2012 : Voir la vérité

Publié le par lila

Il y a beaucoup de déception puisque les changements « merveilleux » attendus ne sont pas si extatiques. En fait, 2012 nous offre les défis d’une Révolution psychologique : faut-il continuer d’exploiter les gens pour gagner plus ? Les banques valent-elles plus que la vie humaine, la santé, l’éducation et notre mode de vie confortable doit-il disparaître pour que le système financier puisse continuer de s’épanouir ?

Au premier abord, cette question ne semble pas faire partie des problèmes spirituels, pourtant tous les Saints ont embrassés cette question pour créer une réponse charitable, égalitaire, respectueuse des êtres humains puisque selon l’ensemble des Textes Sacrés, nous sommes des créatures divines en potentiel.

Actuellement notre société utilise l’Argent comme base pour l’échange et les possibilités de création. Mais la perversion veut que l’argent soit devenu un symbole de puissance. Alors,  plus on est riche, plus on a de droits : droit d’accès à la justice, droit à la reconnaissance sociale, à l’extravagance des comportements, à la découverte ou à l’étude. Sans argent, on fait partie des démunis, des esclaves du système, destinés à servir de main d’œuvre. Ceux qui se révoltent contre cet état de fait sont des pirates ou des marginaux, donc dépréciés et même moqués.

2012 nous montre la vérité sur nos habitudes et nos comportements : nous sommes des hypocrites. Nous le savions tous déjà, mais dernièrement cette hypocrisie risque de nous coûter plus cher qu’elle ne rapporte. Toutes les intentions d’union, de rapprochements et les conventions entre les états sont remises en question. Nos modes de vie, nos possibilités d’emplois, donc de consommation à court, moyen et long terme également sont mis en pointillé. S’il était question d’affaiblir les puissances financières établies, s’il s’agissait d’une guerre entre des modes de pensées et de visions de l’économie nous n’agirions pas de manière moins destructrice.

Mais si nous sommes en guerre financière : quel est l’enjeu ? Qui gagne ?

Dans ce contexte dramatique de « guéguerre entre amis qui se connaissent de longue date », il n’y aura pas autant de morts que lors d’une vraie guerre, donc pas de relance économique post-guerre.  Il n’y aura pas non plus de héros, de personnages-clés, qui rendent leur pays fiers pour des décennies. Il n’y aura aucune valeur positive à transmettre comme le courage face à l’adversité, la force de volonté qui crée la victoire. Bien au contraire, les forces immorales, la lâcheté, la traitrise et les compromis malhonnêtes seront mis à l’honneur. Il n’y aura pas de honte à  s’en sortir comme on peut, avec les moyens que dieu nous a donné…. Et déjà, certaines icônes de la pop nous montrent le chemin.

En ayant étudié les comportements et la psychologie  violemment intériorisée des adolescents durant la guerre de 40/45, on peut voir les traces laissées sur leurs enfants de ce qu’ils ont compris : « vis ta vie, ne t’occupes pas des autres ». Et la génération des « baby-boomers »  fut on ne peut plus gourmande et abusive en bien des points. Certes, ils ont ouverts des voies positives mais ils sont à l’origine les plus grands hypocrites, révoltés - lorsqu’ils avaient envie de  prendre le pouvoir des mains de leurs parents- rejetant depuis  lors toutes les idées novatrices qui naissent dans la génération de leurs enfants appauvrie par leur hédonisme.

Ils ont créés des monstres, des golems à leur image : des multi-quelque chose, puisque leurs objectifs étaient systématiquement la multiplication. Des sous, des désirs, des fantasmes et la « libération  ou libéralisation» qui faisait écho à la nostalgie de la Libération de la guerre, où tout semblait permis, possible, sans limite morale.  Cette crise financière qui encombre l'économie n'est peut-être qu'une crise inter-générationnelle à l'échelle planétaire?

En fait, cette génération vieillissante et blasée, traitée comme les Princes de ce monde recherche la Joie. Et elle a beau se confondre en expériences sexuelles ou bizarres depuis son adolescence, elle n’arrive pas à s’émouvoir : le pire n’est jamais assez, c’est vrai, que ce n’est pas elle qui est touchée…ce ne sont que les générations suivantes, alors, de quoi se plaint-on ? Vous verrez qu’ils trouveront encore le moyen de nous faire payer les crédits qu’ils nous imposent pour le reste de nos jours. Si la justice existe, sûre qu’elle n’est pas de ce monde, alors, mieux vaut qu’il meure. Leur avenir est derrière eux et nous n’aurons que les miettes du festin, à moins que nous devenions des Pirates? A moins que n'advienne un miracle? Lila

http://www.drapeaux-flags.com/images/drapeaux/500px_norm/PIRATESWORD.png

Publié dans philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mamalilou 11/06/2012 15:23


héhé... j'ai choisi, génération appauvrie par les hédonistes d'hier, eux-mêmes philosophiquement appauvris par le "vis ta vie" généré par le trauma du milieu du siècle dernier... je suis
pirate... à ma façon... bien sûr, moquée, bien sûr dépréciée, souvent, bien sûr assez marginale et entourée de marginaux ...dans la toute puissance silencieuse du partage de connaissance et
d'amour, dans une faible réactivité, et une non consommation accablante... et on rit, mais qu'est-ce qu'on rit de cette agitation dès qu'on prend de la distance d'avec ce nécessaire combat
physiquement non violent mais qui est une terrible agression morale pour ceux qui nous observent...


"les gens qui ne sont pas comme nous, ça nous dérange"...


hier encore, j'ai échangé avec un ancien fervent pourfendeur de cette financiarisation, qui aujourd'hui a baissé les bras lui aussi, dans l'aquabonisme et le "on se fait des illusions, on ne peut
rien changer"... soupir... un chemin qui ne demande pourtant aucun courage... il en faut bien plus pour accepter l'esclavage moderne à ceux qui n'ont simplement pas encore pris conscience de
pouvoir faire autrement, tout de suite...


merci pour cet instant bienveillant, vrai et utile, en ce monde relatif...

lila 15/06/2012 10:54



A-t-on le choix? Nous reste-t-il du choix? Pas vraiment, alors ....



Esther 07/06/2012 17:07


Bonjour Lila, comme votre texte me parle bien !!! Et combien grand est mon découragement et ma perplexité face à ce monde dans lequel nous vivons. Quelle persévérance sur-humaine faut-il avoir
pour garder confiance ?

lila 15/06/2012 10:55



De la vitamine D, ça aide à lutter contre la dépression!!!