aspects incurables du passé, sachant que ce qui est normal pour une génération ne l’est pas pour la suivante : les mémoires importantes pour certaines personnes ne le sont plus pour leurs enfants ou petits-enfants et les libertés ne s’ajoutent pas les unes aux autres, elles sont remplacées par de nouvelles.

                                                                        

                                                                                   flamme_violette04.jpg

 

 

La commémoration de la douleur s’efface pour permettre un renouvellement et une construction sur des bases de coopération et de tolérance. C’est ce que désire notre génération et que la pression née chez les plus jeune fait ressortir. Nous sommes globalement impatients de vivre en Paix avec nos voisins, avec nous-mêmes, avec notre passé et notre futur.

La nécessité de passer l’éponge sur les dérapages du passé devient urgente pour créer les bases d’une coopération sincère entre les peuples. Chacun comprend que les autres font partie de la planète, qu’elle n’est pas si peuplée, que les conditions ne sont pas si mauvaises à partir du moment où tout est mis en œuvre pour éviter les gâchis et gérer les ressources de manière équilibrées.

Si – par exemple-  l’argent usurpé par le système financier mondial était réellement utilisé pour le bien être des peuples, nous pourrions démontrer notre capacité à agir selon les principes démocratiques et nous permettrions à cette humanité d’avoir un avenir durable. Nous ferions également la preuve de nos réelles compétences en matière d’intelligence, de technologie et de coopération.

Il y a t-il un chantier qui vaille plus la peine que l’on investisse sur lui ?

Qu’est-ce qui vaut plus cher à vos yeux que l’avenir de l’Homme ?

 

La conscience relationnelle permet de prendre conscience de sa place dans son monde personnel et donne également une responsabilité de la juste utilisation de notre vie puisque chacun de nos gestes nous relie à quelqu’un ou à quelque chose. Ce que nous achetons, ce à quoi nous pensons, les choses auxquelles nous donnons de la valeur : bref, toute notre vie, parle de ce que nous sommes réellement à « l’intérieur ». Si vous pensiez rester caché hypocritement, les événements vous amèneront à vivre la vérité que vous transportez et qui est votre véritable visage. Il y a beaucoup à faire pour être en accord avec soi-même et la conscience des liens que nous avons tissés est un moyen efficace de reconnaître qui l’on est.  Lila

 

 

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article