La légereté de l'Etre

Publié le par LilaLuz

 La légereté de l'Etre

Nous traversons -au niveau planétaire- une période où les tensions se cristallisent et font ressortir les incertitudes sous la forme de questions de sécurité économiques ou politiques.

L’être humain est né libre de contrat économique et politique ; la seule chose qui le conditionne depuis le début de son existence est l’appartenance à sa famille, à un clan, parfois à un territoire et une manière de vivre et donc à des comportements ancestraux.

Lorsque des « familles » de territoires différents se rencontrent, elles doivent décider des attitudes à adopter et choisir ; soit d’entrer en relation de manière confiante et ouverte, soit d’être méfiants et agressifs. Ce conditionnement basique est transcendé par la politique et l’économie puisque ces 2 pôles d’attraction permettent d’entrer en relation avec un grands nombre de familles différentes grâce au choix de règles communes.

Aujourd’hui les règles utilisées ne correspondent plus au choix de tous. Elles ne correspondent ni au bien-être économique des pays, ni au bon fonctionnement politique, ni à la création d’un avenir commun positif. Ces règles sont uniquement bénéfiques à la circulation de la fluidité financière. L’objectif des règles est de permettre de conserver une base commune à partir de laquelle chacun peut s’exprimer sans se sentir humilié. Or, aujourd’hui pour continuer d’alimenter le système financier, tout le monde s’appauvrit et s’endette pour donner une image fictive d’enrichissement et de « bonne santé ».

En être conscient donne la priorité à la lucidité, cela permet d’accepter la vérité d’un fait sans s’en sentir menacé ou prisonnier, car toute chose – aussi standardisée soit-elle- peut devenir obsolète dans la mesure où nous le décidons.

La question actuelle est " Comment puis-je retrouver ma liberté d’action et ma liberté de conscience afin de ressentir ma légereté d’Etre ?"

Que dois-je changer dans ma vie, dans mon quotidien pour me sentir renouvelé, allégé ? Dans mon esprit, dans mon cœur, dans mon corps ?

Répondre à cette question - étant donné les tensions sociales et économiques - n’est ni superficielle, ni narcissique car elle impose de reconnaître notre droit d’être libre comme un fondement naturel de notre vie citoyenne. Cela induit de reconnaître que ma vie m’appartient et que les conditions communes ne doivent pas contribuer à m’enfermer mentalement ou physiquement dans une étroitesse de vue qui m’empêcherait de Vivre pleinement. Notre vie n’appartient pas à l’économie ni à la politique ; ces 2 pôles de réglementation des conflits et des relations doivent retrouver leur place de « cadres d’échanges » et non devenir des prisons mentales car nulle sécurité n’existe au sein de la Vie. Quand les gens expriment un besoin de sécurité trop intense, ils ont perdus leurs repères, leur énergie vitale et leurs objectifs personnels et donc la Confiance en eux-mêmes et dans les cadres qu’ils se sont construits pour échanger positivement (sans conflits).

La légèreté de l’Etre rend capable de retrouver la pleine Confiance dans sa puissance personnelle.

La puissance énergétique vient normalement du bassin et alimente ensuite le cœur puis la conscience. Ces différents centres d’énergie sont réduits par la peur, l’angoisse et l’incertitude ; ces 3 mots définissent les énergies qui astreignent le corps, le cœur et l’esprit dans leurs mains froides et étouffantes. L’humain est fait pour déployer sa conscience, aimer avec générosité ses possessions et ses amis, s’ancrer avec force et conviction jusqu’aux racines de la Terre. : il est né libre et doit accepter de le rester.

Notre civilisation évolue parce qu’elle aligne son énergie ancestrale sur l’énergie du cœur, animée et dirigée par une conscience élargie aux technologies. Aujourd’hui nous devons nous servir de ce qui nous perfectionne sans nous laisser entraver dans nos rêves ; puisque nous comprenons mieux notre corps, nous pourvoyons mieux à nos besoins, il nous reste à trouver des règles applicables à tous, pour que notre planète survive à nos excentricités passées.

La légèreté de l’Etre contribue à aller vers l’essentiel, le plus simple, le plus pratique et cela aide la conscience à se ressourcer et à s’harmoniser avec le corps, l’aidant ensuite à produire les efforts ou à trouver des solutions efficaces. La légèreté de l’Etre n’est pas un luxe pour bobos nantis, c’est l’accès à une conscience qui introduit la notion de liberté et de responsabilité choisie à des domaines qui jusqu’à présent étaient réservés à ceux qui se donnaient le droit d’être supérieurs aux autres.

Nous entrons dans une ère de citoyenneté participative où les « simples citoyens » acceptent de représenter leurs convictions, leurs droits afin que les règles et les lois qui encadrent les échanges retrouvent un sens citoyen et ne soient plus détournés pour favoriser la fluidité de l’argent. L’Argent n’est pas un être libre. Il est asservit à son maître, il lui obéit et s’il ne sert pas à libérer son maître, qu’un nouveau cadre d’échanges, de nouvelles règles soient définies.

Quand tous les pays sont endettés plus qu’ils ne pourront remboursés. Lorsque les citoyens dépendent de crédits pour vivre même lorsqu’ils ont une vie saine et simple, quand la moitié du monde change de continent pour changer de vie et pourvoir à ses besoins essentiels : on est en droit de se demander pourquoi l’argent – même s’il est dans son négatif- est plus important que la vie des millions d’êtres qui le produisent par leur énergie et leur travail.

La légèreté de l’être n’est pas uniquement une attente spirituelle, elle commence par le droit de vivre et de s’épanouir là où l’on vit, dans son corps autant que dans son cœur et dans son esprit. Quel est le chemin pour retrouver votre légèreté d'être?

LiLa

Publié dans Expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article