Les Autres Visages de l’Amour Universel

Publié le par Lilaluz

Les Autres Visages de l’Amour Universel

Je vais certainement choquer quelques personnes, car ma perception de l’amour ne se limite pas à une religion ou à un personnage historique. Je vous prie d’excuser ma prétention, si vous êtes blessé par mes propos, considérez que j’ai tord, que la vie m’enseignera plus tard la vérité.

A toutes les époques les gens ne se lassent pas de vouloir convaincre que leur interprétation de Dieu est la meilleure, et à chaque fois naissent de nouvelles versions qui s’adaptent à l’évolution des consciences et aux peurs du moment. Je ne vais pas essayer de vous convaincre, simplement nous allons voir comment l’Amour progresse à travers le temps, comment Il agit à travers les époques ainsi, vous choisirez de croire à l’Amour à votre manière.

Au commencement la vie s’exprime par la Pulsion de la reproduction et la multiplication. Les végétaux, les insectes, les animaux, les humains sont poussés à rechercher un partenaire pour engendrer une nouvelle génération. Au départ, il n’y a aucun code d’attirance, aucune règle à suivre, seulement des impulsions au hasard des rencontres. Avec le temps, les êtres se raffinent, ils accumulent des expériences et reconnaissent les meilleurs aspects de leur espèce, alors des techniques de séduction et de captation de l’attention d’un partenaire voient le jour. Des rayures et des masques pour se cacher des prédateurs ou des maquillages pour mettre en évidence les contours, des ornements, des odeurs, des danses, des façons de réaliser les nids, des codes d’hygiène, des hiérarchies entre les membres du groupe : ces techniques viennent organiser les relations entre les individus. Les végétaux, les insectes, les animaux et les hommes s’utilisent les uns les autres comme messagers, parure, aides à la séduction et à la colonisation de nouveaux espaces. On démontre sa force, son intelligence, sa capacité d’adaptation et l’on fait de son mieux pour conserver sa vie et celles de ses descendants. L’humain a vécu longtemps ainsi, sans se préoccuper d’autre chose que de la nourriture et de son bien-être immédiat : être bipède ne lui donnait pas le sentiment d’être différent des autres êtres vivants. Puis, l’Homme s’est mis à rêver consciemment. Il a pris conscience de lui-même, a dessiné ses actes et il s’est différencié ; il s’est nommé et à nommer les autres sans que les autres êtres puissent le nommer en retour. Ce fut le premier pas vers son élévation.

Au fil des situations l’Humain a nommé de nombreuses choses, des plus triviales aux concepts abstraits, parmi ces choses, il a découvert l’attachement, la tendresse, l’esprit de protection, l’amour. Ces sentiments ne pouvaient pas être nommés, ils appartenaient aux aspects cachés, intimes : à l’âme. Mais en se développant, l’âme de l’Homme a fait évolué ces sentiments, les a peint, les a écrit, les a partagé. Ces aspects occultés, irrationnels étaient finalement utiles pour créer des liens plus puissants que ceux de la survie ordinaire, ils permettaient de renforcer un clan, une famille, et de forger des symboles nécessaires pour nourrir l’unité entre les clans : c’est ainsi que sont nées les Nations. L’amour de son territoire, de ses proches, de ses possessions et ensuite l’amour des symboles d’union permettaient de dépasser la peur de mourir, la peur de l’inconnu et de conserver le courage dans les situations créant de la peur. L’amour est un liant, un facilitateur de relations, une force pour tous ceux qui le portent.

Il arriva un moment, où l’Humain s’aperçu qu’il était capable de s’affranchir des peines, des difficultés inutiles. Il commença par se libérer des charges pesantes et se fit aider par les animaux. Puis il aimât ses animaux domestiques et les affranchît en créant d’autres techniques. Vint ensuite l’affranchissement des enfants car l’Homme s’est aperçu en aimant ses enfants, que leur éducation était importante pour la progression de sa famille, de la société. Lorsque l’Homme commença à vouloir séduire et se faire aimer de la femme, il l’affranchit des tâches ménagères et des corvées et la société changea : la mode, les pensées, la musique, les mœurs - l’ensemble des choses s’organisait différemment- lui-même se sentait plus libre, libre jusqu’à s’affranchir de la gravité et des comportements héréditaires. Tout le monde progressait, sauf ceux que l’Homme ne considérait pas comme ses égaux. Il a fallu que les minorités s’affranchissent elles-mêmes des préjugés et du manque d’amour pour que l’Homme commence à les tolérer, puis à les accepter comme partie intégrante de son monde. Les métis, les noirs, les homosexuels, les handicapés se sont eux-mêmes libérés des limitations qu’on leur imposait pour s’inclure -grâce à leur conscience- dans l’Humanité. Non qu’ils n’en faisaient pas partie dès le départ, mais personne n’avaient pris conscience que leurs vies n’avaient pas la même importance et peu d’êtres s’impliquaient pour que les choses évoluent. Pourtant le temps a démontré que l’amour permet d’effriter les obstacles par le Respect de soi et des autres : il aide à créer sa vie selon ses propres besoins de liberté, à obtenir l’allégement des charges physiques et psychologiques et pourquoi pas l’étendre à d’autres aspects ?

L’amour n’est pas seulement un sentiment, c’est une énergie qui lorsqu’elle touche une situation, une personne, change la nature des relations que cette personne entretient avec la réalité, avec sa conscience. Aujourd’hui l’Amour se penche sur la Terre, il la touche et nous oblige à considérer notre puissance, à alléger nos peines en prenant du temps pour aimer la planète, nous nourrir moins et mieux, produire et consommer avec plus de conscience afin de ne plus nous sentir emprisonnés dans une course effrénée qui nous éloigne de notre bien-être, de notre évolution. Notre âme a appris à se nourrir de beauté et de lumière, elle a su exprimer ses facettes les plus laides, maintenant vient le temps d’exprimer l’Amour pour la Terre, pour l’énergie et pour l’âme de l’Humanité. Bien sûr, vous êtes libre de choisir votre façon d’aimer. Lila

Commenter cet article