Au Cœur de mon âme

Publié le par lila

J’ai fermé les yeux pendant qu’il me parlait et sans même le vouloir, j’étais absorbée, toute entière portée par le murmure de leurs voix. Mes guides me conduisaient à travers un portail immense dont les battants aux reflets gris et liquides flottaient sur un palier de lumière blanche ; je marchais sur le rythme du chant monocorde qui me servait de fil conducteur tel un long fil d’Ariane auditif et vibratoire qui captait ma conscience et docilement menait mon âme sur le sentier du Temple du Temps.

 

Posé dans sa glorieuse lumière se trouvait un cœur de nacre sur lequel s’incrustait en motifs floraux de grosses perles noires, l’aspect  lunaire de la nacre et des perles au reflet métallique donnait une nuance veloutée et sensuelle à la lumière de ce cœur bien plus grand que moi.

Au son puissant et langoureux des guides, les ailes de ce cœur ourlé s’ouvrirent tel une fleur de métal, offrant une lumière encore plus blanche et vivante que la première, issue d’un plus petit cœur brillant d’une teinte laiteuse, liquide et dense, au goût sucré.

Voir, c’est recevoir et goûter.

 

 

coeur-fractale.jpg

 

 

Ce petit cœur de lumière déversait sa mélodie et lorsque j’ai voulu m’en approcher, il s’est dissout en un merveilleux nuage de paillettes argentées enluminé d’une délicate teinte rosée. Une paillette est devenue une perle de rosée sucrée et m’a nourri tandis que son chant continuait, mais il ne couvrait plus un autre bruit, menaçant et long.

 

Au milieu de cette nuée de paillettes irisées, une petite pierre s’était révélée qui brillait de toutes ses forces, de toute sa volonté. Cette étincelle de lumière n’était qu’un cri strident, une alarme donnée à l’Infini qui s’affirmait tonitruante au milieu de l’harmonie.

Un long cri, un déni, une révolte qui avait pris corps et vie sur cette Terre où l’on souillait l’innocence, la vérité et la connaissance ; décidée à le faire savoir jusqu’à la plus haute conscience cette étincelle inviterait tout l’Univers à écouter ce son terrible et lancinant jusqu’à ce que les injustices soient réparées et que cette Terre soit relevée.

 

Cette perle d’innocence et de pureté n’était pas le fruit du hasard mais le vœu clair et digne d’un Christ et d’un Bouddha dont les énergies s’étaient réunies en un sentier spiralé sur lequel la Conscience de l’humanité viendrait à apparaître.

Lorsqu’elle est devenue chair, cette conscience s’est vue offrir le pire et Elle en a conçu une grande douleur : incarnée, prisonnière, elle a appelé pour sa Liberté et ainsi furent-ils tous émancipés des brouillards et des torpeurs qui les affaiblissaient par les Hautes Consciences ainsi renseignées.

 

Femme-rose

 

 

Nourris d’une nouvelle lumière ils se sont éveillés et les étincelles de lumière ont transformé leur chant en une autre tonalité : harmonisée, enfin libérée de son lourd message, la petite lumière a restauré son Etre et son chant, qui deviendra plus tard, un autre palier vers l’Unisson car porté par cette graine à peine germée, vient le chemin de la libération, chant de Gratitude et chant de Compassion.

 

 

 

 

Pour changer la fréquence de mon chant, j’ai reçu une perle de l’Elixir du Temps, son goût métallique, sa texture huileuse, sa fragrance amère nous amène à l’origine de notre chant, au son originel de notre étincelle divine car avant d’être une personne, nous sommes chacun une vibration, une note, une étincelle de lumière retenue dans une géométrie, parée de vertu puis  ancrée dans la chair. Ainsi soit-il. Lila-Sananja

 

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article