Le sens du Pardon pour l’âme, la Conscience et l’Etre.

Publié le par LilaLuz

Le sens du Pardon pour l’âme, la Conscience et l’Etre.

Dans la vidéo postée précédemment Dolores Cannon explique qu’un monde nouveau est en train d’apparaître. Cette transformation n’est pas choisie par l’humanité, cela fait partie d’un cycle cosmique d’évolution dans lequel notre voie lactée est entraînée et où notre planète Terre joue un rôle singulier. Les anciennes civilisations avaient déjà la notion de ces mutations et savaient s’aligner sur le temps cosmique, qui n’est pas un temps linéaire mais basé sur l’ancrage de la conscience d’être donc sur qui « Je Suis ». Reconnaître ce « Je Suis » est-ce la même chose que répondre à la question qui suis-je ? C’est ce que je propose de démontrer maintenant.

-Le premier niveau de prise de conscience commence avec la question « Qui suis-je ? » Pour répondre à cette large question il semble nécessaire de définir ce qui vous caractérise : en tant que personne quelles sont vos qualités ? Ces qualités s’expriment-elles seulement quand vous faites un effort conscient ou même si vous n’y pensez pas ? Lorsque vous rêvez, ces qualités sont-elles les mêmes, ou bien sont-elles différentes ? Pour se connaître on doit d’abord savoir reconnaître avec quel groupe on se sent en accord. Les couleurs, les musiques et les objets, les vêtements que l’on aime comme des prolongations de soi-même. Et les valeurs qui servent à nous sentir bien. Ces valeurs s’affinent selon notre niveau de conscience.

J’ai remarqué ainsi que notre évolution se manifeste à travers différents besoins et objectifs.

Les besoins et objectifs de l’âme :

L’âme aspire à être aimée. Elle cherche à exister dans un monde relationnel pacifié et serein, comme dans un jardin d’enfant, un paradis où tout est gratuit, tout est possible, tout est charmant et plein d’amour pour Soi. Pour l’âme, le soi n’est pas encore conscientisé, elle ne sait pas affirmer sa singularité, sa « différence » et elle aspire donc à vivre avec des « âmes-sœurs » en groupe harmonieux et parfaits, l’équivalent d’une « famille idéale ». Pourtant, la plupart du temps, l’accès à cette perfection se fait sur un plan purement astral et éthérique et ne se concrétise pas sur le plan humain et physique. Les buts de l’âme sont de se simplifier afin d’atteindre à plus d’amour en dehors de tout conflit, de toute responsabilité. L’objectif est de cesser de se singulariser afin de fusionner à un groupe d’âmes-sœurs et créer un énorme chœur de louange à l’Amour. Cette étape est fondamentale pour recevoir la nourriture spirituelle et l’activation des chakras sur une vibration supérieure. Mais cette phase n’est pas définitive, c’est le début d’un premier type de cheminement conduisant à l’Humilité. Le fait de trouver des âmes-sœurs sur le chemin de l’Amour universel exige d’être patient et attentif aux autres autant qu’à soi-même. Cette étape permet donc à la fois de recevoir des conseils, d’échanger ses secrets et ses blessures et au fil du temps de percevoir des différences entre notre cheminement d’âme et celui de nos âmes-sœurs. Comme dans une classe d’âge il existe de grandes disparités entre les âmes, même si elles sont de la même génération ces disparités permettent de reconnaître son évolution en tant qu’âme, de voir « ce qui manque » ou ce que l’on a en trop. En prenant conscience des différences, on commence à construire sa conscience sur ce que l’on connait de soi et ce que l’on comprend grâce aux autres et, au fil du temps on peut s’attribuer des qualités d’âme, des vertus que l’on sait authentiques puisqu’elles viennent de notre expérience de vie. En aimant ses qualités personnelles, on augmente son taux vibratoire et cette élévation conduit à être perçu par les âmes-sœurs comme de la « supériorité ». Et c’est le cas sans que cela soit dû à une prétention ou un orgueil : il s’agit d’une évolution, d’une élévation conduisant à un approfondissement vers l’Intérieur de l’âme plutôt qu’à l’effusion avec les autres. Les conflits de positionnement entraîne à chercher l’origine des relations que nous entretenons et permet de mettre à jour les aspects étheriques et les intentions qui relient les âmes-sœurs entre elles. On devient conscient du Karma c’est-à-dire des liens antérieurs et des raisons profondes qui nous relient aux autres : cela met à jour l’éternité en nous. On passe d’une foi aveugle à une foi consciente et à de nouvelles certitudes.

-L’âme arrivée à ce point soit choisit de se venger ou bien décide de se libérer en pardonnant, c’est-à-dire en oubliant totalement la cause et en ne cherchant pas à retenir la leçon. On efface totalement l’impact de la relation dans l’histoire de l’âme en y ajoutant un surcroit d’amour pour soi et une mise en lumière de ses qualités individuelles. On s’élève en se rapprochant de l’idéal de lumière que l’âme porte en elle ; accueil de l’amour christique, les liens néfastes se détissent puis disparaissent ce qui permet à des liens porteurs de sens de se créer. Cela ne signifie pas que les gens disparaissent mais les relations deviennent neutres, les bagages de rancune ou de reproches ne pèsent plus dans la relation, n’alourdissent plus le déséquilibre, le sentiment d’injustice ou le manque de respect. Et cela a pour conséquence de rendre à l’âme son pouvoir, restaure le sentiment d’exister dans la dignité. Ce que l’on nomme le « couronnement » consiste essentiellement à ressentir ce sentiment de retrouvaille avec sa Liberté d’Etre. L’âme reçoit sa lumière idéale comme une forme d’adoubement de pureté. Une âme libre est une âme consciente de son pouvoir et de ses qualités. Elle comprend sa responsabilité en matière de rayonnance (partage de sa lumière) et de soyance (position de justesse intérieure, d’intégrité). Elle ne s’engage plus dans des relations qui ne correspondent pas à ses attentes et cela creuse en elle un sentiment d’isolement, de solitude ou bien la met en condition d’accepter l’Amour inconditionnel : un amour -engagement à rester bienveillant avec tous, quelles que soient les circonstances, les attaques, les tentatives de désordres occasionnées par les âmes en souffrance. Ceux qui choisissent l’Amour inconditionnel savent que leurs chemins croiseront encore des malheureux, des malveillants, des traitres, des sadiques…mais ils s’engagent à les aimer et à les traiter sans les juger pour leurs incongruités. Cependant, il arrive que ces rencontres ravivent les blessures ou les schémas éthériques qui n’étaient pas encore totalement dissous.

 

-Lorsqu’un schéma d’agression ou d’humiliation se répète cela ne signifie pas que l’âme a mérité une punition ad vitam aeternam, comme beaucoup le pensent encore, mais que l’énergie de ce schéma reste activée car le point d’ancrage du schéma n’a pas encore été trouvé. Nous sommes des êtres complexes possédant de multiples dimensions et mettre à jour chacune de celles-ci exige de développer une très large conscience de Soi, aussi vaste que les liens et les dimensions dans lesquels nous existons. Nous en arrivons donc au développement de la Conscience de Soi ou « conscience supérieure » car il s’agit de la conscience de l’âme et de ses champs d’expérimentation à elle. Une âme peut vivre des milliers d’années, dans des mondes ou des dimensions de l’espace-temps très différentes de celle que nous habitons aujourd’hui. Ceux qui explorent les dimensions de leur âme écrivent en général de magnifiques histoires de fantasy, de science fiction…ou des polars noirs, selon leur niveau vibratoire. Ce que l’on nomme « imagination » est surtout la capacité de reproduire avec fidélité des histoires vécues dans d’autres dimensions en leur donnant une forme dans notre psyché collective planétaire, ce qui est aussi de l’Art.

-La conscience n’a pas de corps ni de consistance, c’est un gouvernail qui se manie grâce à l’Intention, c'est-à-dire un point d’énergie ayant en lui-même une instruction faisant de cette semence de lumière pure un support d’expression : une intention peut renfermer des mondes, une évolution cosmique ou le chaos et la destruction. L’objectif d’une conscience est de devenir experte dans le maniement de l’Intention afin d’économiser l’énergie de l’âme au maximum, afin de l’investir uniquement dans des intentions pleinement épanouissantes.

Les Maîtres et les Archanges sont au Service de l’Intention Divine, de la Source d’où sont nés les Principes de la vie et tout ce qui en découle, c’est pourquoi ce sont eux qui deviennent les Enseignants en matière d’Intention, d’énergie et de taux vibratoires. Ils encadrent les apprenants qui redécouvrent leurs « pouvoirs » de rayonnance sans en maîtriser l’énergie correctement ; c’est-à-dire de la manière juste et alignée à l’Intention.

Tout le monde n’a pas la capacité de développer une intention ferme et lumineuse, bienveillante et harmonieuse. C’est pourquoi les prophètes/channels servent à communiquer l’Intention afin qu’elle puisse se développer au fil du temps : ils la reçoivent lorsque leur esprit est pur et la transmettent avec désintéressement …mais cela ne suffit pas toujours pour atteindre le résultat escompté.

-C’est pourquoi un nouveau niveau dimensionnel est exigé où la lumière de l’Intention n’est pas déviée par les confusions et les amoncellements d’énergies astrales. Dans cette autre dimension, la conscience de l’âme est devenue plus large et ressemble à l’Intention pure que la Source créatrice émet, on nomme cette strate : l’êtreté, car Penser revient à créer immédiatement l’Intention que l’on émet dans une des dimensions qui vibrent en résonance et l’on nomme aussi cela « chanter son nom ». Ce qui revient à dire que le battement du cœur de l’Etre est créateur d’ondes qui en s’associant deviennent des mondes puis des créatures dont l’Etre est le responsable, le Père et la Mère-nourricière. Au niveau de l’Etre les responsabilités sont continuelles…alors, afin de prendre conscience de la nature inférieure ou de la beauté contenue dans ces mondes, l’être-créateur doit parfois s’y promener ou y vivre sous la forme qui peut supporter cette diminution sans le priver de toute sa conscience d’Etre. En vérité, le plus fort est que la Conscience n’est jamais séparée d’Elle-même…ce qui signifie que quel que soit la forme et la dimension vibratoire dans laquelle notre conscience se dépose temporairement, elle n’est jamais séparée de son Origine et de son Pouvoir créateur. Ce qui fait obstacle ce sont les amoncellements d’énergie qui accaparent notre temps et donc notre conscience pour des broutilles, dispersant notre attention et notre énergie. Si nous savons nous concentrer sur ce que nous savons vrai : l’Intention est issue de la Lumière- la Lumière est immortelle- alors quand cela est absolument compris et intégré dans les plus infimes particules physiques et astrales , seule l’Acceptation de notre grandeur véritable fait obstacle. Il a été facile de se faire petit…et choisir de redevenir « grand » et responsable face à notre Intention pure est un effort duquel nous nous sommes départis. Nous avons pris l’habitude de laisser un collectif décider et nous influencer. L’autonomie intérieure exige d’accepter d’être plus grand, plus fort, plus puissant que la forme actuelle, que l’énergie individuelle permise ici. Cela sous-entend l’action de se soustraire à l’énergie collective afin de rouvrir les portes de la Conscience d’Etre et raviver la flamme de vie en Soi. Tout cela est un travail en Soi, entraînant de la part des âmes les plus assoiffées de reconnaissance une lutte de pouvoir éphémère avec ceux qui redeviennent éthériquement forts : beaucoup de combats pour si peu d’existence réelle…Mais l’âme céleste, le Cœur de l’Etre apprend et s’aligne sur le principe de bienveillance. Ainsi, ce qui est le plus Haut est capable d’aimer et de comprendre ce qui est tout en bas, dans les méandres des énergies confuses. L’Amour est réellement la toile de fond de nos existences. Namasté. LiLa

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article