Le Détachement du corps émotionnel (Corps de souffrance)

Publié le par Lilaluz

Le Détachement du corps émotionnel (Corps de souffrance)

Lorsque cette étape de l’évolution se produit dans votre vie, vous reconnaissez sa nature sacrée : vous avez accompli un cycle au sein d’un niveau de conscience, vous avez affrontées certaines circonstances karmiques -c’est-à-dire héritées de vies antérieures, celles de votre âme ou bien de vos parents ou encore des âmes que vous deviez affranchir et que vous aviez l’obligation de porter en vous jusqu’au jour où toutes les leçons sont complétées, abouties.

Alors qu’aucune émotion n’est stimulée par le souvenir de circonstances passées, qu’aucune brise d’émoi ne vient surprendre votre Paix intérieure, que vous avez tué les démons à la Source de vos attachements, vous sentez que l’écorce qui créait la réalité dans laquelle vous aviez établi votre vision du monde s’effrite, le cadre émotionnel se détache de votre conscience puisque ces circonstances ne font plus partie de vous. Les émotions qui continuellement servaient de repères et actionnaient les mêmes situations n’ont plus d’attaches sur votre âme. Le carcan passé fut un niveau d’expérience utile mais désormais obsolète, cette écorce lourde et rigide tombe, se détache de votre conscience de lumière et tandis que votre vie s’effrite sous les doigts de la liberté de conscience qui se révèle brillante et s’étire vers d’autres expériences, d’autres cieux intérieurs, vous sentez que vous êtes bien plus proche de votre véritable tonalité, de votre véritable odeur divine, et vous entendez les cellules de votre corps chanter.

Vous changez de peau intérieurement, la chrysalide émotionnelle s’est ouverte : il n’y a plus de peur rattachées à des situations antérieures ; tout est classé, ordonné : non que cela soit parfait, mais la Perfection n’est pas nécessaire pour la progression de l’Etre vers sa propre douceur intérieure, vers sa propre essence de lumière. Ainsi, tombe un mode de vie, un modèle de pensée et se révèle un autre, déjà présent, sous-jacent, resté dans l’intériorité. Le manteau usé des vieilles émotions laisse la place à un regard conscient clair et pur sur Soi. Le Soi lui aussi n’est plus le même, il a changé de nature, il redevient Divin. Il n’est plus tourné à l’adoration ou à la compréhension de la Souffrance, il centre son Attention sur le Divin, la Pureté du Soi. Ce que l’on nomme Révélation est d’abord un sentiment d’attention authentique pour le Divin que l’on Est en Essence, car au-dedans de ce « moi », existe un niveau de conscience sublime, sans aucune attache avec la souffrance, sans besoin d’attaches, sans culpabilité c’est-à-dire sans attachement à la souffrance psychologique inhérente à ce que nous avons faits de la nature humaine.

Il serait vain de dire que l’on s’est trompé en donnant autant d’attention à ce qui faisait mal, plutôt qu’à ce qui est Parfait et serein. L’énergie des niveaux de conscience inférieurs était activée depuis des millénaires, le défi relevé par chacun de nous est de sortir vivant, avec la conscience éveillée, tel est l’enjeu de ce jeu des Sacrifices. En tant qu’être immortel, nous ne pouvons mourir que si nous oublions notre essence. L'ensemble des participants ont fait le même pacte d’oubli et nous ne pouvions pas sortir de ce Jeu cruel sans retrouver le sens véritable de l’Amour et de la Compassion pour Soi. Quel que soit le niveau de conscience de ce Soi ; humain, psychique, divin.

Le Soi est un mot pour caractériser un niveau de conscience puisque l'attention donnée à quelque chose part d’un centre, ce centre est le moi/soi. On donne de son attention aux autres, au monde autour de Soi afin d’entrer dans des aventures, d’exercer des talents sous une forme rayonnante puis, lorsque l’on désire changer de jeu, de niveau de conscience et de forme de participation, il ne faut plus alimenter de son énergie les situations extérieures. Un « retour sur soi » permet d’activer ses ressources internes et de raviver la flamme de l’Etre Divin intérieur immanent, éternel, qui attend qu’on lui accorde de l’attention pour briller vers l’Intérieur, vers la Source créatrice à laquelle il est et restera lié.

Après chaque révélation/fin de cycles, cet Etre Divin que nous sommes au plus vrai de notre essence, se projette vers de nouveaux buts, qu’il habitera pour en faire son domaine de maîtrise et de Révélation. Il n’y a pas de fin véritable à ce jeu de lumières et d’ombres, seulement des instants de prise de conscience de Soi dans différents niveaux de rayonnements et d’amour pour Soi.

Soi intime, Soi Divin lorsque tout ce qui est extérieur est ramené à une échelle plus vaste, englobant tout ce qui est perçu et même ce qui est pressenti, encore caché, comme faisant partie du même axe rayonnant vers l’Intérieur de Lui-même. L’Unité est une vérité aux facettes multiples et l’Amour est son énergie attractive, magnétique.

Selon l’angle affectif avec lequel on entre en relation avec la lumière du monde, les conclusions que l’on tire des circonstances ne sont pas les mêmes. Voir le monde comme extérieur à soi est une utopie puisque le seul et unique observateur est le soi, toute perception est conditionnée à l’Amour que nous portons à ce que nous sommes et à ce que nous rayonnons. L’Amour est ce qui nous anime, ce qui nous traverse et ce qui coagule nos cellules les unes aux autres. L’Amour s’appelle parfois magnétisme, photons, rayonnement, lumière ou sexe, plaisir, romantisme, selon qu’on le voit sous des phénomènes ou sous l’angle de la philosophie, de la poésie, de la théorie scientifique ou des sens physiques. Les noms des choses changent parce que nous leur attribuons des qualités variées : nommer est un moyen de marquer par une certaine approche la chose – concrète ou subtile- à laquelle on porte son attention. Nommer est un moyen de dire comment nous voyions les choses afin de les partager, d’éclater le sentiment de solitude inhérente à l’attention fixée sur les manifestations extérieures produites par le Soi : la Maya.

Découvrir la Conscience Divine en Soi permet de se rattacher à l’Universel, de nourrir sa conscience d’air pur, de Liberté. Retrouver la lumière et la laisser investir chaque partie de son corps permet d’oublier que l’on a eu peur, d’effacer toutes les douleurs psychiques et le sentiment de séparation, de lutte pour l’existence. La Conscience Divine même si elle est toute petite, fugace, rend possible toute guérison de l’âme. L’âme, le corps et l’énergie unis par la Conscience font une Nouvelle Alliance où la seule condition est la tolérance à l’Esprit Divin existant au cœur de toutes choses. Aimer, c’est accepter Dieu en Soi.Lila

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article