De la Décadence à l’Emergence de l’Autre monde

Publié le par lila

http://image.architonic.com/img_pfm2-2/201/5787/YIN%20YANG-102-a-h.jpg

L’ai-je écrit ?

Le temps rigide est accompli, naît maintenant un temps assoupli, allongé ou morcelé que chacun consomme à sa manière. Un parallèle se crée avec l’autorité, puisqu’il n’y a plus vraiment de père, la science nous ayant affranchis des règles naturelles, la perception de l’autorité s’en est trouvée transformée. L’autonomie des individus -hypersexués ou androgynes- est désormais de mise, créant une société à l'apparence divisée, individualiste, habitée d'égocentriques.  Nous nous sentons libres et nous affirmons nos libertés comme des peuples adolescents, fiers de nos droits, nous habitons un monde où la sensualité n’est plus enfermée, ni la virginité imposée : le divorce est à la mode tandis que Brocante et Recyclage se marient. La parole s'est libérée, notre âme s’en émerveille bien que tout autour de nous semble mourir d''indifférence, oublié dans le silence.

A notre insu, presque sans gloire, nous nous sommes habitués à communier en émotions collectives et, autour du monde, des liens se tissent d'amitié. La conscience qui est née, nous rend forts et résistants aux énergies qui s'archivent en nous par force. Les chaînes psychiques de l’autoritarisme se sont effacées et désormais chacun fait ce qui lui plaît, mais nos désirs se sont pris les pieds dans des chaînes nouvelles, chargées d'images déversées en illimité par des écrans opaques gélifiés ; la présence des mondes financiers s'installe dans l'intimité des foyers. L'image est devenue notre mère toute puissante, guérisseuse ou perverse ; nous en sommes les nourrissons dépendants. Sachant que l’on ne partage que ce qui vit en soi, vous savez maintenant que les images sont les seules vérités sur lesquelles s'appuient nos choix. Nous sommes le produit de ce monde, lui-même issu de collectifs sans voix. 

http://www.anne-dorel.com/photo/visage_yin_yang-1.jpg

                     

Pendant que meurt la vision ancienne de la masculinité, que le bavardage remplace le temps des véritables choix, s'éffondrent en masse des établissements, des collectivités, des administrations et tout ce qui donne corps à la nation telle qu'elle s'est imaginée. L’énergie en revanche se ressent, elle prend corps et sang, continue de reconnecter les gens à leur sensibilité voilée. Au premier abord, on peut croire que les gens sont devenus indifférents les uns aux autres, émus seulement par leurs écrans sensibles, donnant à chacun le contrôle tactile sur sa destinée. Mais peu à peu, les peuples se laissent envahir par les palpitations du monde dans leurs sentiments, leur cœur est lié au « cloud »  géant du subconscient. 

L’Ai-je écrit déjà ? Dans les replis du temps, le ressac de cette danse donne le tournis. On pense que l’on meure sur cette planète, que tout est fini pourtant déjà on se réjouit avec d’autres atours : de nouveaux danseurs s’ajoutent chaque jour, débarqués de lointaines contrées dévastées. On a vendu la terre en morceaux, chaque élément naturel  est conditionné en bouteille :  air, feu, eau, aucun métal n’est épargné, les roches autant que les organes ou les membres sont divisibles, reproductibles, jetables comme des poupées. Les robots ont ce défaut qu'ils ne consomment ni services ni biens, mais personne encore ne l'a compris. Pour l'instant, rien de visible qui ne soit dépeçable, étiquetable : l’Argent comme la Raison se sont  imposées en Maîtres devant toutes les autres formes de vies.

Qu’avons-nous gardé de Sacré ? 

Au coeur du Silence, dans la méditation, le centre qui sépare les opposés s'est vidé des influences, neutre il permet de monter au-delà des tendances opposées. Hors des préoccupations vaines, dans ce centre souverain, la miséricorde sépare pour mieux définir les côtés ; la vertu fait face à son revers, sans en être égratignée. Qui que l’on soit, il faut affronter son contraire, l’inclure en soi  pour construire une autre base d’union ou bien fuir pour conserver son intégrité. Ce même Principe d'équilibre frappe maintenant les Etats qui ne pourront faire l'économie face aux masses spolliées par ces innocents riches sans collier ni limites à ronger, car l'argent est une mécanique lègère, qu'il soit numérique ou liquide, il faut lui rétirer ses oeillères. La richesse ne peut plus avancer sans repenser au partage des rôles en équité.

Alors, de l’Invisible renait le Phénix : prouvé par la Science rendue athée, l’Esprit Saint est démontré, porté par quelques uns qui s'en montreront dignes. La magie de la Terre remet chacun à sa juste place : n’avait-il pas été écrit déjà, que les premiers seraient les derniers, selon la vérité des cœurs ? Maintenant les eaux glacées fondent, les mers s'ouvrent à nos yeux de myopes et les vérités oubliées sont à nouveau révélées. Ce temps accompli est devenu le nôtre. La lumière éleve l’Humanité jusqu'à son Coeur. Ainsi se poursuit la Danse de l’Unicité. Lila

 

 

Publié dans Messager de lumière

Commenter cet article

claire 10/10/2013 11:56


Bonjour Lila, j'espère que vous allez bien.


Quelque chose qui n'a rien à voir avec ce qui est écrit mais je trouve le tableau que vous avez mis très beau.


Bonne journée!


 


 

philippe 09/10/2013 18:16


J'adore.
C'est net, puissant et cela sonne juste à mon coeur.....


 


Merci beaucoup Lila,


Philippe