Les 4 phases de la guérison karmique : J’accepte, je reçois, j’accueille en moi, je pardonne.

Publié le par LilaLuz

Les 4 phases de la guérison karmique : J’accepte, je reçois, j’accueille en moi, je pardonne.

J’ai posté des vidéos de musique ou de conférences dernièrement dont on retire -durant un instant- le bénéfice d’une harmonisation ou d’un apaisement mais cela ne tient pas dans la durée dés que nous sommes confrontés à de nouvelles perturbations. De même, les conférences de Nassim Haramein sur la nature réelle de la matière sont magnifiques et pleines d’espoir mais cela ne nous explique pas comment nous pourrions nous servir de ces acquis pour matérialiser des projets sans passer par les actes habituels. La magie  des 2 points : oui …mais à condition de bien connaître l’environnement dans lequel nous évoluons et nos forces personnelles!

On nous dit que nous pouvons manifester de manière magique mais lorsque l’on se branche sur des énergies, celles- ci nous mettent d’abord face à nous-mêmes. Nos croyances peuvent être « ouvertes », nous pouvons imaginer recevoir, sentir l’énergie nous « charger » et nous bénir mais cela n’entraîne pas systématiquement la réalisation de nos attentes. Pourquoi ? Quelle est donc la différence entre ceux qui réussissent à accomplir leur vision et tous les autres ?

D’abord, il y a le contexte, notre environnement immédiat. Nous ne vivons pas seuls au monde. Notre environnement direct influence nos possibilités. Dans un pays qui croit à la chance, à la prospérité et à la réussite individuelle il est plus facile d’obtenir ces 3 choses. Le lieu, la région, le contexte global donne (ou pas) le droit d’obtenir de la chance.  Ainsi, il est plus facile de réaliser ses rêves en Californie ou à las Vegas puisque l’ensemble des gens qui y vivent acceptent l’idée que cela est possible et beaucoup  y vivent pour cette raison ! Dans un pays qui se noie dans le marasme, qui pense collectivement que la richesse est une aberration, que les riches sont des voleurs ; la barrière psychique empêche de réaliser des rêves dépassant la norme.

L’endroit où l’on vit à un impact, mais notre personnalité également, car il ne suffit pas de vivre dans une région de rêve pour vivre une « vie de rêve »…d’autant que tous le monde ne rêve pas de la même chose !

La  seconde chose importante est de définir clairement et distinctement de quoi est fait notre rêve. Le rêve collectif « de paix pour la terre » est très louable, mais il ne dépend pas de notre seule volonté. Des milliers de personnes de bonne volonté s’y sont consacrées, elles ont réussi -pendant quelques instants- mais le désir d’entretenir la guerre est tout aussi fort que celui de vivre en paix bien que cela reste sourd, inaudible et sournois. Ne gâchons pas nos forces à la réalisation de rêves sans contours ; si les êtres humains désiraient la paix, ils l’auraient depuis longtemps déjà !

L’important n’est pas d’obtenir un progrès collectif immédiat mais de permettre à notre énergie personnelle de rayonner et de s’épanouir ; si chacun réussit à progresser dans sa vie, l’ensemble du monde progresse. De fait, les plus grandes avancées s’obtiennent lorsque les gens utilisent leurs compétences ordinaires dans un projet qui devient par la suite une réalisation de masse. En fait, comme le disent tous les sportifs, chaque entraînement conduit à l’amélioration puis à la victoire. Bien sûr, au départ la motivation se trouve dans l’enthousiasme pour la réalisation d’un rêve…mais on ne peut pas obtenir cette réalisation sans s’entraîner et répéter des milliers de fois les gestes qui déclencheront le « moment magique ».

Intérieurement nous devons donc nous entraîner à croire en notre valeur mais encore faut-il le faire sur de bonnes bases, authentiques. La première évaluation consiste à définir qualités et talents avérés ; ceux que nous avons utilisés et sur lesquels nous pouvons compter. Si vous pensez être quelqu’un d’organisé prouvez-le !  Si vous pensez être généreux ou patient, prouvez-le, trouvez dans votre mémoire toutes les occasions démontrant la qualité que vous avancez sur vous-même ainsi vous validez votre compétence et l’énergie qui s’y attache est restaurée. Il ne suffit pas de croire posséder certaines qualités pour les avoir. Une fois que vous avez fait le tour de ce que vous savez sur vous-même, passez voir les aspects que vous n’aimez pas en vous. Nos qualités ont leurs limites… et là commence notre ignorance, nos vides intérieurs : nos « défauts de compétences ».Cela ne fait pas de nous des imbéciles ou des dégénérés, simplement lorsque l’on n’a pas appris, on n’a pas reçu la bonne information, on ne sait pas appliquer de la manière juste. Le savoir ne vient pas systématiquement de manière spontanée, surtout si nous répétons les façons de penser des générations antérieures. De même, puiser dans ses savoirs intérieurs à ses limites : nos parents, grands-parents, et ancêtres n’avaient pas du tout les mêmes défis à surmonter : apprendre les technologies numériques, suivre la cohorte de changements législatifs au niveau régional, national, européen et international, suivre les tendances créatives, s’investir dans sa vie personnelle avec les influences de la communauté globale sans perdre le fil de l’actualité terrestre et céleste…c’est un défi constant qui change du simple besoin de s’occuper des poules et de biner le potager comme le faisait les générations antérieures. Autrefois le rêve et les compétences consistaient à construire soi-même sa maison. Aujourd’hui nous sommes tous polyactifs et polyvalents alors nos rêves sont beaucoup plus grands et bien différents! D’où le fait de développer de nouvelles techniques en canalisant des savoirs de sphères dimensionnelles qui n’en n’ont plus besoin puisqu’elles-mêmes passent à autre chose. Tout est recyclage !

Entre toutes nos compétences : quelles sont celles à mobiliser pour entreprendre notre rêve ? Dans quel ordre, à quel rythme ? Selon le type de rêve, on n’utilise pas les mêmes compétences. Si le rêve est « matérialiste », il faut faire appel à un cheminement concret. Si je veux construire un bâtiment ce n’est pas aux anges qu’il faut le demander mais à un banquier, un notaire puis à un architecte ! Ce sont eux les « anges » partie prenante de la manifestation concrète du rêve.

En revanche, si le rêve consiste à ascensionner ou à réaliser des victoires spirituelles…il est plus logique de suivre un cheminement spirituel et de se relier à un groupe de prière, à une religion ou à un être spirituel déjà accompli. Retraite, jeun et autres pratiques spécifiques serviront à changer la qualité du sang et ouvrir les organes à une réceptivité spirituelle, soit à un autre niveau de fonctionnement. Le corps est un support malléable. Il s’adapte à ce que l’on désire. La volonté détermine la forme de notre corps. Si on ne désire rien de précis, notre corps est une terre laissée à l’abandon, elle ne ressemble à rien de défini. Lorsqu’on met de la volonté dans une activité, notre corps prend la forme de ce qu’on lui fait faire. Le corps est fait d’eau et d’esprit ! Ce qui dirige l’esprit est la conscience. La conscience utilise l’énergie que nous rayonnons et, ce que nous faisons avec notre corps crée la qualité de l’énergie dont nous disposons. Une énergie chaotique, épineuse, chargée de contradictions, entraîne des complications, des oppositions, des blocages. Une énergie fluide, cohérente est facile à comprendre et à mobiliser par la conscience.

Mais notre énergie n’est pas celle du monde dans lequel nous vivons. Il peut y avoir des oppositions ou des contradictions entre l’énergie individuelle et l’énergie de l’environnement dans laquelle nous vivons. Il ne suffit pas d’être en cohérence avec soi-même pour l’être avec les autres ou être en osmose avec son milieu. D’où l’idée d’accepter sa singularité énergétique et de conscientiser l’ensemble des parties qui nous constituent pour en former une Unité consciente. Les qualités physiques, les qualités de cœur et d’esprit de notre personnalité, les qualités d’âme axées sur des principes immortels que nous essayons d’intégrer en nous et autour de nous, les vertus spirituelles de notre conscience et les actes de notre Etre spirituel, ses engagements personnels pour réaliser ses rêves à LUI.

Il arrive fréquemment que nous soyons en conflit avec des aspects de nous-mêmes. Par exemple, en tant que personne nous désirons vivre en sécurité, avoir du confort, vivre en couple et être respecté. Mais notre âme veut expérimenter différentes qualités dont le pardon, la compassion, l’amour inconditionnel pour voir à quelle amplitude elle peut s’étendre. Cela signifie que l’être humain que nous sommes doit affronter des tempêtes affectives, des trahisons, des pertes, du rejet, de l’abandon, des désillusions : comment exprimer la rayonnance de l’amour inconditionnel si l’on a jamais connu le besoin d’être aimé ? Comment apprendre l’équilibre si l’on n’a jamais dû se relever d’une chute ou d'une perte ? Comment se faire confiance si l'on n'a jamais échouer quelquefois?

La manière avec laquelle nous affrontons « tout cela » fait ressortir la nature de notre Essence divine ; sa qualité, son détachement, ses véritables vertus, son élégance. La « grandeur d’âme », la « hauteur de vue » ne naissent pas d’une vie pépère et équilibrée mais des hauts et des bas imprimés par les tempêtes de nos vies humaines. S’équilibrer prend alors le sens de « grandir en équilibre ». Pardonner devient «donner à soi-même et aux autres la liberté» et trouve sa source dans la véritable compassion ; Aimer inconditionnellement signifie mettre l’amour de l’Etre au-dessus de son confort personnel humain. Parfois on ne mérite pas le pire ; on le vit pour exercer plus tard le meilleur de Soi !

Ainsi, manifester ses rêves passe par la compréhension de nos éléments intérieurs et du niveau dans lequel s’est établit notre conscience. Une énergie matérielle, une forme humaine, un « cadrage » (ou ancrage vers l’élément terre) entraîne la réalisation de rêves terrestres. Tandis que les rêves d’amour naissent dans le cœur et s’évanouissent si l’on ne leur donne pas une forme avec des rituels romantiques. Chaque centre vital possède son abondance et son type de sagesse pour des réalisations. Sachant que là où nous posons notre conscience, notre énergie s’anime et s’amplifie pour « construire » la forme étherique du rêve et permettre sa manifestation…si rien ne vient l’empêcher ! Vous sentez que vous avez reçu de l’énergie prête à être déversée, tout est en place dans votre tête, tout est ordonné dans votre structure d’énergie, votre conscience est toute conscientisée ; vous êtes en paix et près à recevoir ce que vous avez demandé, ce que vous avez rêvé….mais le canal de réceptivité est bouché…quelque chose empêche le mouvement !

Il est bon alors de vous souvenir de toutes les fois où vous avez vécu la réalisation d’un rêve…quelles ont été les conséquences ? Si elles ont été négatives pour d’autres ou pour nous-mêmes, il est normal d’avoir peur de recevoir un nouveau rêve. D’où l’usage de la méthode hoponopono qui sert à effacer les sentiments de culpabilité et le remord inutile lorsque nous ne sommes pas responsables des conséquences de nos réalisations sur la psyché ou l’énergie d’autres personnes. Cela efface les conséquences des jalousies, des trahisons, des maltraitances qui suivent la réalisation d’une victoire personnelle. Beaucoup de gens posent un regard malveillant sur les réussites merveilleuses des autres et cette énergie encrasse le canal de réceptivité sans que nous en soyons conscients. Le mal que nous n’avons pas fait nous poursuit comme une malédiction : nous en sommes responsables au niveau de l’intention puisque nous l’avons fait naître dans le cœur et l’esprit des autres! Le mal que d’autres disent de nous est assimilé à des actes que nous commettons car la conscience et l’énergie sont mises en mouvement de la même façon.  Il faut donc apprendre à se Pardonner d’être victorieux et d’occasionner des jalousies afin que cela n’entrave plus nos prochaines réalisations. En visualisant une lumière blanche autour de toutes les personnes et les situations concernées. Que la paix soit sur vous et que l’esprit divin vous accompagne ! LiLa

 

 

 

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article