L’ascension par la Conscience du Soi jusqu’à l’Universel.

Publié le par LilaLuz

L’ascension par la Conscience du Soi jusqu’à l’Universel.

Cette ascension-ci s’écrit tout au long de la vie, elle n’a pas de commencement ni de fin, elle est constituée d’Instants de Présence à Soi, ces moment de communion à une vérité intrinsèque, innée et révélée par une pensée, une émotion, un élan, une situation.

L’ascension par la Conscience se construit comme les autres élévations en posant des jalons de lumière, qui deviennent des piliers à partir desquels l’ensemble des découvertes et des révélations seront orchestrées et archivées.

La Conscience est un mouvement intérieur traversant et on l’utilise dans la structure que l’on veut connaître. La conscience voit et transmet sans autre critère que le cadre qu’on lui donne qu’il soit moral, temporel ou spirituel.

Elle compare nos actes, les évalue, les soupèse, les collectionne pour ses albums d’Instants qui deviendront ensuite les perles des colliers de Sagesse du Maître ascensionné. Nous ne devenons pas sages par hasard mais par choix et par volonté, en utilisant le discernement et l’assentiment devant ce que nous avons crée par nos actes et nos velléités de liberté.  

Pourquoi ne pas arrêter d’agir, ainsi rien ne serait à récolter ? Sans mouvement, pas d’intentions ni d’actes et donc pas de Sagesse ; l’absence de mouvement crée la Mort, le vide destructeur, le goût de cendre où tout est consumé, où il n’y a plus de feu, de germe ou de vivant.

La Conscience peut traverser Cela, mais la Vie ne le peut pas. Ainsi, la Conscience rend vie à ce qui est Mort, à ce qui a disparu, à ce qui existait dans le temps et qui d’un coup reprend vie par l’étape de la conscientisation et la précision des détails.

La Conscience peint avec la couleur, les odeurs et tous les sens. La Conscience n’a pas de forme définie, elle habite toutes les formes qui se sont autodéterminées, tous les êtres qui se sont singularisés et même les collectifs qui se sont valorisés.

La Conscience reçoit ses couronnements à chaque fois qu’une leçon est comprise et assimilée dans une pratique, un acte, un état de conscience. Cela se produit tout au long de la vie dés lors que l’on a la notion d’exister et que l’on se donne de la valeur.

Cette attention à Soi-même, c’est-à-dire à un Centre au-dedans de Soi, crée le point de départ de la conscience ; tel le grain de sable se transforme en perle dans l’huître ; la conscience titille en permanence les actes, leur donne un cadre d’appréciation, un vecteur, une définition.

Ce qui représente le mieux le chemin de cette ascension est l’Arbre des Sephirot, dont les arcanes du tarot sont le langage hiéroglyphique symbolique. Chaque arcane joue l’archétype qu’il faut transcender et archivé dans la sphère adaptée à « ce que ma conscience connait à propos d’Elle-même ».

Ce chemin est acceptable pour ceux qui comprennent que la Sagesse s’acquiert en passant au travers des dépassements de la peur, du manque et des états contraires. La colère, la haine, la noirceur ont leur raison d’être et d’elles aussi, naissent des gerbes de lumière.

Ceux qui s’en tiennent à la Bonté du Monde sont des Bienheureux - qu’ils soient bénis- mais l’Ampleur de la Vie ne s’arrête pas à l’odeur des nouveaux nés.  Ainsi, chaque étape contient une révélation qui mène aux Racines de la Vie et à l’adoration de la Toute Sagesse, Ain Soph Aur, Source créatrice de la Mer de Lait.  Bienveillance active de l’Intelligence Divine. Lila

 

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article