Au Cœur de la Lumière

Publié le par lila

 

L’Etre est « conscience et sentiment » de complétude, d’entièreté.

L’Etre se voit et se sait fraction intégrée et indivisible du Tout Lumière, du Tout Conscience, du Tout Amour ; d'une énergie si vaste  qu'elle existe sous de multiples formes et particules jusqu’au Vide et aux dimensions interstitielles et plus loin encore. L’Etre sait que le vide fait partie du Tout et que le Tout est constitué de vide ; d’un vide qui  devient matière, lumière ou qui reste à l’état de lumière non-manifesté, aussi loin que l'être se projette, il sent, voit et fusionne avec Ce Qui Est avant lui, après lui, et dans les dimensions qu'il n'atteint pas avec sa conscience.

http://akvis.com/img/examples/lightshop/elements/star-burst.jpg

 

La vie est basée sur l’échange entre les Etres et entre les états d’être. Cet échange contraint à se frotter aux autres, à perdre l’intégrité du départ pour s’en constituer une autre, avec ce que nous recevons au passage. Cette interaction permanente nous fait perdre le fil de Qui nous sommes en essence. Nous nous perdons d’abord pour nous reconstruire ensuite avec d’autres bases, dans d’autres dimensions, selon les pressions que nous traversons. La recherche de Qui nous sommes, nous pousse à aller vers un état perdu d’avance -c’est ce que nous croyons- pourtant, on s’aperçoit au fil des recherches que les échanges ne nous changent pas fondamentalement ; la nature essentielle de Qui nous sommes s’est simplement élargie et s’exprime sur un rayon d’action plus large : nous nous diluons, nous nous colorons des autres, mais nous conservons au centre de notre conscience originelle, l’empreinte de Qui nous sommes. Les échanges et interactions ont simplement ajoutés des masques, des personnalités, des formes pour s’imbriquer dans des dimensions variées de basses ou de hautes fréquences, manifestées ou encore cachées dans le vide, en attente d’exister. Cette implacabilité de l’échange crée malgré nous une souffrance, un égo, un souvenir de notre dignité passée ; nous nous identifions à ce que étions au début de cette course à l’échange, nous voyions ce que nous avons perdus, avant de saisir toute la mesure de ce que nous avons reçus et de nous accepter dans toutes nos dimensions, dans toutes nos progressions ou digressions.

Chakra1

Nous sommes des Alambiques, des tubes à essais manipulant et condensant la lumière jusqu’à la densifier au carbone. Transformer ce carbone en diamant demande de rester sous pression, une pression psychologique ou magique. La pression du désir, de la tension vers l’infini, alors que nous nous sentons si souvent écrasés au sol, alanguis, oubliés de Qui nous sommes. Se relever est un effort qui s’initie de l’intérieur, par une aspiration à la légèreté de l’Etre. Pas seulement du corps. Pas seulement de l’âme. Pas uniquement de la conscience. Mais l’alignement des 3 avec un petit rien en plus : la conscience des différentes natures de « Soi » , conscience des différents plans de densité dans lesquels nous nous sommes expansés et de leur point zéro, l’ascenseur qui sert à passer d’un plan d’équilibre à un autre : le vide sert de passage. Plus on avance dans la dilution des poids morts que l’on a reçus, dont on s’est chargé, que l’on a accepté sans trop comprendre ni comment ni pourquoi, plus on revient vers cette intégrité, ce renouveau d’innocence. De l’espace se libère dans le corps, dans la mémoire et dans l’âme, tout s’étire au-dedans de soi donnant une forme au vide que l’on ressent comme un soulagement, une bénédiction, le droit de se projeter avec une vitalité latente, encore immobile, prête à l’emploi pour de nouveaux envols. Le cycle de descente vers la densité se referme ; les échanges ont été analysés ou rejetés pour mieux se détacher des paquets inutiles, ce qui est lourd doit être allégé ; le but est de retenir l’essentiel, le fondre en Soi comme un or, une sagesse, et puis repartir sous l’impulsion du vide.

 

Le Vide  ravive  une vérité primordiale : l’Esprit devient la matière, la matière est une construction de mouvements stabilisés grâce à l'Intention de l'Esprit. Tout  ce qui nous entoure, tout ce que nous percevons est né d'une intention  mais la puissance qui a crée tout ce que nous percevons nous dépasse par sa grandeur, sa puissance de concentration et sa constance. Ainsi,  nous savons que Cela est Intelligent, organisé et clair-voyant au delà de ce que nous pourrions imaginer : nous constatons simplement que nous provenons de quelqu'un/quelque chose dont l'Esprit est si grand et tellement ordonné qu'il semble immuable. Tout provient des mêmes principes, orchestrés selon des pressions et des densités d'échanges différentes mais Tout est Un. La séparation est une illusion née de la Conscience du Soi Originel qui s’est construit à partir de son centre. L’Etre se sait  partie d'une énergie qui dépasse la conscience de son propre centre –Lumière, l’Etre sait qu’il est petit au regard de Tout ce qui existe. C’est Sa vérité la plus profonde, celle dont il est sûr, celle dont il vient, qu’Il a expérimenté et qu’il conserve dans sa mémoire sous forme de lumière vivante. La  réalité de l’Etre est vérifiée et vérifiable jusque dans les ultimes plis de la densité : il n’y a pas de vide qui ne soit habité de lumière, il n’existe pas autre chose que les ondes de lumière quel que soit le vocabulaire et l’interprétation qu’on veut lui donner.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/Hydrogen_Density_Plots-fr.png/330px-Hydrogen_Density_Plots-fr.png

 

Nous sommes suspendus dans le vide lorsque nous essayons de percevoir notre lumière. Ce vide est sous nos pieds et au-dedans, comme un soutien immobile permanent. Le vide n’est pas l'abîme : point de chute, ni de jugement. Simplement un temps de suspension entre deux points de manifestation, temps de transition, de repos, de régénération avant une nouvelle projection, une autre floraison.

Dans ce silence résonne parfois quelques tintements de clochettes au son clair, preuve que l’échange se poursuit, que le rayonnement reprend son cours, que la Lumière continue de briller toujours. En touchant du bout des doigts, au cœur de soi, on  perçoit que le vide traverse le corps et l'âme de haut en bas et rayonne déjà  sa lumière : vous êtes devenu conscient de votre propre chant, à l’instar des étoiles, vous brillez fièrement votre Nom.

Je vous salue Etoiles ! Lila

 

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article

voyance gratuite par email 01/03/2014 12:51

Merci pour l’effort que vous avez consenti en créant ce blog, une information mieux partagée c’est aussi cela une des valeurs de la démocratie... si je puis faire quoique ce soit pour aider ce site j’en serai ravi.. Bonne continuation !

Lila 02/03/2014 15:03

Vous avez déjà fait quelque chose en laissant des commentaires agréables et fraternels. C'est rare que les gens prennent le temps de poser un petit mot, la plupart lisent et se réjouissent sans le partager avec moi, ce qui me demande beaucoup d'effort de Foi et de Constance pour ne pas baisser ma garde. Heureusement, les gens qui ont un coeur savent me rendre avec peu de mots, l'énergie que j'ai donnée et ainsi alimenter l'Amour qu'ils veulent voir se répandre sur le monde. Merci. De tout coeur merci.