La Contradiction

Publié le par LilaLuz

La Contradiction

J’aime la Dévotion car c’est un des sentiments qui unit l’homme à Dieu par le respect et la reconnaissance mutuelle. L’islam est une religion basée sur la dévotion à la pureté de l’énergie, et sur le respect des différences entre l’énergie solaire et l’énergie lunaire ; l’intention de base est pure pourtant je déteste l’islam tel qu’il m’est montré par ses croyants, parce que l’intention des hommes qui servent le dogme est posé sur la violence, la frustration sociale et l’irrespect de la vie, sur la soumission des femmes et la négation de la Liberté, donnant pourtant libre cours à des démonstrations de pouvoir barbares et dégoutantes. Comment restée neutre quand mes valeurs sont bafouées?

En Absolu, toute chose se complète par son opposé : l’équilibre se trouve dans la rencontre des extrêmes qui obligent la conscience à examiner ce qui cause les tensions, puis à les faire disparaitre par la compréhension des objectifs de chaque extrêmités : le point d'acceptation crée le point d'unité et ouvre sur de nouvelles perspectives, vers une nouvelle compréhension élargie à un nouveau cycle d'expériences et de contradictions puisque la vie est une spirale où les situations expriment une combinaison d’influences faisant partie d’un cycle appellant la complétude.

Nous pensons que l’évolution est pratique et technique alors qu’elle a une dimension intime et spirituelle.

Nous pensons que la spiritualité est faite de rituels, alors que la chose constituant la spiritualité est l’union du corps et de l’énergie par l’acceptation mutuelle : la reconnaissance du corps par l'Esprit et le respect de l'Esprit par l'homme.

Nous pensons que nous aimons ceci, et détestons cela, pourtant penser n’est pas aimer ou accepter.Quand on commence à aimer, la seule question qui reste est ; comment exprimer l’Amour alors qu’aucun d’entre nous n’est semblable dans ses besoins et son chemin ? Est-il différent pour chacun ? Est-il le même ? Existe--il une voie Universelle?

Aujourd'hui le Culte de l’Individualisme se développe par la consommation et la miniaturisation s’oppose au culte de la soumission collective religieuse, politique ou économique. Mais l’individu peut-il s’opposer au dogme de son collectif sans s’isoler et se fragiliser ? Notre liberté doit elle se placer sur le mode de la consommation individuelle ou sur un idéal collectif ?

Doit-on se soumettre ou s’insurger ? Car à quelle cause peut-on donner son corps, son âme, sa Conscience sans risquer de se perdre soi-même, de se manquer de respect, à soi, à l’énergie qui nous est donnée pour accomplir notre cycle d’expériences ? Quelle cause serait assez belle et digne de confiance pour lui donner corps ? Le mensonge se sert de l'utopie et de la bonne volonté autant qu'il se sert du cynisme et de la malveillance. Sans respect ni Confiance, à qui peut-on se fier?

Un autre paradoxe pose la question du vouloir et de la volonté : dans un monde d’abondance et de possibilités innombrables, nous pensons que nous sommes appauvris et menacés…tandis qu’ à quelques milliers de kilomètres, dans un monde désertique, la survie domine et les hommes se pensent tout-puissants…Cherchez l’erreur.

L’erreur faite d’illusion sur ce que devrait être le monde, basée sur notre imaginaire plutôt que sur la réalité : le monde ne change pas sans notre approbation, sans notre consentement et dirais-je, sans notre engagement. Si nous restons les mêmes et que notre idée de la puissance s’appuie sur la force brute, nous ne ferons pas l’expérience des principes qui ont guidés notre esprit depuis 300 ans. Pour autant devrions-nous nous laissés dévorés vivants sans réagir? Ne serions-nous pas faibles si nous agissions ainsi? En fait, les drames que nous traversons au niveau national, européen ou international nous forcent à nous engager pour défendre nos valeurs d'une façon personnelle et profonde.

Alors que la seconde guerre mondiale a exigé un esprit de Liberté face aux idéologies politiques totalitaires fascistes ou communistes, la Guerre Froide a demandé une forme d'anticonformisme pour échapper aux dogmatismes économiques et unifier le monde selon des critères humanistes et sortir des frontières strictement politiques.

Aujourd'hui nous sommes appelés collectivement à aimer notre prochain sans oublier de nous aimer nous-mêmes ; confortés à appliquer les principes universels qui nous guident sans nous piéger nous-mêmes par un excès de bonnes intentions et de naïveté. Comment allons-nous gérer la contradiction d'être tolérants, respectueux de nos engagements humanitaires tout en prenant soin de ne pas exiger plus que nous ne pouvons donner et accepter? Où se trouve la voie du milieu, la juste voie et Qui l’incarnera ?

Nous avons été éduqués dans un esprit républicain démocratique et nous chérissons nos libertés tout spécialement celles qui nous permettent de choisir nos comportements sexuels, nos habitudes alimentaires et vestimentaires. Nous sommes nés et nous vivons dans des pays riches d'eau, d'histoire et de cultures qui sont les expressions humaines et matérielles de notre dévotion à nos valeurs sacrées, à notre interprétation de Dieu. Nous sommes une possible expression de l’Harmonie entre les besoins terrestres et l’élévation céleste, nous sommes aboutis dans bien des domaines, ce qui n’empêche pas les excès et les déséquilibres. Certes, le contexte global n’est pas en harmonie avec nos acquis : les choses qui nous sont chères sont menacées par l'ombre de l'ignorance, de la radicalisation religieuse et la discrimination sociale autant que raciale : les événements nous ramènent aux fondements de notre histoire républicaine et il nous faut nous nous affermir afin de défendre ce que nous sommes.

Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui la Grèce et l'Italie ont besoin de notre soutien ; ces nations sont les racines de notre culture chrétienne et républicaine, nous ne pouvons pas négliger nos racines sans nous affaiblir et ouvrir la porte à ce que nous ne sommes pas : défendre nos frontières européennes c'est affirmer Qui nous sommes. Cependant ce sont les influences des cultures anglo-saxonne et celte qui sont les sources de notre créativité et de notre indépendance d'esprit actuels. Entre nos liens historiques et l’avidité technologique nous devons trouver notre chemin permettant d'avancer et de nous équilibrer sans renverser les valeurs qui nous aident à forger l'avenir.

Nous ne pouvons pas renoncer à la liberté parce qu'elle est le fondement de notre pensée, qu'elle est plus importante que la vie en elle-même : aucun dogmatisme n'a jamais réussi à éteindre cet Absolu contre lequel les totalitarismes s'effritent. La Liberté de penser, d'écrire, de dire et de dessiner fut et restera écrite dans nos gènes et notre culture la transmet sous toutes les formes possibles, n'en déplaisent aux ingrats, aux ignorants, aux esprits voilés. Le dogmatisme religieux pas plus que les tentatives d'asservissements politiques ou économiques n'auront de prises sur nos âmes : le Souffle qui nous anime profondément est incandescent et brûle tout ce qui s'oppose à l'Esprit de la Liberté telle qu'elle vit dans nos âmes.

Alors, la seule question à laquelle il nous faut répondre est : sommes-nous capables de servir la Liberté avec dévotion ? Servir la Liberté sans asservir les pays à leurs dettes, sans asservir les peuples par la peur du lendemain, sans créer des oppressions religieuses nées des frustrations sociales et du racisme...

Sommes-nous devenus matures ou bien devrons-nous tout recommencer ? Lila

Publié dans Messager de lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wiiliâme 29/06/2015 18:08

Lila, Les atlantes N'ontt ils pas eu le même problème ?