Arbre de Vie, Merkaba, Symboles Sacrés, Transsurfing : quelle utilité?

Publié le par Lilaluz

 Arbre de Vie, Merkaba,  Symboles Sacrés, Transsurfing : quelle utilité?

L’Arbre de Vie est le symbole de la création de l’Univers selon le Judaïsme. Dans le lien ci-dessous se trouve l’explication détaillée selon Wikipédia des différentes phases d’éveil à la Conscience et leur combinaison avec la Conscience : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_de_Vie_(Kabbale)

D’après ma propre expérience, l’Arbre de vie est le schéma linéaire d’une Merkaba, telle une boîte présentée en « développé » (c’est-à-dire avant le montage). Le schéma doit être « vécu de l’intérieur» pour prendre sa véritable fonction. Les séphirots sont l’équivalent des chakras dans la tradition hindouiste, et en choisissant un objectif, une « intention spirituelle » pour donner sa forme à la structure, on se place au centre d’une construction énergétique -qui va évoluer avec le temps et l’énergie accumulée- selon les formes des solides de Platon, tels que mentionnés dans cet article très juste dans sa retranscription de l’expérience vécue : http://canalisations-marie.blogspot.fr/2014/10/1610-le-voyage-inter-dimensionnel.html

C’est donc en activant notre énergie à partir d’un de nos centres énergétiques, que ceux-ci vont s’ouvrir à notre « plan de vie », notre objectif supérieur.

L’activation des centres d’énergie se réalise par la respiration consciente. Cette respiration consiste à prendre conscience non pas de l’air qui entre et sort des poumons mais de l’énergie qui rayonne du corps lorsque l’on inspire, ou que l’on expire avec des gestes d’ouverture et de fermeture (mudras), des positions du corps (asanas). J’utilise les mots de vocabulaire du Yoga car ils sont connus, mais dans chaque tradition religieuse il existe des postures destinées à stimuler les centres énergétiques. La différence entre les religions est basée sur la différence du centre énergétique considéré comme important. Chaque religion choisit un centre énergétique particulier et demande à ses fidèles de voir le monde à partir de cette énergie-là.

Le chamanisme traditionnel et le zen se servent du premier centre : l’entrejambe, appelé centre Muladhara ou centre Racine car il met la personne en lien avec l’énergie vitale de la Terre. Ce centre aide à développer le magnétisme et une forte liaison énergétique entre les jambes et la Terre. Cette revitalisation permet de sentir la Vie, les saisons, les cycles de maturation et de vieillir sans perdre sa vitalité, la vision par ce centre est pratique et sert à survivre dans les conditions difficiles grâce à la perception de l’énergie magnétique. Cette perception est utile pour pister les animaux, pour connaître les plantes comestibles, savoir se protéger des dangers ; c'est le centre de l’Intuition du bien-être et de la santé du corps.

Le Bouddhisme valorise le centre du nombril, lieu de stockage du Feu intérieur et de l’Eau ( masculin/féminin) c’est le lieu du détachement et de la transformation des éléments nutritionnels en Force de vie. C’est le lieu où l’on doit se mettre en paix avec les esprits de la Terre et l’ambition humaine, faire preuve d’Humilité car la force que nous utilisons pour produire nos idées est le résultat d’une prédation. Il faut agir avec modération pour ne pas consommer trop et perdre soi-même l’équilibre. En conscientisant l’abdomen comme un lieu de force tranquille, nous permettons que notre ventre devienne une Source de Force et de protection des plus faibles. En puisant dans la Rate ou les Reins, on se sert de l’énergie de ses parents, de son lignage énergétique pour créer sa propre famille, ses projets et étendre son Etre intérieur. Lorsque l’on n’a pas de parents fiables, on peut se brancher sur de nouveaux parents énergétiques avec leur consentement. Le centre Svadhistana lorsqu’il est éveillé permet de léviter légèrement en séparant le corps physique et le corps énergétique, avec la pratique on apprend à étirer ce centre pour créer des jambes d'énergie et avancer là où l'esprit nous porte. Le centre autour du nombril s’élargit par l’énergie ; il forme un cercle qui s’ouvre au fur et à mesure qu’il est alimenté en énergie en plusieurs forces devant, et derrière soi, ce qui offre la sensation d’être assis au centre d’une fleur à plusieurs pétales. C’est l’éveil à la Bouddhéité.

Les civilisations et les rites solaires se servent du Plexus solaire pour recevoir l’esprit de la divinité ; d’où l’idée d’un sentiment de filiation entre l’humain et le soleil. En général ce centre sert à prendre conscience de soi et à se valoriser. On parle souvent d’égo et d’une personnalité « forte » lorsque l’on décrit la plénitude de ce centre. Il est vrai qu’à lui seul, il n’est qu’une porte qui permet d’entrer en communication avec les autres êtres. Il sert par exemple à créer sa place au sein d’un groupe. Lorsqu’il est surdimensionné, il fait perdre le sens de l’empathie, de la compassion pour les autres. En revanche, il est utile si l’on veut être vu, entendu et respecté. Un plexus solaire rayonnant est utile pour se nourrir d’une manière subtile (solaire), c’est également le centre de la reconnaissance de sa valeur au sein de l’Univers, donc de la filiation avec nos parents spirituels : la Terre, qui nous a donné notre corps, et le Ciel, qui nous a créé notre Essence. On reçoit les énergies du Ciel et celle du magnétisme terrestre où elles s’équilibrent selon le symbole du Tai-Gu Chi ( yin/yang) Ce qui vient de l’extérieur, qui est lumineux se mélange avec ce qui est intérieur, pas toujours conscientisé, donc occulté et parfois sombre pour s’intégrer en équilibre (dans l’idéal).

Les Christianismes et la majeure partie des pratiques mystiques visent à activer le centre du Cœur (Anahata) ; un mélange de 2 organes - le cœur et le thymus- qui le rythment ensemble. Créer ce centre est le premier pas vers la spiritualité des saints. Chacun des deux organes doit être activer selon son rythme particulier, puis ils s’harmonisent et organisent un rayonnement circulaire autour des épaules. L’ouverture du Cœur sur une certaine fréquence et une certaine amplitude de rayonnement provoque un sentiment de fraternité, c’est-à-dire un sentiment d’appartenance familiale chaleureuse avec tous les êtres vivants. Le bon côté est l’empathie, le sentiment de partage immédiat et sans filtres psychologiques de méfiance. Le mauvais côté est précisément cette absence de protection et une véritable incapacité à voir le mal, à l’anticiper et à s’en protéger. Le Christ-Jésus est le représentant symbolique du centre du Cœur activé, et il est représenté dans la posture de la victime faute de s’être protégé, mais c’est également l’exemple de la Confiance absolue en la Protection Divine et en une vie meilleure par son comportement d’ouverture quelles qu’en soient les conséquences (amour inconditionnel), dépassement de l'orgueil égocentrique. Le centre du Cœur fonctionne comme une pompe qui attire à soi les choses et les gens que l’on aime et qui résonne avec soi. En acceptant d’aimer ceux qui ne nous le rendront pas de la même manière, on accepte d’en supporter les conséquences et l’on suscite un changement vibratoire autour de soi. On ressent l’énergie de ce centre comme une cape, lorsqu’elle redescend vers le sol ou bien comme des ailes, lorsque l’intention est tournée vers le Ciel. Le sentiment lié à l’activation de ce centre est la dignité, la légitimité, la grandeur d’âme en harmonie avec sa véritable nature, sa véritable place dans la mécanique vivante de l’univers.

Le chakra de la gorge ( Vishuda) est le centre du Soi supérieur, lieu de la conscience intermédiaire entre la Conscience humaine et la Conscience de l’Etre Divin. C’est le lieu du premier cri et du dernier Souffle, on dit qu’il est le centre de la Vérité, de la Justice puisqu’avec la parole on peut expliquer sa pensée autant que ses actes. Si le corps était divisé en 3 grandes zones, les jambes jusqu’au diaphragme seraient « l’animal », le plexus serait l’Homme, le Cœur serait la zone de l’Homme Evolué, et les centres énergétiques supérieurs seraient les zones du renversement, de la Transition entre les dimensions. Le centre de la gorge permet de cibler les objectifs humains ou spirituels, de parler et d’être entendu dans le monde des hommes et dans les autres mondes. C’est le centre du « commandement », du Verbe créateur, à condition d’utiliser le bon langage, la langue adéquate, car toutes les langues que nous utilisons ne sont pas comprises par les êtres spirituels. L’araméen est la langue des Elohims, des Esprits du Ciel. La langue des vedas et certaines de ses variantes mettent en relation avec les esprits de la Nature, les éléments. Les symboles tels que les hiéroglyphes, les runes, les Quipus (prononciation kipou) ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Quipu servent aussi à communiquer avec des êtres qui ont transmis leurs langages. Cette façon d’utiliser les concepts abstraits et des idéogrammes exige une évolution de la conscience et de l’intelligence. Les sons primordiaux (tels que Om, Ma, Mi,…) servent à activer le centre de la gorge en liaison avec les autres centres. Chaque longueur de son émet une certaine vibration qui va « remuer » les autres centres énergétiques.

Il n’y a pas de religion associée au centre frontal, mais des "Ecoles des Mystères" il correspond à la clairvoyance, à la médiumnité et à la clairaudience (réception auditive de sons ou de messages logiques, porteurs de sagesse). Ce centre s’ouvre avec la méditation silencieuse, la visualisation de certaines couleurs (bleu indigo, or, argent) et la compréhension des actes, des émotions et de leurs conséquences. C’est un centre qui réunit les informations extérieures (reçues par les sens physiques et les sens intuitifs) aux informations intérieures subconscientes. Le lieu d’activation de ce centre est le cerveau, plus précisément l’interaction entre le thalamus, l’hippocampe, la glande pinéale, le cervelet et les zones préfrontales. Ces différentes zones du cerveau s’interconnectent et s’envoient des informations codées sous la forme de symboles, d’images, de souvenirs, qu’elles associent selon une logique impersonnelle, intemporelle. Ces séquences forment un langage pour celui qui en ressent le sens plus qu’il ne les traduit. L’art de mettre des mots sur ces séquences peut en détourner le sens aussi il est conseillé d’être simple en esprit et en interprétation pour éviter de rendre obscur ce qui déjà symbolique. Les mancies ( les supports pour la voyance) aident à codifier les symboles et à les rendre compréhensibles d'une génération à l'autre.

Le centre énergétique coronal est le lieu des baptêmes et des bénédictions. C’est le centre par lequel nous nous connectons au sacré, à notre Etre lorsque nous cessons d’être inscrit dans une chair : notre énergie s’étiole vers la Terre qui l’absorbe, notre âme s’échappe par le Souffle, la Conscience sort par le centre frontal (entre les sourcils), l’Etre Divin repose ses pieds sur le centre coronal ; sa Présence permet de se sentir adoubé, protégé, guidé et lorsqu’il regarde vers ailleurs, nous nous sentons vidé de notre substance. Le centre coronal met en contact avec l’Intelligence, d’où qu’elle vienne ; notre capacité de comprendre l’Amour, de nous dépersonnaliser de nos instincts humains et animaux, permet de se brancher sur d’autres formes d’expression, d’autres « mondes ». Parmi ces intelligences certaines sont si étrangères à nos besoins physiologiques et psychologiques qu’elles sont destructrices pour le corps mais parfois elles nourrissent l’âme, stimulent la Conscience, activent notre Présence Divine. L’évolution commence lorsque tous les centres sont en harmonie et qu’ils peuvent s’alimenter les uns les autres, comme une mécanique d’horlogerie. L’énergie au fil du temps réunit les centres supérieurs avec les centres inférieurs en une grande bulle d’énergie qui devient cristalline, comme une chrysalide d’où l’on nait une seconde fois.

Lorsque nombre d’âmes ont réalisé ce processus, elles s’organisent en une Merkaba gigantesque : une Fleur de Vie, une grille d'énergie reliant les âmes les unes aux autres, formant une chrysalide planétaire ou un navire céleste multidimensionnel.

La Présence Divine ne juge pas. Elle vit à travers de multiples dimensions et s’équilibre à travers toutes les vies qu’Elle contient. Les expériences sublimes ont leurs compensations dans les situations contraires. Les unes neutralisent les autres tant que nous vivons sur la fréquence de la Division. Quand on vit sur la fréquence de l’Unité, les modèles positifs et négatifs n’existent plus, seuls existent des choix et leurs conséquences, en des cycles vibratoires. Certains préfèrent utiliser l’énergie des centres énergétiques pour obtenir la réalisation de leurs rêves immédiats et terrestres.

Le Transsurfing consiste à utiliser les centres d’énergie pour créer une bulle de temps depuis laquelle on se branche sur le Cœur énergétique de l’Humanité (la Matrice des rêves individuels et collectifs ou Maya). Dans ce cœur d’énergie astrale tous les rêves trouvent leur réalisation ; en développant en soi la vibration qui correspond à la vibration de notre rêve on le voit se matérialiser. Ce type d’expérience change la relation que nous avons avec les autres, avec notre conscience ainsi que notre compréhension de la Réalité. C’est perturbant dans la mesure où même un très beau rêve devenu réel, induit un changement, une adaptation intérieure de la conscience autant qu’une adaptation à une autre version du monde. Imaginons une personne qui est maltraitée, elle prie et crée sa bulle de protection. Elle fait le vœu de voir sa vie s’améliorer. Et elle s’endort, avec la certitude d’avoir été entendue. En s’éveillant, il lui semble que le monde est différent, que les circonstances ont changé. Sa vie vient de changer, les circonstances s’améliorent pour elle, mais sa mémoire reste imprégnée de ses anciennes souffrances et il faudra donc réorganiser ses souvenirs et prendre de nouveaux comportements pour s’adapter à une vie et des relations plus douces. Les circonstances, à elles seules ne changent pas nos reflexes intérieurs et notre image intime de nous -même. C’est notre choix de nous aligner en Conscience sur la réalité que nous désirons vivre.

La Conscience sert à situer le Réel, à encadrer nos choix, à unir le corps et les autres aspects de l’Etre global, à définir nos objectifs pour chaque dimension, chaque aspect en unité et en harmonie avec les Lois universelles. La Conscience n’est pas l’Etre Divin, elle doit aussi muer pour s’élargir et s’adapter à d’autres mondes, à d’autres formes. Chaque niveau d’existence contient ses propres semences, des rêves et des objectifs à réaliser….Namasté. Lila

Publié dans expériences vécues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article