Les pas vers la Foi Véritable

Publié le par LilaLuz

Les pas vers la Foi Véritable

L’échelle de la conscience est vaste et s’étend de mille manières au-dessus, en dessous et au-dedans de notre être.

On pense, à priori qu’il faut se sauver du monde, puis l’on devient un guerrier sauveur du monde, et lorsque nos actes et leurs conséquences nous reviennent, l’on comprend que nos actes ne seront pas compris uniquement selon l’intention première, car les yeux et les esprits qui les reçoivent ne sont pas ajustés comme notre esprit et que les autres n’interprètent pas selon le même code de valeur.

Alors nous sommes le réceptacle des actes que nous avons engendrés et nous expérimentons l’Enfer. Etant nous-mêmes des créateurs, nous ne pouvons nous désister à notre responsabilité et nous nous sentons crucifiés par les circonstances, mal compris par les esprits qui n’étaient pas capables de nous ressembler. Mais le mal qui nous touche est aussi l’aiguillon qui sert à comprendre la diversité et à déplacer le focus du moi égotique en un moi universel. Apprendre de ses actes manqués ou victorieux fait partie du chemin vers la Sagesse.

Si au départ d’une quête, on possède un esprit volontaire, la culture du Bien nous enseigne le partage et la fraternité, et le jus de cette fraternité se transforme parfois en vin, parfois en vinaigre, selon la qualité des êtres et l’alchimie des relations. Le processus conduit l’âme a assumer les actes bon ou mauvais ainsi que les conséquences des actes, comme une seule trame née de l’énergie émise par l’ensemble des couches d’énergie de notre Etre : nous ne pouvons échapper à ce que nous sommes, mais nous pouvons accepter de nous défaire et de nous reconstruire.

Du Bas jusque en Haut, nous sommes ce que nous vibrons, et nous vibrons selon ce que nous émettons de nous-mêmes. Penser, agir, sentir, accepter ou rejeter : tout ce que nous sommes ne dépend pas de ce que nous désirons, mais de ce que nous sommes intrinsèquement, or il n’est pas sûr que nous ayons vraiment la possibilité de choisir notre Nature essentielle, en revanche nous pouvons la révéler.

La Foi véritable commence donc lorsque l’on accepte de mettre l’ensemble de ses pensées, de ses actes, de ses émotions, au Service de notre Essence, servir sans desservir, sans tricher ou dévier de ce que l’on connait de Soi, ainsi le guide n’est pas un sentiment, ni une pensée, ni une intention mais l’énergie qui traverse l’Etre et constitue son Essence. Cette fleur-là ne dessèche pas, cette source-là ne peut tarir tant qu’elle est entretenue sans entraves. LiLa

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article