D'un point de vue humain...

Publié le par lila

Partout sur la planète les changements annoncés se sont produits, et actuellement les pertes s’accumulent dans l’urgence sans que nous prenions encore la mesure des conséquences que ces inondations, incendies, retards climatiques ou de récolte vont engendrés pour les masses de populations déjà fragilisées mais également pour les bétails et les semailles des années à venir : ce qui n’est pas planté ne pourra pas être récolté ni ne  donnera de graines.

Un mauvais climat est une source de problèmes multiples : manque d’eau potable y compris dans les régions inondées, destructions des jeunes plants, des pâturages et des cultures, parfois cela augmente la sécheresse des sols ravinés par les eaux que les herbages n’auront pas stabilisés. L’économie du « toujours plus » va devoir se tourner vers une logique d’exploitation agricole planétaire différente.  De nombreux peuples  -pauvres ou riches- seront touchés par les mêmes catastrophes agricoles et les plaies parasitaires en profiteront pour gangrener ce qui aura survécu.

Ces étapes de la prise de conscience qui avait été demandée depuis les 30 dernières années seront un aspect difficile parmi d’autres. Car si une crise alimentaire survenait sur l’ensemble du globe en quelques années, beaucoup d’autres complications surviendraient, comme les prémisses de conflits entre les peuples et les gouvernements le laissent présager. On peut constater que les pressions économiques, financières, religieuses ou psychologiques qui sont infligées aux populations depuis ces 10 dernières années creusent considérablement la confiance que les gens accordent à leur administration et à leurs gouvernances. Partout le même constat est à déplorer : les élites sont incapables de gérer une déréglementation des échanges  qui révèle les inégalités des conditions de vie. Permettre l’échange commercial, c’est également connaître le mode de vie des uns et des autres, lorsque les différences de traitements sont trop manifestes, elles créent des frustrations ou des attentes en matière de civilisation. Droit à l’éducation des filles et des garçons, désir de qualité dans les soins et les services médicaux, espérances d’une vie plus confortable pour soi et les siens ou que l’on soit sur la planète.

Reste à réévaluer nos besoins sur ce que la planète peut véritablement fournir et à mettre de l’argent dans des secteurs qui autrefois « coulaient de source ».

L’eau ne manquera pas sur la Terre ni aujourd’hui ni demain mais les lieux où elle sera potable vont changer et la manière de l’exploiter ou de la récolter DOIT changer. Plus que le pétrole, l’Eau est l’enjeu de notre survie. Certes aujourd’hui les inondations ou les pluies diluviennes n’en font pas une ressource rare, mais  nous devrions nous pencher sur les moyens de la distribuer de manière équitable et accessible partout sur la planète avant que ce problème ne soit plus résorbable et qu’il entraîne des émigrations massives de populations. L’humidité de l’air est une importante nécessité pour rétablir une évolution globale harmonieuse. Lorsque cette humidité disparaît d’une zone géographique, la vie n’y revient plus et l’exode des populations  d’insectes, d’animaux et humaines ne peuvent être endiguées. Nous ne sommes pas trop nombreux, nous consommons trop et mal, nous nous sommes regroupés en centres urbains concentrés, ce qui est un facteur de violence par manque d’espace individuel.

Les forces élémentaires ont été poussées au déséquilibre par de nombreux facteurs, pas uniquement par notre industrialisation ou l’exploitation des sols, cependant notre aveuglement cupide à ne pas tenir compte des changements et la boulimie à répéter les mêmes erreurs n’a pas contribué à mettre les populations en sûreté. Les tentatives courageuses de quelques-uns n’ont pas été suffisamment soutenues et prises au sérieux  durant les temps calmes, aujourd’hui les tempêtes se sont levées et les choses deviennent plus difficiles.

C’est regrettable pour ceux qui sont aujourd’hui à la tête des gouvernements de constater leur impuissance face aux désastres qui touchent les peuples de cette planète. Ils ne sont pas responsables des changements, ils sont simplement les témoins de la chute d’un monde. En regardant les tendances boursières, le paysage ne semble pas se transformer car il y aura toujours des choses à vendre et d’autres à acheter, mais les prix de ces choses et leur rareté risque également d’être réévalués à la hausse. Il y aura de plus en plus de riches et de plus en plus d’affamés : deviendront-ils de plus en plus violents et agressifs ?

Si nous étions sages nous comprendrions que l’argent est important mais qu’il est surtout un cadre pour des échanges équilibrés et que lorsque le cadre n’est plus adapté, on a le droit de le transformer légalement, c’est un droit moral autant que constitutionnel. 

Continuer à déséquilibrer tous les pays pour le respect de règles immorales, faciliter l’exploitation des plus pauvres est une manière dangereuse de gagner de l’argent : cette « bombe psychologique » tôt ou tard explosera, entraînant la disparition de l’ensemble des institutions même si aujourd’hui elles semblent solides et respectées. Le chaos n’a jamais été aussi proche.

Heureusement, je sais que les gestes symboliques ont une portée sur l’âme des gens, et qu’un dégagement des dettes globales engendrées par la crise financière des supprimes, décidé par tous les gouvernements ensemble, serait un moyen de gagner du temps et de reprendre du souffle. Bien sûr, mon opinion n’a pas valeur de loi, ce n’est qu’un conseil pour que ce monde prenne le virage avant de prendre le mur. Mais je constate depuis quelques décennies maintenant combien l’humain n’aime pas la vie ! Peut-être est-ce mieux ainsi ? Lila

Publié dans philosophie

Commenter cet article

abraham patrick 19/06/2013 17:32


il nous est propre de devoir assumer notre chemin ,a nous de changer

philippe bouquet 19/06/2013 17:12


Bonjour LILA;


tu écris ces mots durs  "...Mais je constate depuis quelques décennies maintenant combien
l’humain n’aime pas la vie ! Peut-être est-ce mieux ainsi ?..." 


Dans le plan divin crois-tu que cette possibilité soit acceptable?...


Pourquoi des entités nous aiderait-elle s'il n'y avait rien de bon en l'humain?...


Ne faisons-nous pas corps avec Gaïa?.... Et ce malgré nos nombreuses si nombreuses erreurs!!!!


 


Mon coeur est triste mais je refuse toute défaite je crois encore et encore au pouvoir de l'Amour....


 


Je vous aime, Philippe


 

abraham 19/06/2013 16:29


équilibre ou est tu?  méme maintenant , il manque a beaucoup.merci lila