Chakras : nettoyage de la face B

Publié le par lila

« On » nous avait dit qu’il suffisait de nettoyer notre vocabulaire, de nous défaire des habitudes sociales qui ne correspondaient pas à notre « vérité intérieure », de nous débarrasser de nos biens superflus et de nos vieilles certitudes pour devenir vertueux.

Il suffisait d’investir notre énergie et notre intention pour obtenir une vie de rêve…c’était vrai, en partie.

Ce qui n’a pas été dit,  n’a pas été compris ou pas été transmis par les channels c’est qu’une énergie chargée d’anciens conditionnements, même si elle est mûe par une belle intention, produit des circonstances propres à nous purifier….mais qui ne sont pas si simples à vivre.

 Alors, avec courage et persévérance nous avons investi temps, argent, pensées, cœur, énergie pour ouvrir nos centres et nos sens encore fermés. Des petits prodiges ont récompensés chacun selon sa peine et son investissement. Réellement, nous nous sommes souvent dépassés, atteignant des sommets de foi, d’espérance et de don d’amour.

 

Et il y a des  moments où l’on croit qu’enfin les choses se sont allégées, que les parties de l’âme deviennent visibles : une sensation de facilité reprend le dessus, on se détend, on prend une pause. Naïvement. Il faut dire que la vie s’éclaire tellement en compagnie des Anges, que rien ne semble si difficile à surmonter. Quand on nous pose la question es-tu prêt à poursuivre ton évolution, on répond « oui » avec un enthousiasme intact, sans même imaginer que les conditionnements sont plus solides que les murs, que les peurs collectives qui tissent notre réalité sont plus hautes qu’un  raz-de-marée, plus effrayantes que les histoires de loups-garous et de vampires.

 

Et, par surprise ou par traîtrise, vient le nettoyage de la face B comme suBconscient, poursuite infaillible du programme de libération de l’âme, certes, mais de l’Essence lumineuse qu’elle contient, surtout.

 

L’âme conserve la mémoire de toutes les expériences, de toutes les émotions par lesquelles elle est passée, et « miracle » elle les redonne avec la même intensité et dans le même état d’âme que ce qu’elle  a enregistré….elle est d’une telle objectivité  qu’elle peut transmettre aussi les intentions et les émotions dans lesquelles les gens qui vous entourent se trouvent, eux aussi. C’est une interprétation panoramique et objective qui s’offre à la conscience, et qui demande un reclassement et une nouvelle compréhension avec « un cœur ouvert » et dans ce cas, les mots ne sont pas à prendre au figuré.

Le découragement n’est rien en comparaison des états psychiques et émotionnels qu’il faut traverser, pour Soi et pour les autres.

L’autre particularité de la conscience de l’âme est qu’elle ne dort pas, ne connaît plus le sens du temps, des mots, ni de la réalité humaine.

Conserver les repères entre ce qui est passé, ce qui est à venir ou ce qui est présent, n’est plus aussi facile sans garder une discipline par les sens : manger, se coucher même si l’on ne dort pas, sortir et voir du monde même quand rien n’en donne l’envie…ce sont des petits gestes qui nous sauvent du pire. Et ce pire à tant de facettes, tant d’incroyables liens avec notre arbre des âmes !

Nettoyer le subconscient est certainement une aventure digne des héros antiques, ça donne parfois la sensation de toucher aux purs archétypes afin de mieux s’en affranchir.

L’archétype étant la forme que prend un symbole, parfois il ressemble à un monstre et souvent le subconscient est enchaîné par de très nombreux « ressorts  intérieurs » à ces formes-pensées archaîques.

Le but des manœuvres étant de se détacher de ces monstres qui sont des obstacles à la véritable liberté d’action spirituelle.  Le parasitage par ces golems est un facteur important d’humiliation spirituelle et une porte ouverte vers la perte de confiance à des niveaux insoupçonnés. Tant que ces crochets nous attachent à ces créations invisibles et pourtant bien réelles, il y a de la douleur dans notre âme et dans notre conscience, c’est cette même  souffrance «  invisible » qui sape l’énergie, nous rend médiocre et destructeurs, parfois même suicidaire.

Il ne suffit pas de vouloir avec notre conscience humaine pour réussir à s’en détacher ; entendez qu’il faut s’aider avec nos qualités spirituelles et lorsque tout semble perdu, c’est le miracle des Anges qui vous vient en délivrance. Car il n’est pas dit que nous devons succomber, simplement nous rapprocher d’une compréhension plus vivante du sens de la Vie.

 

Avec toute ma gratitude à l’Archange Michel et à tous mes amis. Lila

 

 

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article