La course à la réussite individuelle est-elle morale ?

Publié le par LilaLuz

La course à la réussite individuelle est-elle morale ?

Depuis le début de l’industrialisation de masse on a vu naître un nouvel idéal que l’on appelle dés la fin de la seconde guerre mondiale «l’American Dream » où tous les efforts physiques sont pris en charge par des machines, permettant aux êtres humains d’utiliser le temps devenu libre pour des loisirs. Cette nouvelle perspective donne aux classes populaires - assignées de génération en génération aux tâches les plus pénibles- les mêmes privilèges que les personnes nées dans les classes aisées. Cette nouvelle égalité des chances fait naître un nouveau type de compétition basé sur la réussite individuelle, au point que les idéaux sociaux et l’organisation de la société et de la famille s’en trouve changés.

Un nouveau concept nait dans le psychisme collectif permettant à l’Individu de créer sa vie selon sa capacité de projection dans le futur « idéal » selon lui.  Ce concept se fixe grâce à de nouveaux archétypes tels que Superman et tous les personnages d’hommes ou de femmes dotés de superpouvoirs. Ce nouveau monde s’articule sur de nouveaux codes tels que la compétition  individuelle à outrance pour atteindre une réussite personnelle remarquable dans le plus de domaines possibles ; les études, l’affectif et le relationnel, la capacité sportive, la qualité du plaisir au travail, le statut social qu’il permet d’atteindre et the last but not least : the money…l’aspect financier !!!

La réussite personnelle est un cocktail de toutes ces choses, qui ensemble doivent apporter le Bonheur reconnu socialement et pouvant se reconnaître extérieurement. Ces choses assemblées en abondance démontrent les talents divers et variés que l’individu ou sa famille, son clan ou tel que certains le définissent « la race » .  J’utilise ce terme sciemment pour souligner l’état d’esprit des gens qui se classent eux-mêmes dans une caste particulière s’estimant au dessus de la masse des autres personnes : « la race des leaders », vous voyez le genre ? Mais on n’a jamais prétendu que toutes ces choses devaient rendre heureux l’individu lui-même, dans son cœur, dans sa tête.

Alors, chez ceux qui n’arrivaient pas à faire correspondre leur idéal avec leur réalité dans les domaines qui retenaient leur attention particulièrement : relation amoureuse, relation familiale ou création d’une cellule parentale stable, épanouissement professionnel ou social, élévation financière exponentielle et accompagnant les besoins d’expression de soi. Chez tous ces milliards de gens qui ont essayés mais n’ont pas aboutis à la réalisation de leur rêve idéal, est né une nouvelle maladie : la désillusion qui est la déconnexion entre le désir de s’exprimer et la foi intérieure que cela aura un impact positif. Cela provoque une pression intérieure qui n’est pas canalisée pour mettre en œuvre quelque chose, ce qui fatalement crée de nombreuses révoltes, le chaos intérieur et des maladies psychiques et physiques.

Du burn out à la dépression, des maladies dégénératives aux maladies rares, le stress agit à tous les niveaux de notre physiologie, entraînant des problèmes nerveux, musculaires. Les « maladies de nerfs » physiques ou psychologiques ne sont pas nouvelles mais elles n’ont pas cessé d’augmenter parce que la réussite n’est plus un cadeau de la Vie mais un devoir individuel pour la reconnaissance de ses talents et de ses droits individuels dans la société. La pression intérieure est d’une telle intensité qu’elle peut tuer par folie meurtrière ou pousser au suicide selon les qualités de résistance morale de l’individu. On se demande pourquoi les gens un peu marginalisés ou dévalorisés deviennent des monstres, pourtant cela correspond à la charge énergétique du rejet social qu’ils ont accumulé et intégré comme étant le rejet de leur personne alors, lorsqu’ils n’en peuvent plus, ils contre-attaquent et tuent au hasard ceux qui les ont « harcelés » par leur indifférence ou leur différence. Un tueur n’est finalement qu’un désaxé social –un « sociopathe »- mais la prise en charge de cette déconnexion n’est jamais envisagée autrement que d’une manière chimique alors qu’il s’agit d’abord d’une connexion énergétique et psychique ; les tueurs se sont enfermés dans des structures qui les séparent du psychisme de la société et ils agissent en dehors des règles sociétales et morales.

Par ailleurs, la société s’est raffinée dans ses exigences. Depuis que chaque humain s’efforce de toujours faire mieux que ses congénères, la compétition s’installe entre parents et enfants, entre grands-parents et petits-enfants, entre les hommes et les femmes et même au sein des couples dans les relations intimes. Chaque individu est mené jusqu’aux limites de ses capacités de résistance. Alors apparaissent de nouvelles techniques pour prendre en charge les craintes et anxiétés chroniques : la sophrologie, la méditation, les techniques corporelles de concentration dans l’Instant présent, la chirurgie esthétique. Ces techniques s’ajustent autour du concept  de bien-être individuel  et de développement personnel. Dés lors, la réussite s’étale -discrètement ou pas- par la capacité à prendre soin de soi  tant au niveau physique que psychologique en achetant les services de personnes en capacité de suivre le développement énergétique et psycho-intuitif et cela aboutit maintenant à l’élaboration des techniques combinant ces différents aspects soit les approches  holistiques  (globale).

Ce nouveau monde psychique et énergétique est très vaste puisque chaque individu doit trouver la ou les techniques qui lui permettront d’harmoniser ses aspirations idéales avec ses capacités réelles et son histoire énergétique personnelle. Ce besoin d’harmonisation totale entre l’intime et l’extériorisé débouche sur la découverte du concept de Science Quantique soit une technique permettant d’utiliser l’énergie personnelle accumulée tout au long de la vie dans les différentes situations et les différentes projections mentales afin de la réutiliser pour se recréer, annuler les effets pervers du passé et réécrire totalement le script de sa vie sans être contraint d’attendre de mourir pour revenir et recommencer sur de nouvelles bases.

Ce concept paraît fou  à la plupart des gens parce qu’il ne s’est pas encore inscrit dans le psychisme collectif mais il deviendra naturel de la même manière que faire des études ou avoir un ordinateur. Nous sommes nous-mêmes des ordinateurs biologiques très complexes, il suffit d’apprendre à programmer notre énergie pour qu’apparaissent nos potentiels latents inhibés par l’excédent d’émotions passées. L’intensité des vibrations enregistrées dans le passé doit être transférée dans une zone neutre (point zéro) et chaque fréquence doit subir cette transmutation pour finalement récupérer de l’énergie neutre à reprogrammer. Mais ces techniques nouvelles ne prennent pas en compte tous les contrats spirituels que notre âme conserve en suspens.

Ainsi, lorsque l’on en vient à la découverte de ses talents d’âme, à la découverte des aspects purement spirituels de l’être, un autre type de morale prend place où l’important n’est pas la réussite personnelle individuelle mais la participation au Plan de l’évolution cosmique, incluant l’être immortel dont nous portons l’empreinte. Et c’est Ainsi.  Lila

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article