L’Origine de la peur

Publié le par lila

Nous sommes séparés les uns des autres, séparés de l’Esprit d’Unité par le sentiment d’Individualisme qui est propice à l’élévation individuelle des talents et des forces mais qui conduit chaque personne à garder ses forces pour elle-même au lieu de la mettre au service de l’élévation collective comme c’est le cas des autres espèces sociales.

 

L’individualisme se pose d’abord sur le chakra manipura (estomac) mais il peut teinter les autres chakras et créer une membrane mentale et énergétique attirant l’énergie des autres sur soi afin de maintenir un haut degré de luminosité. Cette fausse lumière est le reflet de l’énergie d’admiration et d’envie envoyée par les milliers d’autres, c’est le but des stars et des gourous qui accaparent l’attention afin de conserver un degré élevé d’énergie et de bénédictions pour eux-mêmes. Dés que l’énergie est altérée, qu’elle manque ou se trouve désalignée, la confiance en soi est immédiatement affaiblie, ce qui déstructure la volonté.

 

La peur est issue du manque de confiance en nos propres forces : soit que l’on soit vraiment dévitalisé (malade) soit que l’on ne se sente pas capable de surmonter les obstacles (déprime mentale).

Quoi qu’il en soit toutes les peurs sont parentes ; elles naissent de la vibration d’inquiétude, une « mise sur le qui-vive » servant à rester alerte. C’est un résidu de l’instinct de survie, pour ne pas être surpris et avoir un temps d’avance sur les évènements.

 

Le véritable problème est que l’individualisme de quelques uns n’a pas effacé l’instinct grégaire de la population. Ainsi, nous choisissons pour nous représenter des hommes ou des femmes qui se montrent psychologiquement stables et confiants même en période de stress ; cependant en déléguant notre pouvoir aux autres nous sommes dépendants de la confiance que nous leur accordons. Sachant que l’ensemble des drames vient de la trahison de la confiance, on comprend qu’il est difficile de véritablement donner sans risquer des déceptions.

 

Tandis que l’on renforce les institutions et les administrations dans le but avoué de simplifier les relations entre les Etats et les populations, un sentiment d’enfermement et d’insécurité grandit

Car avec le vieillissement de la population européenne, les forces énergétiques qui servent à s’adapter sont diminuées et le besoin d’une sécurisation extérieure à soi se renforce.

 

Nous vivons un temps de paix où tous les risques ont été diminués, la vie est plus sécuritaire, organisée et contrôlée que jamais auparavant malgré tout cela la peur n’a pas disparue car le pouvoir personnel est proportionnellement restreint par l’organisation collective.

En plus, nous avons créée une société où tous les échanges sont basés sur l’argent –y compris au sein des familles- le prisme de l’argent défini la valeur que l’on attribue à l’Amour, et à l'individu.

 

Alors que les Inventeurs de nos institutions s’appuyaient sur l’Idéal, sur la conscience des Droits et sur le développement des valeurs humanistes, aujourd’hui nous nous appuyions sur l'argent pour définir les politiques de demain. Plus aucun état n’est en mesure de défendre l'Idéal puisque le pouvoir est transmis aux banques privées et aux fonds internationaux qui sont trans-constitutionnels (n’appartenant à aucune constitution particulière donc non soumis aux Droits des Etats) ; nous sommes donc prisonniers de nos besoins fondamentaux, prisonniers sans prisons mais avec des droits subtilement effacés par la coutume de l’argent.

 

Dans 20 ans, à ce rythme-là nous souviendrons- nous d’avoir connu un temps sans carte de crédit ?

Pourrons-nous nous déplacer sans être filmés, marqués par des puces informatiques sous la peau ou bien dénoncés par notre carte bancaire, ne servira-t-elle pas de carte d’identité et donc de badge d’entrée parfaitement profilée et sélective ?

 

Voulons-nous vraiment faire partie de ce monde ?

Aujourd’hui est le jour pour choisir autre chose !

Aujourd’hui nous devons prendre les institutions comme Principe de sauvegarde des Libertés avant de rentrer définitivement dans la dictature totalitaire de l’argent pour lui-même.

 

Aucune dette ne vaut plus chère qu’un seul être humain. Lila

 

Publié dans philosophie

Commenter cet article

bernard 20/08/2011 18:49



bonjour


Entièrement d'accord, et en plus il faut comprendre à mon avis que nusa vons trop délégué et même dans les petites choses aux personnes, institutions et autres strcutures qui nous représentent et
de ce fait nous nous sommes coupés d'un lien social de plus. Mais je ne sius pas certain que nos homme politique ai la même image lorsqu'ils disent vouloir remttre l'homme au centre de tout, il
faudrait qu'ils nous ne donne une définition. vivement que de nouvelles personnes pointent leur nez pour que nous puissions faire avancer le changement. Si nous avons  'inventé" la
démocratie toute relative puisque les banques sont devenues les maitres même face aux états et je ne comprends pas que nos hommes politiques ne s'en rendent pas compte sauf qu'ils sont alors à
leur service. ils ont besoin du peuple pour être élu mais pour être u service d'autres strcutures. un 'beau' mesonge électoral; 


merci de tes post.


bernard


 



lila 21/08/2011 12:26



Merci de ton commentaire Bernard, la politique te tient à coeur, c'est le sujet qui stimule tes pensées. Les politiciens ne sont que des êtres humains, ils n'ont aucune obligation morale,
seulement des obligations politiques et légales.


Les structures dans lesquelles nous vivons représentent notre vision pyramidale des choses : les plus faibles sont plus nombreux, ceux qui se sont donnés des droits et qui s'en servent, sont
mieux lotis, autrement dit : il faut se "croire quelqu'un" pour obtenir du pouvoir. Plus on se donne de privilèges à soi-même, et plus les gens vous font de la place, c'est le principe du chakra
manipura de se donner du pouvoir pour être reconnu capable et "puissant". Cette structure est la même que les sociétés animales évoluées où l'on choisi pour chef celui qui met tous les autres K.O
; d'où la tendance  acceptée des politiques à la violence verbale et physique, pour eux ce n'est pas une enfreinte des lois, c'est leur mode de vie entre eux.


Mais globalement le monde monte d'un étage : dans le chakra anahata (coeur, poitrine) l'objectif est d'aimer, pas de juger ni de polémiquer. Mais puisque tout le monde n'était pas arrivé à
une conscience individualisée...la permutation de la conscience se fait d'un chakra à celui du dessus ; si  l'on considère que les politiciens représentent l'estomac (manipura)..et qu'ils se
situent globalement "au-dessus" du panier, la grande majorité se situe au niveau du chakra racine (conscience de survie et de compétition) et monte progressivement vers une conscience
créative et personnalisée (chakra sacral) : construire sa maison, sa famille, produire sa propre nourriture, avoir "les pieds sur terre" ...


L'énergie  de Métatron va ouvrir nos auras et faire fondre les premiers niveaux d'inconscience et de rigidité, ce qui va remettre les gens sur un diapason de consensus ; tout ce qui est basé
sur les concepts anciens  de lutte gratuite sera obsolète et se désagrégera, même les choses physiques construites sur une pensée matérialiste seront détruites.


Nous serons dans un processus de recréation et de rayonnement sur des valeurs différentes dés le mois d'avril prochain. Bon dimanche, Bernard !