Le double

Publié le par lila

Avez-vous un corps?
Alors vous êtes comme moi.

Vous fait-il souffrir, parfois?
Moi aussi, des fois.

Avez-vous appris à lire, à penser?
Puisque vous me lisez, c'est donc que vous savez!
Et choisir de voyager par blog interposé, c'est plutôt culotté!

Avez-vous essayé de faire du Yoga, du Qi Gong ou du Tai Chi Chuan ?
Ca paraît difficile à digerer tous ces noms exotiques, surtout s' il vous manque un membre ou le sens de l'équilibre. Ca m'est arrivé d'avoir si peu de souffle que je devais me concentrer juste pour respirer, mon coeur ralentissait à chaque battement, si bas il est tombé qu'il s'est  même arrêté, sans explication, simplement pour me laisser sur mon pavé, isolée. 

Mon bras me faisait mal, et des aiguilles sournoises sondaient en s'enfonçant le bas de mon poumon, tandis qu' une main de fer s'écrasait sur ce muscle pour tout écrabouiller. Après quelques instants de silence inouÏ et une vive lumière, il rebattait sa chamade d'un rythme irrégulier.
Ce n'était pas la première fois qu'il me faisait ce coup-là.
Vous me voyez debout, aujourd'hui c'est un fait, mais j'aurais pu aussi rester assise ou muette....ou bien paralysée?

Mais chez moi, c'est la memoire qui a valsé, était-ce mon Adn qui n'était pas bon, ou mon éducation faite de privation, de carence affective et de punitions? J'ai tout oublié à force de drames et de larmes. J'ai perdu mes repères et c'est très bien ainsi, car revenue de loin je peux enfin parlé de tout ce qui n'avait pas encore été raconté de cette façon-là.
Vous dire que ce corps qui vous porte (mal ou pas assez) n'est pas le seul support sur lequel vous pouvez compter.

Que votre double de lumière est resté indemne quelque soit votre état et votre desespoir.
Ce corps -là est attaché à l'autre, et parfois vous le nommer "aura" ou double d'énergie.
C'est ce support vital qui donne la vie à l'autre et peut le restaurer, si tant est que vous lui donniez, quelques secondes  de votre vie.

Ce corps d'énergie se nourrit ou bien de prière, ou de joie ou de mouvements, il se nourrit surtout de communion loyale avec l'Esprit qui anime la matière.
Choisissez entre ces formes celle qui vous plaît le mieux et croyez sincérement que votre volonté peut vous porter à vivre avec un coeur neuf, un oeil heureux, car vous êtes vivant et bien entouré. Ce que je n'étais pas, moi, pendant toutes ces années.

Je n'ai pas oublié ceux qui m'ont fait du bien, mais tous les autres oui, qui pendant ce temps-là  ce sont moqués de moi autant qu'ils ont pu. Pendant que je tremblais de douleur et de froid glacial dans mes veines, je n'étais pas assez mourrante pour eux.
Ils m'avaient pris mon père, qui n'était pas le bon, il m'envoyaient l'Enfer et en pouffaient tout bas, avec leur poupées ils se sont amusés à faire du vaudou d'une façon éhontée, sans trêve pendant des jours je me suis traînée, mais qui s'en serait soucié?

Vous attendez de moi que je sois parfaite, idéale et lumière jusqu'au bout de mes larmes, vous croyez que je peux tout donner, sans jamais recevoir d'autre que vos yeux baissés et vos portes fermées et vos gestes moqueurs dans mon dos ou le vôtre.
Combien de temps encore, faudra-t-il voir vos coeurs encore emmurés sous les horribles douleurs que vous vous infligez avec tant d'ardeur?
Croyez-vous que le monde existe pour votre plaisir, que le soleil brille pour entendre vos plaintes, que l'Univers entier va se laisser séduire par votre vanité?
Courage, allons. Trouvez en douceur un peu de dignité, apprenez simplement à vous relever, avec le bout du coeur et toute la tendresse dont vous êtes capable, si tant est qu'il vous en reste. Moi j'ai eu foi en vous, je vous ai demandé tant de fois, j'ai prié et la nuit et le jour sans discontinuer, pour que vous cessiez enfin de feindre de vous plaire dans tous ces jeux pervers où l'homme devient vieux au lieu de naître et de créer ce pont lumineux entre son corps mortel et son double divin.

Je suis comme vous ,je cherche, et parfois je tombe encore sous le coup des épées ou du mauvais sort. Mais je me reléve car je n'ai pas le choix, je me suis engagée à faire mon chemin ici sur cette Terre, où je suis née.

Sur le bord du Verneau, ou bien à la Source du Lison on m'a mis bas, et rejettée au loin. Dés le début j'étais déjà prévenue que ma grâce viendrait de mon âme et pas de vous ici -bas. Mais après ces années de solitude dense, de votre façon d'être tellement indifférente, le manque de respect et d'amitié surtout, m'étouffe à petit coup comme l'Anaconda.
C'était donc ça! étais-je née un samedi, jour où la Fée Mélusine, reine des fontaines de lumière, est dans sa forme serpent? Je ne crois pas au hasard, ce n'est pas de chance pour lui! Je suis destinée à la grâce et me voilà aujourd'hui! Ne cherchez pas une sainte, un démon ou un monstre, je ne suis qu'un humain, avec un coeur d'ange et une conscience élargie.
Lila





Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article