Humilité

Publié le par lila

J’emploie souvent ce mot dans mes textes, et bien que beaucoup ne comprennent pas le sens, aucun n’a osé poser la question.

 

L’humilité n’est pas liée à la pauvreté, ce n’est pas un terme pour désigner la misère, je sais combien ces choses font peur, combien de frustrations naissent parce que vous ne pourrez pas dépenser comme vous le souhaiteriez : les regards et les mines crispées ne sont pas seulement dûes au froid, en ces temps de Fêtes, des tensions s’ajoutent aux préoccupations ordinaires.

 

Lorsque l’on emploie le mot « humilité » en spiritualité c’est pour désigner l’absence d’Ego, le refus de se laisser mener par le caractère temporel et les masques de la vie sociale. Evidemment, c’est impopulaire parce que les gens mettent des générations à se construire une image, à entrer dans une catégorie sociale, à s’y imbiber de manière à en faire totalement partie  et de s’y fondre au point d’en perdre leur originalité, leur propre vision des choses et le lien avec leurs goûts personnels.

Le but de cette homogénéisation avec le milieu que l’on a choisi est de faire corps avec lui, d’en être un archétype (un concentré).

De nouveaux archétypes ont été crées par les vagues de spiritualisme (New Age, Bouddhisme occidental, Islam du voile) et de nouveaux schémas de comportements se sont développés, mais ce n’est pas en changeant de pot ou de masque que l’on accède à la sérénité véritable.

 

L’humilité est le processus inverse : il s’agit de casser les préjugés, de se fondre dans un moule de non apparence, de transparence, être son âme sans porter d’autres masques et sans renier ses héritages.

C’est dangereux puisque l’on expose ses sentiments et que l’on ne ressemble plus à quelque chose de connu, de classable dans une catégorie.

 

L’humilité rend conscient de sa position et de la position intérieure des autres, puisque l’on est « cœur » c’est-à-dire sans masques pour se cacher, il est plus facile de ressentir la nature des gens…Mais là encore, c’est se rendre impopulaire.

Si les gens portent des masques, c’est pour qu’on les voit selon l’image qu’ils se donnent et non pas pour ce qu’ils sont vraiment.

 

Ca vous semble très évident, mais moi j’ai mis des années à comprendre les raisons des mensonges que les gens inventent pour eux-mêmes et  pour les autres.

Il a fallut que je descende ma conscience jusqu’à l’origine de cette drôle de coutume.

 

L’humilité ne rend pas impeccable, c’est plutôt la discipline de l’intégrité, le choix de devenir plus honnête, de s’aimer tel que l’on est avec ses défauts, ses erreurs de parcours personnels ou familiaux qui va donner un résultat : comme  pour une discipline alimentaire, c’est avec le temps que l’on obtient des résultats.

Il faut désapprendre le cynisme (la raillerie, les cancaneries), désapprendre le jugement à l’emporte-pièce (sans analyse des raisons de la personne) et commencer à examiner la base qui vous lie à votre travail, à vos amis, à vos amours.

 

Quelques uns font ce qu’ils aiment, mais la plupart du temps on fait et l’on est qui l’on peut. Il y a des riches qui rêvent de simplicité, et des pauvres qui s’imaginent en multimillionnaires. La vie est faite pour nous mettre à l’opposé de ce que nous désirons profondément, afin que nous fassions le chemin pour aller vers notre être véritable. Parfois nous vivons plusieurs vies (ou plusieurs générations) pour obtenir un résultat.

Actuellement, il est proposé de remettre ces désirs nés dans le passé, né d’autres vies, au rebus, afin de faire de nouveaux choix.

Mais il faut d’abord passer par le processus de « révélation » c’est-à-dire regarder ce qui –dans nos choix d’aujourd’hui- est en accord avec notre âme.

 

C’est ce que font les « travailleurs de la lumière ». Ils mettent en adéquation leur vie quotidienne avec leur âme.

Parfois, ils choisissent d’aller un peu plus loin et de mettre leur âme en adéquation avec l’Esprit.

Et pour ceux qui se sont vraiment dépossédés de leur idée de « moi », ils peuvent devenir des magiciens de la vie, des Etres qui existent sur Terre avec une âme qui vit sur les plans supérieurs de conscience : ils sont à la fois vivants sur Terre et au Paradis des âmes en même temps….sachant que la Conscience spirituelle est plus forte, plus exigeante lorsque l’on se branche sur des fréquences de perfection spirituelle.

 

Le risque est la création d’une tension nerveuse continue : pour vivre avec les gens dans la société il faut développer des outil sociaux, s’adapter à l’esprit de compétition.

Et sur les hautes sphères de conscience, il faut s’aligner sur la vulnérabilité, la transparence et l’amour de Tout ce qui existe …vous comprenez, je pense, la difficulté de faire ce grand écart mental et psychologique sans se perdre et en continuant à transmettre ce que l’on a gagné, alors la plupart des êtres spirituels se sont voilés ; à la fois pour se protéger des projections d’énergies abusives aussi bien que pour conserver l’énergie spirituelle transmise par leurs guides.

 

L’acte de prendre le voile (pour les sœurs ou pour les femmes mariées dans diverses cultures) est l’extension de ce vœu d’humilité : désir de sortir de la compétition des apparences pour devenir une âme qui se fond dans une vocation (religieuse ou conjugale)

La couverture du méditant, du chaman en prière, le manteau du pèlerin font également référence à une réclusion intérieure choisie, mais il ne suffit pas de porter un voile pour devenir vide de prétention et d’orgueil.

L’art de l’humilité est de se vider, ça commence par les concepts matériels, éventuellement par le porte-monnaie et ça continue jusqu’au cœur de vos acquis, jusqu’à révéler les sentiments que l’on cache tout au fond de l’âme.

Mais votre âme est toute perfection, n’est-ce pas ? Toute lumière est faite sur vos raisons d’agir, vos motivations profondes, votre lien à la vie est révélé…pour moi, ce n’est pas encore vrai.  Lila

 

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hazel 13/12/2010 20:31



Bonjour,

Souvenez-vous : vous avez participé, en été 2009 au Concours du Hangar... eh bien pour cette période de fêtes c'est reparti ! Pour cette fin d'année, nous avons choisi pour thème La Naissance,
pour marquer le début proche de la nouvelle année et surtout de la nouvelle décennie. Et nouveauté cette fois-ci : c'est un double concours puisqu'il est littéraire mais aussi pictural (peinture,
photo, tableau, dessin, BD, etc.), et vous pouvez participer aux deux concours ! Vous pouvez nous envoyer vos participations jusqu'au 28 décembre minuit via le formulaire de contact du site ou
bien à l'adresse mail suivante : contact@le-hangar.com

Nous vous rapellons par ailleurs que le Hangar publie régulièrement des chronique littéraires, cinématographiques et musicales ainsi que des dossiers artistiques mais surtout VOS créations
(textes, séries de photos, projets artistiques, etc.) vous pouvez par conséquent nous envoyer vos chroniques et oeuvres quand bon vous semble.

Nous vous attendons donc sur le Hangar, http://le-hangar.com !

Bien à vous,

Hazel, du Hangar.