Le Corps

Publié le par lila

Je voudrais vous parler d'un sujet, d'un mystère encore trop souvent voilé qui commence comme une devinette :

Mon premier est une chose qu'il faut avoir pour vivre, et pourtant peu d'entre nous s'en préoccupe.

A peine en possède-t-on un, que l'on en cherche un deuxième pour le faire câliner.

Avec une seule partie, on en crée un troisième qui est parfois une véritable copie.

A l'origine il est issu d'une rencontre entre un petit serpent et une fine membrane ronde comme une planète.

De ce mariage improbable naît l'effervescence rythmée de ses clones multipliés. D'un mouvement spiralé il se déploie sang, os et chair rosée.

Tel un pétale délicat le voilà prêt à bouger, bien qu'encore engoncé dans sa coque de noix. Vous ne le voyez pas et pourtant déjà il se débat.

 

Au moment fatidique de son apparition il sait très bien retenir votre attention, une jambe, un bras, le voici-le voilà !

Poudré, parfumé, crémé ou huilé, mat ou brillant, noir, blanc ou métissé, chaud ou glacé : il vous fait fondre et vous met dans tous vos états.

Le comprendre est une science antique, une tendresse qui s'apprend seulement ici bas.

De sa douceur, de sa rudesse en un coup d'œil vous vous imaginez son état... étrange reflexe que celui de s'occuper plus de celui du voisin que du sien!

Parfois il se recroqueville parce qu'il est bleu et triste ou bien parcheminé et qu'il a trop marché.

Techniquement il est une œuvre d'art que l'on soit fille ou garçon, et ce qui frappe c'est sa capacité d'adaptation : fort ou faible, complet ou soustrait de sa totalité, il déploie toutes ses habiletés dans les sports et les arts dont il est si friand.

Assis, couché ou bien debout, il se gonfle et se dégonfle à volonté, encore faut-il ne pas en abuser car Il est fragile et vulnérable comme une goutte de rosée et si vous savez lui parler, il vous racontera une vie : la vôtre mais aussi celle de toute l'humanité, de cette chaîne de continuité qui vous lie à l'origine.

 

Alors, vous avez trouvé le grand vainqueur de tous les règnes, formé à partir de tous les éléments et agencé en la partie visible de Dieu? C'est le corps, ce grand oublié!

Renié et spolié par l'intellect -cet insoumis !-

Vous en recevez un quelques soient vos fautes car la Nature est bonne fille et l'on aimerait qu'en échange Elle soit moins appauvrie.

Voyez-vous c'est Elle qui habille un autre corps gigantesque, lui aussi arrondi....mais ça ne l'empêche pas de danser notre Terre, toute éprise du Soleil qui lui fait parfois perdre la tête.

Ah, que c'est bon d'être aimée!

                                       Tactilement vôtre. Lila

Publié dans philosophie

Commenter cet article

Médium 31/08/2009 16:52

Jolie définition

tine 16/06/2009 21:40

Je suis née dans la religion catholique et je me demande encore, vu mon âge comment des personnes en sont encore à vatican I . Je suis allée au caté à l'époque de vatican II et je reste encore attachée à ce que l'on m'a appris "Dieu est Amour" et même si je m'intéresse depuis à d'autres voies, l'enfant qui est en moi reste proche du Christ.Je suis désolée de voir que l'image des cathos reste toujours la même, ou alors j'ai bien fait de sortir de l'église..... tout en gardant ma Foi !

lila 16/06/2009 08:45

Je vois que les vieux archétypes ont la peau dure et scameuse du serpent KT !Tu aimes tant le diable et ses démons que tout est bon pour lui donner corps!Le spirituel a besoin d'une expression physique, d'un support et notre corps est le temple qui doit être illuminé de l'intérieur...c'est souvent chez les catholiques que l'on trouve le dégoût du corps et le déni des sentiments et aussi que les mystiques sont perçus avec méfiance.....à croire qu'il ne faut pas désirer être christique, mais seulement son suivant, son mouton!!! Et moi, je n'ai pas envie d'être mangée! Lila

tine 13/06/2009 22:07

Quelle belle définition de notre corps! Jolie devinette poètique!

KT 13/06/2009 13:48

ta vision du "corps" est tres poetique.......Mais pour beaucoup, il n'est pas "oublié" et même loin de la.....Celui qui "oublie" son corps est un "saint".Le corps/ la partie visible de Dieu..!!!!et pourtant le corps avec tous ces "besoins" et toutes ces "contreintes et exigences", ressemblerait bien plus à la partie visible du Diable.....(ps: merci de ton passage sur mon blog)...