D’où vient l’égoïsme et à quoi sert-il ?

Publié le par lila

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire de leçon de morale  du style « c’est pas beau d’être égoïste ! » pour la raison toute simple qu’une personne égoïste ne s’en rend pas compte et qu’elle ne veut pas comprendre ce qu’on lui reproche, mais il faut reconnaître qu'en ces périodes de fête ce comportement est bien plus reconnaissable et incommodant, alors

montrez-vous astucieux et déjouez leurs plans en reconnaissant leurs tactiques !

 

L’Egoïsme est la tendance à se donner beaucoup de place dans la vie des autres,  de contrôler son environnement et de se refermer à ce qui vient de l’extérieur à moins que cela corresponde à quelque chose d’important pour « soi » ; on pourrait résumer l’égoïsme par un  manque de confiance et d’estime de soi qui se cache par l’intransigeance ou l’indifférence et la fuite des sentiments.

 

Le fait de subvenir à ses propres besoins externes, investir dans sa vie professionnelle et donc la vie sociale obligatoire pour survivre est déjà un poids difficile à porter pour  l’égoïste qui cherche à  protéger sa réserve d’énergie en se fermant  aux besoins des autres lorsque cela ne lui rapporte rien ou n’est pas « obligatoire ».

 

L’égoïste est d’abord une personne dont l’image extérieure ne correspond pas à celle qu’il a de lui-même. Cette insuffisance qu’il ressent à assumer ses émotions, le fait douter de lui-même au point de renoncer à comprendre les autres, parce qu’il ne se sent pas la force ou la sensibilité pour réussir à communiquer de manière satisfaisante et que la relation à l’autre le met en décalage, en infériorité.

 

Un égoïste ne l’est pas tout le temps mais dans certaines situations où il se sent piégé, contraint, abusé ; sa réaction de se refermer par un comportement d’orgueil est une façon de se protéger dans une circonstance où il est en fuite, en perte d’appui intérieur. Cette perte de confiance se cache derrière une attitude d’indifférence cassante afin que le mur psychique crée décourage les intervenants de « compter sur lui ».

 

L’égoïsme est une forme d’irresponsabilité relationnelle qui trouve son origine dans une immaturité émotionnelle, une incomplétude dans la construction de soi.

L’image intérieure étant incomplète, dénaturée, vécue comme une honte, une indignité, la personne montre un comportement forteresse, intransigeant, blessant pour échapper à sa propre sensibilité et à fortiori celles des autres.

L’égoïste est prisonnier de la peur d’être vu tel qu’il est parce qu’il se croit inacceptable aux yeux des autres.

 

La réaction de l’égoïste quand on lui démontre son manque d’empathie ou de soutien est la colère : il est offusqué et se défend en démontrant combien il est fort et capable de s’agiter…mais cette agitation retombe vite et devient de l’amertume, il attaque pour mieux contrôler la situation et reprendre le dessus sur la tentative de renversement de son pouvoir.

L’égoïste se sert de toutes les failles qu’il reconnaît chez son « adversaire » sans remords, il en va de la survie de son image, de cette tour d’ivoire qu’il s’est construite et où il reste prisonnier pour protéger son émotivité.

 

Ensuite il y a des dimensions dans l’égoïsme qui toutes cherchent à raffiner la conscience de Soi et à trouver son plaisir sans s’occuper des conséquences pour les autres.

L’Egoïsme marque la limite entre soi et les autres avec fermeté et intransigeance pourtant si l’on désire s’aimer soi-même et se connaître il faut passer par cette période et plusieurs fois dans une vie chacun d’entre nous doit apprendre à se donner de l’attention et économiser son énergie pour mieux progresser ensuite.

L’égoïsme ordinaire n’est pas dangereux, il est même salutaire mais on doit néanmoins apprendre à le maîtriser pour conserver la capacité de se protéger sans pour autant devenir une nuisance pour autrui et perdre la capacité de partager.

Face à un égoïste il faut rester ferme et doux puisque la meilleure façon de l’amadouer est de continuer à donner de l’amour sans pour autant se perdre soi-même : face à un égoïste on a l’autorisation d’en être un aussi lorsqu’il abuse !

 

Spirituellement l’égoïsme prend la valeur de l’Hiver, il sert à refaire des forces, à affermir sa base intérieure avant de s’élancer vers un nouveau Printemps.

Si vous vous sentez égoïstes ne vous culpabilisez pas, ne restez pas bloqué sur vos émotions, soignez-vous et surtout ne cultivez pas la malveillance - la dérive cynique de l’égoïsme- car l’amertume qui en naîtra devient acidité et mort de l’âme. Lila

 

 

 

Commenter cet article

SACREMENT 19/09/2012 21:47


BRAVO encore pour ce post... vous décrivez à merveille mon époux !

mamalilou 23/12/2011 04:51


 


merci pour ce billet généreux d'un conseil tempéré et particulièrement judicieux en ces temps de regroupement social et
familial, ... dans des conditions spécifiquement propices à ces manifestations stéréotypées de comportements...


c'est toujours délicat d'aborder sans fâcheries ces récurrences relationnelles dans les familles
notamment...


toujours garder à l'esprit une immense compassion et la certitude que les apprentissages et écueils par
lesquels on voit les autres passer... furent, sont ou seront aussi les nôtres...dans une certaine mesure... car il faut bien se construire... :)


gros bisous festifs te dépose en plein préparatifs avant que de m'éloigner quelque peu de la blogosphère
:o)


précieux et chaleureux instants te souhaite auprès de ceux et celles qui te sont chers pour un noël lumineux!


et quelques égoïsmes élargis aux proches... 


♥joyeusement, avec gourmandise et pétillance♥