Les chemins de l'énergie ne s'expriment pas tous de la même manière par Lila

Publié le par LilaLuz

Le travail spirituel d'ancrage à de nouvelles vibrations n'est pas quelque chose de visible systématiquement. Tout le monde n'a pas reçu une feuille de route où il est nécessaire de faire des conférences, d'écrire des livres de canalisations, de proposer des soins ou des darshans. En fait, pour que tout le monde trouve sa place il est nécessaire que chacun admette que sa démarche spirituelle ou fraternelle doit être quelque chose de plaisant et de confortable pour soi autant que pour les autres.

Nous avons eu de magnifiques exemples de sacrifices de la part de saintes et d'esprits élevés  qui avaient fait leur classe dans des structures rigides cléricales ou carcérales : Mère Teresa, Krisnamurti, Martin Luther King, Gandhi ou Mandela sont tous passés par des expériences transcendantales issues d'une longue tradition de prière et sacrifice de soi pour une cause majeure fraternelle et politique.

Aujourd'hui les choses sont différentes, nous n'avons plus besoin de renoncer au monde mais nous ouvrir et apprendre à sélectionner les vibrations qui servent le mieux notre évolution humaine et spirituelle afin d'unifier les désirs de notre coeur et les chemins matériels. Parfois, il s'agit de mettre en oeuvre de nouvelles techniques pour faciliter l'accès aux plus hautes vibrations, ouvrir de nouveaux champs d'action pour l'humanité en créant des cercles d'énergie et de ressources spirituelles, mais tout le monde va utiliser sa créativité d'une manière autant physique et matérielle que subtile et spirituelle. La différence entre les 2 sortes d'actions diminue au point que nous intégrons en nous de nouvelles manières d'être avec les autres, de nouvelles formes de politesse et de comportement sociaux démontrant notre compréhension de l'énergie, de son hygiène, de ses structures. Notre alimentation, nos modes de vies et nos législations devront s'adapter à nos besoins matériels, professionnels et personnels et spirituels.

On comprend désormais qu'une "belle personne" n'est pas seulement un beau corps esthétique mais une belle âme ou une belle manière d'exprimer son énergie, son "manteau" . L'élégance, la force, la vivacité ou la bonne humeur -par exemple- font partie des vertus visibles sur le plan physique et subtil. Nous prenons conscience que notre être s'exprime par différents aspects, qu'il imprègne les autres et les touchent avec subtilité ou maladresse, selon notre niveau de maîtrise et notre discernement.

Ce qui paraît grossier ou impoli à certains est considéré avec indifférence ou avec tendresse selon d'autres. L'énergie et la conscience ne s'expriment pas selon le même code de sensibilité et de politesse.

La conscience n'aime pas toucher le coeur. Elle aime créer de la neutralité, de la distanciation afin de "clarifier"  en mettant à jour les intentions à l'origine des situations, permettant à toute personne de trouver par elle-même l'interprétation adéquate à sa compréhension. Le but de la conscience est d'analyser ce qui est "soi" de ce qui ne l'est pas. L'idée est de ne pas influencer - c'est-à-dire pervertir- l'interprétation d'une personne sur une situation afin de ne pas la forcer ou la dominer.

Alors que l'énergie du coeur s'exprime uniquement par l'Unité ; son objectif est d'attirer, d'unifier, d'aimanter, de réunir, c'est une énergie d'attraction et d'unification par la fusion des éléments entre eux, même s'il faut passer au-dessus de ses propres valeurs pour tendre à "plus d'amour" et plus d'harmonie. Cette vision fraternelle entraîne tout de même des conflits lorsque les gens ne partagent pas les mêmes idées ou les mêmes intérêts.

L'énergie du corps s'exprime souvent de manière plus cavalière, pratique et physique. Elle aime en "imposer" et se "faire une place" pour se faire remarquer et donc attirer l'attention sur Soi. Ce n'est ni bon ni mauvais, simplement en comprenant comment s'exprime chaque sorte d'énergie on est plus capable de comprendre à quelle sorte de personne énergétique on a affaire. Namasté.  LiLa

Commenter cet article