La Connexion aux Mondes de Lumière

Publié le par lila

 soleil bleu 213

Le petit Vélo Bleu

J’ai appris tardivement à faire du vélo puisque j’avais passé 7 ans. Un jour sans connotation particulière, devant mon portail  se trouvait un petit vélo bleu métallisé avec des roues blanches très larges qui m’était destiné. Mes parents m’ont mise dessus et puis je suis tombée, ce qui les a amusé. J’ai dû comprendre l’équilibre de cette drôle de machine avant d’essayer de me lancer à nouveau. Au bout d’une demi-heure je savais pédaler sans tomber, mais je n’avais pas encore compris comment m’arrêter, alors j’ai suivi ma route jusqu’à ce qu’un caillou rencontre ma roue et que le fossé m’appelle si fort que je m’y suis retrouvé la tête la première, enlacée autour du vélo pour des heures comme un petit tas de côtes défoncées.

Un accident banal s’est transformé en opportunité pour découvrir plusieurs choses sur ma vie : - le monde n’est pas destiné à t’aider, alors « aides-toi toi-même ».      – les parents sont des enfants qui ont des responsabilités alors qu’ils n’en veulent pas, ils ne sont pas nécessairement prêts à être protecteurs ou honnêtes.

-L’amour on se le doit à soi-même, ensuite on l’étend aux autres.

Pour sortir de l’ornière il m’a fallu faire des efforts inimaginables parce que j’avais perdu un peu plus que mon équilibre physique : j’avais perdu beaucoup d’illusions sur mon invulnérabilité.

En boitant sur la route pour revenir chez moi, j’ai beaucoup pleuré et cela m’a évité d’autres larmes et quelques prises de risques inutiles. Je ne sais pas pourquoi, je me suis rendue compte qu’un grand nombre de blessures sont invisibles aux yeux et que ce que l’on perd de plus précieux est l’innocence, cette douce naïveté qui nous fait espérer le meilleur même lorsque tout est assombri, que l’on a mal, que l’on perd confiance à cause d’un souffle devenu trop court.

Quelques mètres avant ma maison je me suis assise sur les graviers de la route pour reprendre mon Souffle, demander la guérison de mes erreurs, puisque je souffrais, j’avais dû rater quelque chose, manquer d’intuition.

Certains diront que je réfléchis trop, moi j’ai toujours vu les êtres humains se lancer à corps perdu dans des aventures dont on pouvait prévoir la chute dès le début, donc réfléchir et envisager les conséquences peuvent éviter bien des problèmes. Justement, j’avais envie de moins tomber physiquement et moralement, on peut être jeune et prévoyant…

Alors que j’étais sur le bas -côté, les jambes repliées sous ma jupe trouée, je me laissais refroidir pour réapprendre à « voir » avec acuité. J’étais calme et tremblottante, c'est alors que ma voix intérieure m’a guidé vers les mondes intérieurs.  

   PORTEharmonie

Vers les mondes de Lumière

« Respires doucement, la douleur que tu ressens viens de ta révolte, la douleur est l’effet que produit l’injustice sur le corps et la conscience égoïque. L’égo se sent tout-puissant à projeter sa vie, les obstacles le blessent dans ses convictions et cette sensation se traduit par de violentes douleurs psychiques, qui font pressions sur les zones du corps qui ont reçues des chocs, augmentant la circulation du sang et la nervosité : accepte que ton corps est une enveloppe sensible, tourne tes émotions vers l’Intérieur, l’extérieur n’est pas nécessaire maintenant. Ferme tes écoutilles, rentre ton attention « au bercail », là où se trouve ton besoin de douceur et de réconfort. »  

Pendant de longues minutes, j’ai fais le tour de mes blessures mentalement, en demandant à chacun de mes membres de me pardonner et de recevoir ma bénédiction pour un prompt rétablissement, puis j'ai fais la même chose avec les blessures portées à mon orgueilleux égo ; la structure de l'individualité s'appuie sur une conscience limitée et individualiste très utile lorsqu'elle est devenue perméable à l'empathie et à la conscience universelle parce qu'elle est capable de porter la volonté et l'action. 

J’étais si concentrée qu’au fur et à mesure, sous mes yeux fermés, la lumière est devenue noire, tout l’espace qui s’étalait alentour était « moi » puisque j’étais la seule personne que je pouvais ressentir. Au milieu de cette obscurité brillait soudainement une petite flamme, mon attention s’est dirigée vers ce feu follet, qui changeait brusquement de lieu d’apparition dès que j’essayais de m’en approcher mentalement.

« Essayes avec ton Cœur » dit la Voix intérieure.

Alors, du centre de mon être, j’ai fais une boule d'énergie que j'ai lancé pour capter le feu follet. La flammèche s’est transformée en porte, dorée et complétement sculptée, elle s’est ouverte sur un large sentier pavé d’or. En m’y avançant par la pensée, le chemin est devenu un fil sous mes pieds, je devais y retrouver mon équilibre. Chaque respiration mobilisait ma concentration mais en remontant sur mes jambes, bien droite, comme une marionnette actionnée par une Main géante, je savais que l’Esprit serait avec moi, autant que je saurais rester en équilibre sur le fil tendu, symbole du souffle qui nous habite tant que notre intention et notre attention le lui permettent.

LacherPrise

La protection est un aspect de la connexion, qui est elle-même une question d’Amour pour l’Esprit qui nous habite, lorsque nous Lui donnons notre attention, notre désir et notre aspiration. Si le monde alentour  absorbe toute l'attention, qu’il occupe tout notre temps, ne nous plaignons pas de ne pas connaître Dieu. C’est à chacun d’établir ce fil d’équilibre, en donnant -un court instant- de l’Amour pour quelque chose de plus Grand que le petit soi que nous habitons.

Le Père, la Mère  parfaits que nous espérons, se trouvent dans notre propre Esprit : tout le reste est donné, lorsque nous l’acceptons.

Je souhaite que cette Nouvelle année vous soit douce, qu’elle vous apporte le réconfort et l’équilibre dont votre âme a besoin pour réapprendre à marcher droit sur le sentier pavé d’Or de l'Amour conscient. Lila

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article