Le Temps et la Conscience quantique holistique.

Publié le par LilaLuz

Le Temps et la Conscience quantique holistique.

Nous vivons actuellement dans une conscience où le temps n’est pas le même pour tous, mais où l’on considère qu’il existe un « écoulement du temps » ; du Passé vers le Futur en passant par le Temps Présent. Cette perception n’existe pas dans les autres espèces qui vivent uniquement avec la conscience de l’Instant présent et/ou selon leurs cycles reproductifs.

Notre conscience du temps nait de notre capacité à emmagasiner des informations dans notre mémoire. La mémoire est un filtre classant les informations selon l’intensité émotionnelle ou selon  un ordre chronologique. Le classement par l’intensité émotionnelle –c’est-à-dire l’impact vibratoire résiduel laissé dans les corps physique et subtils-  produit notre «  histoire personnelle », chaque  « temps forts » - soit les souvenirs importants en émotions- servent d’articulations aux choix  qui structurent ou déstructurent notre vie, donnent de la consistance à notre existence et l'incluent dans le groupe. Cette mémoire affective est cependant totalement égotique puisqu’elle est centrée sur nos émotions et nos réactions, elle est donc subjective et varie selon la puissance et l’intensité de la trace émotive. Notre existence est prouvée par notre mémoire, par notre passé mais paradoxalement, les faits passés n’existent que si nous en conservons une trace physique et une interprétation dans notre mémoire personnelle ou collective.

D'autre mémoires existent : l'une est enseignée par la famille, constituant l’articulation du groupe familial dans lequel nous grandissons, elle définit la base socioculturelle depuis laquelle nous pourrons grandir et prendre notre place dans la société de nos semblables. La place de nos parents  et l’importance de notre histoire familiale nous donne le statut de base, à nous de l’honorer ou, si notre statut est sans importance, de le crée par notre propre volonté ; c’est la nécessité des pionniers et des esprits voyageurs.

Enfin l’assemblage des mémoires individuelles et familiales constituent le ferment et la matière de notre mémoire collective régionale, puis, par les nombreuses imbrications des vies et des défis rencontrés par chacun, cela constitue l'essentiel des mémoires nationales et internationales. Notre Histoire est un tas d'informations auxquelles nous donnons un sens et de la valeur ; nous sommes nos propres Parques (déesses tisseuses du Destin) puisque nous tenons les fils du temps dans notre mémoire, nous décidons de l’interprétation qu’il faut donner aux événements. Le fait que nous vivions de plus en plus d’événements en direct et de manière collective, ne retire rien à notre individualité et à la subjectivité de l’imprégnation des faits sur nos vies. Ainsi, il apparait que la création d’une Mémoire Collective Globale ne retire à personne le choix de trier dans ses véritables souvenirs ceux qu'il désire conserver.

Le Temps est une collection de mémoires, ordonnées et interprétées selon un axe de valeur. Chaque souvenir est étiqueté et associé à une valeur morale, -bonne ou mauvaise- devient la cause d'un jugement qui contribue à alimenter les sentiments de culpabilité, de regrets ou d'impuissance, alimentant ainsi les hauts et des bas dans la mémoire personnelle et collective.

Or, en dehors du Temps, point de jugement. On dit de l’esprit divin, du créateur qu’Il ne juge pas, qu’Il pardonne. Précisément parce que pardonner, c’est oublier, effacer l’écho des traces émotionnelles laissées par l’impact vibratoire d’un Instant plus choquant que le reste des autres. Une déflagration, un accident, une tension sexuelle, un moment d’intense colère ; toutes ces irruptions de l’Intensité dans le courant apparemment tranquille de l’énergie crée un souvenir bruyant et destructeur de l’innocence, un chaos qu’il faut apprendre à ordonner et pour cela on doit lui trouver un sens, une Raison d’être. Chacun doit apprendre et révéler dans ce processus, sa manière singulière d’interpréter et d’établir des liens entre les informations. Ce que l’on retient, devient une part de soi et, puisque notre biologie nous ordonne de nous cloner, nous clonerons aussi les situations qui nous habitent intrinsèquement, au plus profond de nous-mêmes et celles-ci se représenteront jusqu'à ce que nous soyions fatigués de les reproduire, de les porter en nous-mêmes.  Nous sommes nos actes, nous sommes nos souvenirs, nous portons en nous-mêmes nos blessures et nos cicatrices, notre passé c’est notre bagage désiré, celui par lequel nous établissons notre devenir et notre image présente.

Jusqu’au jour où nous désirons changer plus fort que transporter et nous définir selon notre Destin d’hier.

La Conscience quantique holistique s’ouvre lorsque l’on accepte que le Temps – soit la mémoire individuelle et collective- n’est plus au centre de notre vie ; ce que nous transportons n’a plus de raison d’être, cela peut tomber de nous comme une vieille carapace. Alors, l’œil de la conscience s’ouvre sur de nouveaux horizons car  il existe des potentiels que nous n’avions ni vu, ni utilisé. L’œil de la Conscience quantique et holistique, trie les informations et les souvenirs selon des fils de cause et de conséquences qui tous partent d’un Instant, d’une situation, d’une personne ayant une Intention.

La Conscience quantique voit le Temps comme une mosaïque d’Instants et d’Intention constituant des fils de vie s’ordonnant ensuite sous forme de rails ou  de toiles d‘araignées faites uniquement d’intentions et d’énergies. Il n’y a pas de chronologie, seulement des causes et des conséquences associées à un certain type de fréquences vibratoires qui sont le centre de chacune de ces constellations invisibles à l’œil humain et absolument évidents aux yeux de la conscience quantique. On peut – en pratique- voyager dans le temps, en s’alignant sur la fréquence d’une conscience du passé ou aller chercher des informations dans des souvenirs d’une conscience du futur…puisque tout est une question de fréquences vibratoires, de traces fréquentielles laissées par une Intention consciente : la fusion de conscience permet d’aller et de voir, tout ce qu’il est possible pour soi d'accepter et d'atteindre mais cela laisse une trace, une conséquence, une imprégnation. La seule nécessité cependant est de connaître sa nature fréquentielle d’Origine et celle que l’on veut expérimenter comme expérience.  Ainsi, nous sommes persuadés d'êtres des humains tandis que nous sommeillons dans une conscience Quantique immensément riche et variée dont nous sommes les mains et les sens. Le lieu depuis lequel nous plaçons notre « Je suis », c’est-à-dire la conscience singulière qui nous définit en tant qu’être, cette fréquence dans laquelle nous habitons, définit notre amplitude vibratoire et la qualité de notre vie donc la dimension sociale et temporelle dans laquelle nous vivons.  Je Suis LiLa.  

 

 

 

 

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article