L’Ascension par la Grâce

Publié le par LilaLuz

L’Ascension par la Grâce

La première ascension a eu lieu en Normandie, à côté du chêne-liège qui était mon ami, entre le 25 Juin à 17h et le 23 Août à 8h du matin, où je suis redevenue une petite fille en chemise de nuit trottinant dans la rosée du matin pour écraser les gouttes ensoleillées.

La seconde ascension s’est déroulée quelques années plus tard entre Mai et Octobre 1981, alors que je trottais sur le sable mouillé  de la côte Atlantique, en ouvrant mon cœur le plus grand possible de chaque côté des épaules pour goûter au vent qui s’engouffrait au-dedans et je sentais l’énergie de la mer, du soleil et le goût du vent parfumé des fleurs des champs à travers l’énergie subtile, mes fleurs de vie s’étalaient aussi largement que possible pour absorber le nectar du soleil. Partout sur le corps, la brise me faisait des chatouilles avec de minuscules grains de sable, je riais à m’en couper le souffle, je suis tombée de rire mais mon cœur a continué de courir et avec élan, mon corps d’énergie l’a suivi. Alors j’ai senti un escalier, j’y montais par le plexus, et à chaque marche je ressentais plus d’élan, d’enthousiasme, d’espérance et de joie. Elle était devenue si intense qu’elle dilatait mon cœur  qui se transformait en coupe comme pour contenir tout l’Océan qui s’étendait au dessous-de moi et toutes les côtes de terre après l’Océan. Mon âme s’étirait jusqu’en Afrique, et soudain j’ai pris conscience que mes pieds étaient restés en bas, et que mon corps était aussi en bas…j’ai eu peur…et j’ai descendu d’un coup un millier de marches. Dans ma chute, des anges sont apparus qui m’ont dit : Que cherches-tu ? Où est ta Certitude ? Et je me suis rappelée de la Lumière que j’étais en train d’absorber, je voulais encore de cette nourriture, de ce miel étoilé. Alors, mon cœur a déployé ses ailes, mais elles n’étaient pas sèches encore pour voler, chacun m’a pris un bras et ils m’ont amené à la Demeure du Rayonnant où tous les autres m’attendaient.

Au centre d’une roue de lumière, ornée avec simplicité, d’un or mat, ourlé de douceur, se tient une lumière émanant une autorité virile et sereine, calme et vive, vive au point de représenter la Vie elle-même. Je suis La Source est son nom. C’est ce que Cela Est et que chacun ressent au plus profond de son cœur comme la vérité des vérités. L’Eau de lumière vivante, immortelle, coule de Cela, d’éternité en éternité. Autour de la roue apparurent des personnes, assemblées en couple, il y a eut douze, puis 24, puis d’autres encore mais je ne les comptais plus, parce que mon cœur était si proche de la Source qu’il se confondait avec Elle. Et ma tête et ce qui me restait de conscience devenait Vertige, spirale, mouvement, et tout s’est confondu dans la Lumière. Ensuite j’étais dans les bras des Anges et ce sont eux qui m’entraînaient autour de la Terre pour me faire connaître toutes les personnes qui s’étaient manifestées dans la Roue de Lumière. Tous font partie de l’histoire et ont un rôle dans le cours des Evènements. Tous me sont liés par un lien indéfectible d’amour et d’amitié à travers l’espace et le temps.

Après que j’ai eu fait le tour de la terre aux bras des anges et rencontrés par la fusion des cœurs ceux dont l’âme s’était présentée à l’Appel sur la Roue de Lumière,  Celui qui Vient s’est présenté devant moi sous sa forme de Sri Ananda Yeshoua (Sananda), le frère des Hommes. Il était au centre du cercle de la Joie du Monde, et nous avons dansé sur l’onde de la Fraternité, ensuite j’ai pris ma place, comme tous les autres sur les côtés. Le chœur des Anges dorés s’est dévoilé ; des milliers de milliers d’anges présentés comme pour une photo de famille, les uns rangés derrière les autres, sur des milliers d’escaliers. Je me suis sentie toute petite, minuscule, inutile, désespérée de ne plus exister Là- haut, je les voyais tous si admirables et bienheureux, leurs réalisations émanaient de sublimes parfums. Tous ces paliers de distance ont fait ressortir mon infirmité, mon indignité. J’ai pris conscience de tout ce que j’avais reçu et de tout ce qu’il restait à accomplir, j’ai pleuré par Amour de l’Humanité. Grâce à ces pleurs, je suis redescendue en douceur, en Révérence. J’étais à nouveau dans mon corps. Les Anges ont changé ma Chemise et mon Nom. J’étais devenue Sri Ananda Lila (en montant) et Sananja-lila en redescendant volontairement. En Cela, ma troisième ascension s’était déjà écrite ; je reviendrais par la Conscience. Lila

 

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article