La Gratitude

Publié le par LilaLuz

La Gratitude

La vie exige de nous que nous fassions de notre mieux or, personne mieux que nous-mêmes, ne peut  comprendre et apprécier les efforts que nous réalisons pour y parvenir.

Lorsque nous dépassons nos limites afin de progresser, que nous nous étirons pour atteindre de nouveaux objectifs alors certains s’empressent de blesser la partie découverte, l’avantage est que cela nous aide à comprendre ce qui reste vulnérable ou meurtri en nous ; l'aspect qu'il faut faire évoluer.

Personne n’est mieux placé que soi pour ressentir de la reconnaissance et de la gratitude pour toutes les étapes franchies, pour tous les sentiments et les actes que nous avons produits car -qu’ils soient bons ou mauvais selon l’opinion d’autrui- cette opinion ne vaut pas la compréhension réelle de qui nous sommes profondément. Les autres resteront à jamais aveuglés par leurs propres besoins et nécessités. Les autres resteront toujours en dehors de la portée magnifique que nous donnons à nos actes, ils les interpréteront à la hauteur de leur caractère et bien peu seraient capables de sortir de leurs propres carcans pour ressentir et voir le monde différemment de la masse.

Vivre implique d’établir en soi un chemin, une éthique, une discipline, tandis que survivre n’exige d'autre règle que celle de rester en vie, et c’est bien là toute la différence entre les Vivants et les Morts ; les Vivants, qu’ils soient encore parmi nous ou qu’ils aient passés le Styx, restent inscrits dans les mémoires parce qu’ils ont vécus au plus proche de leur idéal, tentant du mieux possible de l’incarner. Je ne suis pas sûre qu’au quotidien leurs familles leur auraient attribués la bienveillance et la gratitude que l’on continue aujourd’hui de leur réserver, car l’éthique et l’idéal exigent des choix inconfortables,  l’esprit de sacrifice incompatibles avec le monde du petit confort et d’aisance ordinaire :la discipline de l’idéal est dérangeante, elle implique de faire des choix, de résister au laisser aller et à l’abandon. On se doit d’être soi-même l’incarnation de la direction que l’on veut  vivre, or ceux d’entre nous qui ont décidés de leur direction savent combien il est difficile de s’y tenir car pour conquérir il faut ressentir la victoire comme possible et magnifique, alimenter sa vision avec un cœur confiant. L’attitude confiante aujourd’hui est un comportement qui semble fou et déraisonnable, pourtant sans ce don de soi pour l’idéal, il n’y aurait certainement aucune réussite à venir.

Alors, puisque l’on ne peut pas attendre des autres de la reconnaissance ou de la gratitude parce que nous sommes intègres à nous-mêmes, c’est à Soi de reconnaître et d’apprécier tous les efforts et toutes les étapes franchies depuis le début, ainsi on retrouve la force de l’Arbre de Vie qui nous a donné le sens premier de nos actes, le sens essentiel de notre Intention Divine. LiLa

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article