Se connecter à l’état de Grâce.

Publié le par Lilaluz

Se connecter à l’état de Grâce.

La Grâce est un état naturel, elle existe constamment autour de nous, il n’y a pas d’effort à faire pour la ressentir sinon lâcher le sentiment de sa propre importance.

Pourquoi ne la ressentons-nous pas ? Parce que notre attention est focalisée sur des tâches à faire, sur notre énergie à projeter vers l’extérieur afin de laisser notre empreinte sur le monde et d’y créer notre place. Lorsque cette préoccupation de notre propre projection sur le monde est posée à côté de nous mais que nous ne l’habitons pas, notre être intérieur se sent léger et fluide. Nous ne sommes pas uniquement une personne incluse à ce monde, une part de nous vient et retournera vers l’Esprit, c’est donc ce sentiment du droit à jouir de notre vie librement qu’il faut suivre à travers l’énergie que nous rayonnons vers l’extérieur ou bien , vers l’Intérieur de notre être.

Nous ne cessons pas d’exister lorsque nous focalisons l’attention sur le non-faire et que nous tournons notre attention vers le « laisser fluctuer » tel l’onde claire, notre énergie court et se mêle au courant du monde alentour, et d’un coup, notre être se sent plus libre et plus heureux. Cet axe du bonheur se ressent plus intensément sur le chakra du nombril, qui normalement se met à vibrer en captant l’énergie consciemment. Le fait de s’extraire psychologiquement du monde de la pensée, du soi communiquant, fait prendre conscience des tensions accumulées, souvent dans le dos, le long de la colonne vertébrale, sur les trapèzes et les jambes, si vous souffrez d’hyper-tension ou de dépression chronique ce sera un moment où vous sentirez l’onde de stress ou l’onde de tristesse se désolidariser de vous : vous serez conscient que cette tension est en vous, comme un bouclier constamment en alerte, mais qu’elle n’est pas vous.

C’est souvent le ventre qui devient serein en premier lieu, bien que cela dépend aussi de notre alimentation. Cette sérénité première entraîne le mouvement du corps d’énergie par les zones qui sont le plus détendues, ensuite le mouvement de décontraction va s’étendre progressivement au bassin, jusqu’aux os, au bas de l’estomac, puis sur le devant du corps, jusqu’entre les épaules, le cheminement est plus difficile lorsque les tensions se sont accumulées depuis longtemps en strates successives de pressions internes. La nuque et la tête ne sont pas prises immédiatement par cette détente de l’énergie si la circulation de l’énergie commence par le bas du corps.

Lorsqu’apparaît la sensation d’être enroulé dans une couverture légère, fluide et invisible, qui progressivement se transforme en un coussin d’énergie produit par notre corps, la circulation de l’énergie permet le réchauffement des membres et un état d’euphorie légère, on se met à sourire aux anges, sans raison, on peut sentir un leger vertige des sens et l'énergie qui traverse la tête, permettant au crâne de s'ouvrir à d'autres sensations, amples ; on respire avec la tête connectée à une conscience plus sage. Cela achève la première étape. Nous nous sentons déjà relaxés, heureux, en phase avec le monde et parfaitement en sécurité.

A ce moment nous sommes entre deux dimensions d’énergie, deux mondes : notre univers personnel - notre bulle d’énergie- et le grand océan d’énergie d’où toutes les possibilités naissent et où les grands courants sont aussi des périodes du Temps.

En se concentrant sur l’énergie de la colonne vertébrale, celle-ci se transforme progressivement en bâton de pèlerin, se renforce et permet de penser avec fermeté car la texture de l’énergie se rigidifie, vient alors la phase de connexion consciente à sa verticalité personnelle. Il se trouve un endroit dans notre corps qui sert de base à notre identité souveraine. Ce lieu est différent pour chacun. C'est le Temple Intérieur.Notre perception provient de ce lien qui n’est pas le même pour toutes les personnes. Se connaître consiste à découvrir le centre principal d'où émane notre énergie. Chacun doit trouver son assise à l’intérieur d’une glande ou d’un organe qui est l’attache de l’énergie du chakra principal, celui avec lequel on est en lien avec le reste du monde. Souvent, cette base est la quadrature du bassin : en visionnant l’os du bassin comme un rectangle d’énergie, on peut assoir sa conscience au centre, et s’y reposer quelles que soient les circonstances. Pour d’autres cette base est située dans le thymus, au centre de la poitrine. C’est à cet endroit que l’on peut ressentir son propre rayonnement vers le monde, ou bien vers Dieu en Soi, donc vers l’Intérieur de soi.

La phase de reconnexion avec l’état de Grâce exige un profond état de bonheur intérieur. Il est nécessaire de créer autour de soi une belle couverture d’énergie ; depuis l’assise du corps jusqu’aux épaules et plus haut, si on le peut. Le coussin d'énergie doit être parfaitement épais, suave, et l’esprit doit s’y promener calmement, ressentir tous les coins de notre corps par « dedans », chaque tension doit être massée de l’intérieur par l’attention afin de fluidifier, assouplir, détendre. On s’approprie la douceur, le calme pour se préparer à étendre l’énergie autour de soi et créer un large espace protecteur et magnétique. Cette bulle (l'aura) est un lieu de rencontre avec l’Esprit. Sans cette bulle, il n’y a pas de rencontre, ni de connexion possible. C’est un espace de transition entre 2 mondes, 2 modes de vies. L’Esprit vient vers celui qui a su crée cette bulle de vie à ensemencer -comme la Terre dont les sillons ont été travaillés- nous sommes calmes et paisibles nous attendons d’être choisis, de recevoir le "doigt de Dieu", un regard de Son énergie vers la nôtre, cela ne manque jamais d’arriver car l’Esprit est un pragmatique opportuniste, Il Aime conquérir de nouveaux territoires, et notre bulle d’énergie lui sert de terrain de Jeu : alors, notre âme s’anime sous l’impulsion de l’Esprit et nous sommes aspirés dans la Grâce.

En général, le bassin est l’endroit où se trouve le plus d’énergie, c’est donc à partir du centre du bassin que l’on doit conscientiser un « vide » ; on creuse avec sa pensée un espace qui va permettre de faire descendre l’énergie de la Couronne afin qu’elle puisse s’y ancrer : Dieu et Soi font UN au centre de notre corps. Cette descente de l’énergie coronale vers le bassin se fait parfois en plusieurs jours, par plusieurs étapes car la colonne vertébrale ou les tensions musculaires peuvent déviées l’énergie. IL ne faut pas confondre la Descente de l’énergie coronale avec une montée de l’énergie de la Kundalini. Les 2 choses sont différentes bien qu’elles se ressemblent, leurs conséquences n’ont rien à voir.

Lorsque la shakti monte successivement dans les chakras, elle produit des éveils, c’est-à-dire des avancées énergétiques, des prises de consciences et des déconnexions avec notre vie humaine pour s'aligner vers des exigences spirituelles : on peut subitement se sentir devenir une autre personne, avec de nouveaux goûts, d’autres aspirations. Chaque étape de cette montée d’énergie entraîne des mises à l’épreuve, des tests, des confrontations avec nos rêves ou nos cauchemars afin de créer un tube de lumière clair le long de la colonne vertébrale. La Kundalini brûle ce qui n’est pas voulu par notre âme. Sachant que ce processus n’est pas bien compris et presque jamais accompagné, cela a des conséquences difficiles à vivre puisque mal expliquées. L’ascension est la compréhension de ce processus à l’échelle globale de l’humanité puisque l’énergie planétaire pousse cette activation, cette remontée d’énergie avec ou sans notre consentement et notre conscientisation. Cela a lieu avec ou sans notre accord.

La Descente ou reconnexion à la Grâce est un processus plus doux, où l’on passe d’une compréhension humaine de la vie à une perception élargie sans ressentir de perte mais en ayant le sentiment de se réapproprier des talents perdus, des énergies qui font partie de nous, nous sont rendues. Ce sont des retrouvailles avec des parties fraîches et pures de soi-même. La conséquence naturelle est de reconnaître pourquoi nous sommes venus sur Terre, pourquoi nous avons un corps, à quoi cela sert, et quels choix s’offrent à nous selon nos vibrations ; notre humeur habituelle et la purification des charges émotionnelles passées nous permettent un plus large éventail de possibilités. Plus on est heureux, plus on vibre élevé donc, meilleures seront les chances de succès. Inversement, les sons graves, les pensées tristes, la culpabilité et les sentiments de tristesse ferment les possibilités et entraînent vers moins de victoires. La pensée défaitiste est un manque de Foi en Soi, donc en l'Esprit qui nous donne la vie. Si nous ne croyons pas en la vie, Elle ne s'accroche pas à nous.

La Grâce est un courant offert à tous…mais tout le monde n’est pas ouvert à l’Esprit de la Grâce ! Ouvrez-vous et redevenez Qui vous êtes.

Je vous salue, infiniment. Lila

Publié dans Messager de lumière

Commenter cet article