Chakra et Conscience

Publié le par lila

Vous aurez peut-être remarqué qu’il y a plusieurs niveaux d’apprentissages en ce moment qui se mélangent et s’interconnectent.

1)    Il y a ceux qui se développent en investissant leur énergie dans les structures concrètes comme  l’acquisition de biens, le développement d’une famille, l’activité professionnelle. Ils apprennent à gérer leur énergie selon la Loi d’action-réaction : « ce que je donne je le reçois selon le degré d’investissement de mon intention et de mon énergie ».

Sachant que l’on ne vit pas seul, que le monde est un vaste réservoir d’idées et de désirs donc d’intentions, il faut apprendre la persévérance ou le lâcher prise. Parfois il faut s’accrocher pour suivre son intention originelle jusqu’au bout ou bien s’adapter aux circonstances, ce qui demande d’être attentif à l’environnement et aux nécessités des autres (l’empathie). Les désirs matériels sont les plus vite réalisés, les plus facilement visibles ; ils donnent une lecture de nos conditionnements psychiques, c’est-à-dire des formes-pensées (archétypes) auxquelles nous nous référons comme sources d’inspiration pour notre vie.  

Les désirs matériels sont issus de l’énergie des 3 premiers chakras (de l’entrejambe jusqu’à l’estomac) : Muladhara  ou « l’énergie impulsive », Svadhistana qui est une « énergie créative » et Manipura appelé aussi le Plenix  où se trouve la conscience d’être un individu : le « moi ».

 

2)    Les individus qui ont découvert qu’ils ont une âme, un aspect immatériel, une étincelle de sagesse et d’amour en eux,  désirent cultiver ce jardin intérieur, cet espace intemporel où ils peuvent se ressourcer et apprendre à Etre, c’est-à-dire à vivre, sentir et penser par l’énergie du chakra Anahata,  le Cœur ou « temple intérieur ». Ils se proposent de suivre des stages, des conférences  pour apprendre à « s’écouter ». Il s’agit d’apprendre à écouter son intuition, sa voix intérieure, c’est-à-dire la partie immortelle de son être tout en restant vivant et présent dans son corps. C’est une alliance entre le corps et l’âme. Le siège de l’âme est le « temple intérieur », le Cœur ( le chakra Anahata).

PORTE

Ce lieu interne permet l’interaction entre des énergies métisses venues du « Ciel » c’est-à-dire captée par les chakras supérieurs et secondaires avec l’énergie terrestre, venue des chakras inférieurs. Dans l’énergie du Cœur se trouve des sentiments, ceux que nous avons emmagasinés depuis que nous avons conscience d’exister. Or cette conscience est variable : plus elle s’ouvre et plus nous pouvons connaître ce que nous « avons été ». Quand cette conscience du passé est limpide, qu’il n’y a plus de sentiments réactifs et de colère, de tristesse, d’incompréhension, l’à-venir se libère des contraintes : le futur s’écrit alors au fur et à mesure des choix faits dans le présent, c’est-à-dire que l’on n’est plus dépendant des conditionnements antérieurs car notre Cœur est un Temple pour « nous » en tant qu’individu et « nous » en tant que Clan.

Cette compréhension du  mot « clan »  se limite à la famille immédiate ou bien s’agrandit à l’Humanité toute entière. Le travail d’effacement des sentiments négatifs et des incompréhensions n’est pas le même : effacer, pardonner pour soi-même ne représente pas le même investissement intérieur que pardonner au nom d’un collectif. L’amour que nous sommes aptes à ressentir donne la mesure de notre capacité à pardonner et la  profondeur sur laquelle nous pourrons agir. Plus on est capable d’aimer sans objet, sans but autre que l’Amour lui-même, plus on travaille à transmettre du positif et à l’effacement des erreurs en donnant des explications ou en rétablissant l’équilibre. Le pardon est une annulation d’un blocage, l’effacement de la réactivité émotionnelle face à une situation conflictuelle pour soi.

 

3)    Après avoir nettoyé et purifier ses propres-formes pensées individuelles, on devient capable de comprendre les relations entre un problème et les conséquences que ce problème engendrera. On peut le faire pour ses propres formes-pensées et ensuite pour celles qui touchent à l’organisation collective de la pensée (à l’inconscient collectif).

les_7_corps.jpg

On apprend que l’énergie des formes-pensées est constituée de couches successives et qu’en ouvrant son propre Etre à la Conscience, on accède à l’Histoire de l’Humanité dans son entier puisque les socles les plus profonds sont à l’origine de notre forme humaine, de nos comportements les plus instinctifs, présents dans chacun de nos mouvements. Notre histoire familiale s’appuie sur l’arbre des âmes (inconscient familial qui relient les âmes entre elles) qui elle-même vient d’une histoire nationale ou internationale. Chaque génération marque de son empreinte les formes-pensées préexistantes. Une société voit le monde selon des structures préétablies dans lesquelles l’individu grandit et forme sa propre vision. Chaque personne porte son histoire et celle de sa famille, donc celle de sa société. Or l’idéal sur lequel s’organise une société est en liaison avec un chakra.

Il y a interdépendance entre l’individu - sa compréhension du monde, son lieu d’origine- et   l’histoire de la société dans laquelle il vit. L’un et l’autre réagisse selon leurs attentes, or ces « intentions » sont illustrées par l’énergie d’un chakra auquel s’associe un niveau de conscience et des formes-pensées. Ce que l’on appelle les formes-pensées sont à la fois des idées fugaces ou des égrégores qui structurent l’inconscient collectif d’une nation, d’une génération, d’un monde planétaire ; il est difficile de donner un sens véritablement objectif et pur, car toute compréhension se fait à partir de sa propre histoire, de ses limites d’acceptation et d’intelligence. On accède à la « hauteur de vue » ou à la profondeur à laquelle on est capable de s’intégrer. Finalement il n’y a qu’un seul chemin entre l’individu, sa reliance avec sa famille d’âme, son groupe d’appui spirituel et sa liaison intime avec Dieu. Ce chemin devient l'apprentissage d'une vertu spirituelle que l'on doit s'efforcer de transformer en un sillon de lumière. Ce sillon est  nommé " maîtrise spirituelle".

 4441724124 83dd834fda o

Le Nouvel Age introduit l’idée qu’en changeant de formes-pensées on peut arriver à changer le point d’ancrage de notre conscience et ensuite à bouger le point d’énergie (le chakra) depuis lequel on crée la réalité. « Ascensionner » consiste à élever sa « prise de terre », sa zone d’accroche entre les énergies terrestres, l’humain et l’énergie éthérique captable après avoir ouvert les dimensions subtiles : l’aura.

Les canalisations d’êtres spirituels confirment que ce travail est considérablement facilité par les modulations de la magnétosphère et les échanges d'énergies avec le soleil : les formes-pensées sont basées sur ce que nous « aimons » ou ce que nous « détestons », or l’Amour est une énergie d’attraction. L’idée de base est que nous créons notre réalité collectivement et individuellement bien que nous en ayons plus ou moins conscience.

En augmentant la Conscience, la  Foi  et  l’Empathie, on peut changer la vision du monde, les idéaux et l’expression de la réalité pour toute la collectivité. On fait advenir ce que l’on AIME.  Le but premier est d’accepter la Paix intérieure et de renoncer à ressentir de la culpabilité pour des faits passés qui dépassent nos choix et nos idéaux d’aujourd’hui. Lila

yoga.gif

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article