Sortir du cycle des Sacrifices et manifester l’Abondance…

Publié le par LilaLuz

Sortir du cycle des Sacrifices et manifester l’Abondance…

L’abondance universelle est un mythe, rien n’est jamais accessible sans effort et sans mérite.

Une plante peut puiser apparemment gratuitement aux ressources de l’humus mais cet humus est l’agglomérat des particules désintégrées des vies qui l’ont précédées, de l’érosion du sous-sol et du dépôt des poussières d’usures des milliers d’êtres qui se dépouillent et se renouvellent, si le sol ainsi formé se recouvre gracieusement d’un fin duvet d’herbe, de feuilles mortes ou de neige laisse croire à l’innocence ; la Nature travaille et produit des vies qui nourriront les prochaines pousses  alimentant la roue de l’autonomie alimentaire, donnant l’illusion d’ une abondance illimitée et gratuite.

Dans les sphères supérieures, quoi qu’il nous semble vu d’ici, les êtres spirituels travaillent également. Leur lieu de vie habituel est ce que nous nommons Paradis mais c’est aussi un lieu de travail. Certes, le travail n’est pas nécessairement une peine, c’est la différence entre l’Enfer et le Paradis : lorsque l’on est passionné et compétent, le travail n’est pas une contrainte,  il devient un soutient à l’accomplissement spirituel et alimente en soi le plaisir de vivre, d’apprendre dans le domaine privilégié de nos compétences tout en étant rétribué pour ce qui est une source de découverte, d’amusement et de joie d’exister et surtout de participer au Tout, méritant ainsi la Rétribution que chacun aura soin d’accueillir. Le travail ne devrait pas être pénible, il devrait toujours être envisagé sous l’angle de la Révélation de Soi, pour que le meilleur puisse s’exprimer au quotidien.

Sur Terre, nous avons repris l’exemple donné par la Nature et nous envisageons l’existence sous l’angle du Sacrifice ; il faut donc sacrifier quelque chose pour obtenir la survie.  Nous avons commencés par sacrifiés les animaux, le sang a coulé et nous nous sommes repus. Ainsi nous avons appris que tuer apporte la satisfaction et l’abondance. A chaque nouveau désir, nous avons sacrifiés des vies en plus grand nombre, et à chaque fois notre intention d’obtenir plus à été satisfaite : la société s’est construite avec d’autres connaissances, d’autres techniques mais l’idée du Sacrifice n’a pas été remplacée. Verser le sang pour obtenir quelque chose en retour de ce déversement d’énergie pure, reste la règle et cela explique pourquoi la guérilla urbaine existe, pourquoi les armes circulent, pourquoi les gens en sacrifient d’autres au nom d’une cause politique ou religieuse. La pratique de sacrifice rituel est la norme pour le cerveau qui n’a pas appris autre chose.

Les lois spirituelles n’envisagent pas la vie sous la forme de la chair et du sang uniquement. Elles induisent un autre élément : l’énergie et la conscience de celle-ci. Le sang en circulant produit de la chaleur et du mouvement, ce qui en fait une source d’énergie électromagnétique, les autres substances chimiques que nous produisons avec notre corps, forment le substrat d’un nouveau niveau de conscience et de connaissances. D’autres règles, d’autres comportements donc d’autres résultats, atteints avec d’autres moyens, produisant une autre réalité. Je sais que ma phrase est redondante ; pouvait-il en être autrement ?

Avec l’atome nous avons compris l’énergie, mais il nous reste à assimiler que nous-mêmes sommes des assemblages d’atomes, donc des êtres capables de produire l’énergie nécessaire à leur bien-être en toute autonomie.

Nous entrons collectivement dans la phase du développement de notre relation avec la Conscience d’Etre. Cette conscience permet de diriger nos intentions, de maîtriser notre énergie, de décider vers quoi nous l’utiliserons ; c’est paradoxalement une ère d’individualisme, afin d’apprendre à gérer nos ressources individuelles, développer nos points forts spirituels, faire confiance à l’énergie vivante et consciente en nous et pas uniquement au sang dans la chair ou au cerveau diplômé ou au statut social acquis. Curieusement, l’énergie existe depuis le début, elle s’est toujours manifestée à travers les êtres qui ont marqués l’Histoire, leur donnant un surplus de gloire et de charisme ; l’énergie de vie n’a pas de point de vue moral, elle sert celui qui l’aime et la reçoit sans filtres, celui qui s’y accroche et la nourrit par ses efforts conscients de confiance et réceptivité. Mais...

Comprendre l’énergie exige de développer l’aspect cristallin de l’Etre, le double étherique, fluide et transparent, pur qui se nourrit d'énergie solaire, d’énergie magnétique terrestre et ensuite d’énergie supérieure de Vie, énergie emplissant toute chose, ne pouvant être décrite parce qu'aucune conscience -même les plus élevées- ne peuventt remonter son Origine sans revenir se fondre à la Pure Lumière Originelle, ainsi on ne  sait pas définir laquelle a crée l'autre. Les mots ne manquent pas pour la nommer ; chi, prâna, mana, manne… mais jusqu’alors peu de personnes savaient  s’en servir pour créer leurs désirs dans la réalité commune. Aujourd’hui ces connaissances redeviennent accessibles puisque notre niveau de conscience et d’éthique a évolué vers le mieux mais il reste à connaître le cheminement de l’énergie dans les centres qui lui servent à Matérialiser.

Tout être possède en lui une certaine quantité de ressources innées, acquises préalablement et cachées dans l’un de ses centres d’énergie. Puisque nous n’avons pas le même parcours d’évolution, cette réserve d’abondance miraculeuse n’est pas logée au même endroit de notre corps cristallin. Il ne suffit pas de suivre le même parcours qu’un maître pour accéder à ses découvertes ou à ses forces ; nous sommes uniques et personne ne peut accéder mieux que nous-mêmes au centre de notre abondance et de nos privilèges intérieurs ; le chemin de la découverte ressemble donc à une course d’orientation où chacun doit chercher dans ses propres centres, sous ses propres pierres et ses paysages intérieurs l’endroit où se révèle sa Destinée ! Namasté. LiLa

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article