Ferons-nous mieux que nos Aïeux ?

Publié le par lila

TerreWorldWind-copie-2.jpg

 

Vous souvenez-vous de cette chanson de Jean-Jacques Goldman  dont la première phrase commençait ainsi : « si nous étions nés en 17 à Marien Bad, sur les ruines d’un champ de bataille, aurions-nous été meilleurs ou pires que ces gens ? »   

 

Cette question redevient une réalité à laquelle il ne s’agit pas de réagir mais essayer de trouver des solutions inédites, pour que les histoires passées et la montée des extrémismes ne soient pas la répétition d’un schéma sans fin de destruction et de haine : déflation, populisme et guerre nous les avons déjà connus, nous savons qu’il faut des décennies pour en sortir.  

La mort et la vie ne sont que des moments qui se succèdent comme le jour et la nuit.  C’est à nous d’en faire quelque chose de bon et de bien : nos choix d’aujourd’hui seront la base de nos relations de demain.

Nous sommes à la croisée des chemins et il est encore possible de dépasser les obstacles psychologiques qui gênent l’avancée de l’Humanité vers une ère de paix véritable dans laquelle aucun peuple ne serait en danger ni de l’extérieur, ni de l’intérieur. Nous ne pouvons plus nous laisser influencer par la peur de l’Autre.

En laissant monter les extrémismes, nous donnerions à l’Europe, puis au monde le droit de se durcir, de se structurer sur un schéma autoritaire, basé sur une hiérarchie pyramidale stricte, s’appuyant sur les données scientifiques, utilisant la technologie et la génétique pour créer des strates séparatrices entre ceux qui ont des droits et ceux qui sont soumis au Droit. Les relations s’inscriraient suivant un niveau d’appartenance hiérarchique et sociale, il y aurait moins de différences entre les riches de tous les états industrialisés qu’avec leurs peuples respectifs.

L’autre choix est difficile. Il demande du courage pour concrétiser la vision humaniste planétaire du droit des êtres à vivre dans un monde équilibré. Cela paraît utopiste pourtant, seule la réalisation de l’utopie nous met hors de danger. C’est un pas colossal qui exige de penser à la place que nous voulons donner à l’HOMME dans ce futur qui se choisit maintenant, et qui ne conduira plus jamais vers la liberté d’exister si nous échouons. Il est vraiment nécessaire de remettre l’Homme au cœur de la société et d’exiger d’effacer les contraintes qui alourdissent les pays, les populations pour le gain d’un petit nombre d’institutions et de multinationales. Ce n’est pas si grave d’effacer des chiffres sur un écran numérique, et tant pis pour ceux qui ont acheté des crédits pour s’enrichir sur la misère.

L’Usure est un grand délit dans toutes les recommandations spirituelles et confisquer les produits d’un délit, fait partie des attributions de la Loi dans tous les états du monde.  Les Etats ne sont plus libres, or il me semble que dans certaines constitutions, il est recommandé de mettre la Liberté et le droit des Etats au –dessus de toute autorité, fut-elle celle de l’argent.

Serons-nous asservis par la peur, l’insécurité et la violence,  nourris par la misère, rendus amers par la colère et la frustration d’être privé collectivement  de travail, de rêves et d’autonomie pour entreprendre ?

La crise qui s’amorce aujourd’hui ne va pas disparaître sans que les dettes soient effacées par l’ensemble des états au moins sur une courte période. Jour après jour des opportunités  se perdent, créant des espoirs déçus et de forces vives désespérément perdues. La génération qui ne réalise pas de projets, ne pourra pas enseigner sa réussite et transmettre une vision positive à ses enfants. Les cœurs et les esprits se durciront de nouveau, laissant l’humanité dans un grand désarroi alors que les technologies continueront à progresser, nous, les humains ne pourront plus nous adapter à une société qui produit l’excellence sans que cela puisse servir à l’ensemble.

Alors, les extrémismes recréeront des conflits au cœur des mégapoles et tout ce qui a été créé pour satisfaire les besoins et soutenir l’évolution de l’humanité se retournera contre elle. Nous serons les prisonniers psychologiques de quelques- uns.

Ferons-nous mieux que nos Aïeux ? Ou subirons-nous un génocide global annoncé ? Lila

Publié dans Messager de lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe bouquet 08/06/2013 15:16


Lila,


La planche à billets marche pleinement ce qui va crééer un contre-coup économique que nous subirons tous et toutes à des degrés divers...


A part avoir un regard vigilant sur les extrémistes de tous poils, et faire parler son coeur au lieu de sa tête, que faire???

bernard 08/06/2013 15:07


Oui j'espère que nous donnerons une nouvelle direction à ce que tout le monde appelle de son coeur chaque soir quand il rentre chez lui où il demande calme paix, amour et protection pour lui et
les siens et qui pourtant une fois retourné sur son lieu de travail n'agit que par compétiton, concurrence et avidité.  ( c'est un peu caricaturé  mais telle est à mon avis la situation
globalement)  Il est devenu normal de penser que dans le monde du travail l'homme soit un requin pour ses semblables, normal de se comporter ainsi, mais il ne faut as alors venir pleurer si
une entreprise disparait mangée par une autre et met sur le tapis tous ses employés. C'est la règle du jeu. laors changeons la règle, mais il y faut du courage, certes il faut passer ses peurs,
peurs de perdre ce que l'on a et pourtant il ya tant à gagner à partager, à coopérer et non plus concurencer.  C'est facile de travailler en concurrence en compétition, on ne tient pas
compte de l'autre on fonce quitte à l'écraser et lui prendre ce qu'il a et même plus. La coopération c'est bien plus diffcile car il faut se regarder voir ce qu'on a à offrri et partager, c'est
aller vers l'autre au lieu de lui torpiler son activité.  C'est faire preuve d'attention, c'est vouloir construire ensemble et cela demande réflexion et concertation, laors que concurrence
tu fonces dans le tas ou presque.  Nous ne pouvons protéger nos enfants dans nos famille set les envoyer à la boucherie de monde commercial débridé c'est une hérésie un non sens.
Personnellement je le présente comme cela: imaginez que dans un même famille deux frères travaillent dans deux entreprises différentes mais concurentes. Tant que tout va bien pour les deux les
repas du dimanche en famille se passent bien les frères rient ensemble. Mais un jour une des entreprises mange l'autre et met son personel au chômage, l'atmosphère du repas dominical change les
deux frères ne peuvent plus se voir et pourtant ils accptaient la règle du lus fort jusqu'au jour ou.  Pourtant ils n'étaient pas étrangers  l'un à l'autre. la bulle familiale
protectrice a explosé et pourtant nous souhaitons tous cette protection. Nos enfants comme ceux des autres sont nos enfants ( certes nous nous occupons plus des notres car il sont proches de
nous, mais les autres comptent aussi et ne sont pas des étrangers) alors pourquoi vouloir les faire ne manger les uns les autres.  avoir pour acquis que le monde de l'entreprise doit être un
monde de requin et penser et dire que c'est normal est un véritable poison de pensée.


Cett montée d'extrême montre bien que nous allons de voir faire un choix, que la terre est un unique et même peuple ( partant de cela même si nous avons à passer et apprendre de nos peurs des uns
des autres) nous y arriverons. Nos voeux d nouvel an ne servent à rien s'il sne sont pas suivi d'actes, chacun à sa façon avec ses moyens. Ce sont de smilleirs de gouttes d'eau qui font les
océans. sans ses gouttes l'océan n'existe pas, sans ces gouttes la sociéte ne change pas. Nous devons sortir de nos attitudes de victimes, prendre en main nos vies ne pas déléguer sans garder son
pouvoir. Pas le pouvoir d'agir sur les autres mais celui d'être actif et acteur. 


IL n'est rien qui ne soit dans nos activités humaines que nous n'ayons créé. Cette fameuse crise elle ne veint pas de nulle part, nous l'avons créée par nos comportements donc nous puvons tout
aussi bien nventer un autre style de vie puisque celui là ne nous convient pas et surtout qui'l n'apporte pas la paix et le partage. Comprenons que nos actions toutt azimuts on provoqué cette
cacophoine cette tour de balel qui est entrain de nous tomber sur la tête.   La mondialisation c'est prendre conscience que nous ne sommes qu'un seul peuple et non cette mascarade
d'économie ( certes il y a du bon par endroit) mais la mondialisation a été inventée sur ce plan là par les plus forts qui voulainet manger encore plus et donner plus à manger à ce qui n'ont déjà
plus faim n'apporte rien, pas plus que d'enrichier outre mesure des structures qui le font que privatiser le bien commun. 0 quoi cela sert-il d'avoir un jardin grand comme un département pour soi
tout seul ou un château de 250 pièces pour soi, ce doit être bien triste et encore plus de ne pas s'en rendre compte. 


Oui nous pouvons changer le monde en changeant notre comportement pas en voulant changer celui de son voisin. viser un idéal n'est pas une illusion.  Alors je dis oui , même si le dire et
tenter d'infléchir son comportement pour un monde plus fratenel, plus humain c'est passer pour un faible un manque dambition de pouvoir.  Personnellement je suis certain qu'au contraire
c'est un grand courage et se lever chaque matin pour un nouveau monde et non contre ce monde. Il est bien préférable de se battre" pour  et non contre, on fait ainsi la démonstration de ses
capacités de ses talents c'est bien plus créatif que de se battre contre... tel est mon ressentir. Merci à tous