L’Echelle de la Conscience

Publié le par lila

Je lisais un texte sur www.Elishean.org « Le gardien des Seuils ». J’étais heureuse que quelqu’un essaye de décrypter l’héritage des Hopis et surprise que l’auteur choisi ne puisse pas mettre en ordre et donner un sens initiatique clair à ses expériences.

Evidemment, c’était peut-être une expérience spéciale de la part des chamans de prendre un quidam ordinaire, de lui donner la chance de partager certains phénomènes et le laisser faire ses propres choix quant à l’interprétation et l’intégrité qu’il faudrait qu’il en tire…ainsi leur impeccabilité était respectée ; ils n’intervenaient pas dans sa « croissance » mais lui permettait de s’imprégner et donc de s’ouvrir à une autre perception. Il était peut-être un exemple du gars moderne qu’il faudrait éduquer à la liberté intérieure sans passer par l’étude analytique et l’expression des mots, car il était déjà plein de ces concepts et pas assez vide. D’abord il fallait qu’il remette en questions ses habitudes et se plie de lui-même à un mode de vie plus sain pour son énergie sans qu’aucune contrainte n’intervienne. On lui donnait le droit d’être présent mais pas de « savoir », car la connaissance est donnée à celui qui lui est dévouée, qui la met en premier lieu dans sa vie, dans ses intentions, dans ses prières. Lorsque l’on considère la connaissance comme un travail, une option, un loisir, elle reste cachée dans les pierres, sous les feuilles, hors d’atteinte du néophyte.

GRANDIRChaque brin d’herbe est un bon conseiller si on lui donne le temps nécessaire pour parler.

J’aime mes pierres comme mes enfants et comme des sages. Je suis reconnaissante à mes plantes de m’offrir à travers leurs fleurs  leur soutien fraternel ; elles me montrent comment affronter les tempêtes en restant belles. Je suis le leader de mes chats, mais je reconnais et j’apprécie leur sagesse. J’adore mon cochon d’Inde, il est amoureux de moi, je jubile intérieurement de son attention dévouée et surtout j’aime quand nous chantons ensemble ; nous partageons un amour platonique où chacun prend soin des besoins de l’autre, je prends soin de lui pour qu’il continue de chanter des poèmes ; c’est un cobaye qui a de belles visions, lorsque mon cœur s’empoisonne, il m’offre ses chansons.

Il y a des gens qui ont une âme de chien, et des chiens qui ont une âme de sauveteur, de gardien dont les yeux sont pleins d’amour. On ne peut pas se fier aux apparences physiques, d’ailleurs certains dessinateurs utilisent leur perception intuitive pour faire leurs caricatures animalières d’humains.

Ainsi est le monde de l’énergie, illogique, irrationnel en apparences et pourtant s’appuyant sur une logique immuable où l’intention est un matériau pour construire une longue échelle de conscience. Ceux qui voit ce travail fastidieux, s’étendant sur des millénaires et plus encore, sont pris de dévotion pour l’âme humaine et d’Amour pour l’Esprit qui l’a permit.

Ma destinée est née lorsque j’ai vu cette longue échelle de cristal, fait de brins de conscience ajustés les uns aux autres comme autant de marchepieds. Chacun d’eux était fait de la fibre même d’un être humain dont l’âme était devenue un palier, laissant inscrit dans cette échelle l’énergie de sa conscience, de sa patience, de sa fougue et de la pureté de son intention : chacun d’entre ces hommes, est un aspect de l’Homme et par leur persévérante impeccabilité ils se sont illustrés comme des exemples, comme une marche de ce long escalier. A chacun des pas de notre conscience nous fusionnons avec une part de leurs connaissances, la part que nous pouvons accepter, celle qui représente un pas vers notre guérison, vers l’Unité avec notre propre Présence, Je Suis Lila, peut-être que je m’y suis glissée et m’y suis ajustée…un jour, tout cela sera révélé. Lila

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article